01 avril 2017

Fahrenheit 9/11 de Michael Moore - 2004

On continue dans les tueries américaines avec ce doc qui obtint la Palme d'Or (prix franchement usurpé, quand même) en ces temps où Cannes servait de température politique au monde. Notre cher Michael Moore revient donc sur le 11 septembre, et surtout sur les conséquences désastreuses qu'a eu l'événement : la guerre en Irak, la rupture du monde vis-à-vis de la politique de George Bush Jr et les centaines de milliers de morts dans un camp et dans l'autre. Il le fait avec ce ton caustique qui fit sa gloire, l'associant à un esprit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 avril 2017

Tower (2016) de Keith Maitland

Un doc pour revenir dans le détail sur la tuerie qui eut lieu à Austin au Texas en août 1966 : un type placé en haut de la tour qui surplombe le campus de l'Université tire à vue ; il faudra plus d'une heure et demie pour maîtriser l'homme et mettre fin au carnage (16 morts, 33 blessés). Maitland met un soin particulier à décrire les personnalités de témoins et les victimes de cette journée particulière à l'aide d'images d'archives, de témoignages et d'images animées qui se veulent le plus réaliste possible. Le cinéaste se focalise... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2017

Atlantique, Latitude 41° (A Night to Remember) (1958) de Roy Baker

On reste en croisière, après One Way Passage, avec ce gros morceau de bravoure dans la filmo de Roy Baker : le cinéaste anglais s'attaque au Titanic et réalise un film catastrophe tout en sobriété renvoyant Cameron dans les cordes du pur spectacle tape-à-l’œil. Ce qui intéresse Baker, c'est de faire un portrait "le plus juste possible", à hauteur d’hommes, de cette ville flottante sur laquelle se retrouvent pompeux nobles, classe moyenne en lune de miel (un couple notamment qui a eu le nez creux) ou simples petits émigrants... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2017

Obsession de Brian de Palma - 1976

Voilà certainement le film le plus "sobre" de De Palma, entendez qu'il n'y a que 12500 mouvements de caméra par plan au lieu des 178544 habituels. Le gars se pique de réaliser un mélodrame romantique mâtiné de suspense et de thriller, il lui faut donc de la simplicité, d'autant qu'il rend ici hommage à Vertigo d'Hitchcock, le plus épuré de ses films. Du coup, je suis incorrigible, je n'ai pas adhéré à ce film, moi je préfère quand il colle quatre split-screens sur des travellings en louma dans des plans-séquences en zoomant comme un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mars 2017

Voyage sans Retour (One Way Passage) (1932) de Tay Garnett

  Si l'amour n'existait pas Tay Garnett l'aurait inventé pour réaliser cette œuvre délicieusement romantique (les années 30, hein, tout de même, fi !). La divine Kay Francis au regard si doux est associée au raffiné William Powell au sourire si chou. L'histoire tiendrait sur un ruban qu'on met dans les cheveux : Kay bouscule Powell au comptoir d'un bar. Regard électrique for ever. Ils se retrouvent sur un bateau les menant de Hong-Kong à San-Francisco. Leur amour est plus évident qu'une défaite de Fillon. Seule petite... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mars 2017

LIVRE : Mes Petits Chéris de Rudyard Kipling - 1906-1908

Une petite édition qui ne mange pas de pain de la correspondance du bon Rudyard adressée à ses enfants. La tendresse est le maître-mot de cette poignée de lettres adorables, qui rendent parfaitement compte de l'état d'esprit taquin de son auteur, grand écrivain de l'aventure pour moi, et auteur pour enfants d'après l'introduction limitée du livre. Dans ses voyages, notamment à Stockholm où il va recevoir le Prix Nobel, Kipling adresse des mots à la fois attendris et amusants à ses chers petits, leur narrant par le menu et souvent avec... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mars 2017

La Mort de Louis XIV d'Albert Serra - 2016

Faire un fim en costumes et en reconstitution d'époque n'est après tout pas si difficile ni coûteux : il suffit de rester dans une seule pièce et de filmer trois acteurs portant plus ou moins perruques et brodequins, et le tour est joué. Albert Serra choisit donc l'option minimaliste, et réussit haut la main le plus beau film historique de l'année. Il filme la mort d'un roi mythique, certes, mais pour ce faire, plante sa caméra au milieu d'une minuscule chambre. Le sujet : l'affaissement d'un corps légendaire, la lente agonie d'un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2017

Les Hommes sans Ailes (Muzi bez krídel) (1946) de Frantisek Cáp

Juste à la sortie de la guerre, Cáp livre une œuvre à la gloire de la Résistance tout en montrant le côté sombre de ces fumiers de collabos. Deux femmes à l'allure angélique incarnent parfaitement l'idée que l'habit ne fait pas le moine tchèque. L'une bosse pour les nazis, l'autre se fait douce comme un lait aux amandes et pourtant... méfiance, méfiance, les femmes peuvent se révéler parfois aussi perfides que ce petit collabo avec la tronche et la petite moustache de l'emploi ; un petit homme engoncé dans ses habits nazis... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2017

La Danse du Lion (Kagamijishi) (1936) de Yasujiro Ozu

Peut pas dire qu'on fasse pas un effort pour voir tout Ozu (je désespère pas de trouver un jour en dvd l'un de ces films perdus cela dit...). C'est dans cet esprit gaillard que je m'apprêtais à regarder cette fameuse danse du lion, célèbre dans le théâtre Kabuki. Autant vous le dire tout de suite, ça me parle pas plus que le type d'en bas qui vient de mettre une rustine sur la roue arrière de mon vélo (sale semaine, j'ai cassé une roue il y a deux jours) mais bon pour 2 kwai ou 24 minutes, ça mérite l'effort. Après une introduction... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2017

LIVRE : Autoportrait [remake] de Gaspard Delanoë - 2017

Delanoë est un performeur, squateur artistique et diablotin expérimentateur, et il s'essaie ici à un exercice en passe de devenir une forme littéraire complète : l'autoportrait, hérité au départ du I remember de Joe Brainard, transmis avec génie à Georges Pérec qui en a fait Je me souviens, puis à Edouard Levé avec Autoportrait. Soit, avec une succession de phrases fonctionnelles disposées dans un ordre aléatoire, enchaînant les choses importantes et les détails, les anecdotes et les petits faits et gestes de la vie courante, une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]