02 décembre 2018

Moment to Moment / Two Tons of Turquoise to Taos Tonight (1975) de Robert Downey Sr.

Voilà ce qu'on est en droit d'appeler un pur film expérimental... Du genre où on ne comprend absolument rien ? Ouais, du genre, sachant que là, en plus de pédaler dans la semoule face à ce bout à bout de séquences disparates, on ne ressent pas vraiment, comment dire, d'émotion. Quant à l'aspect esthétique général, on ne peut le qualifier de particulièrement poétique.. Non, non, je ne suis pas dur. Le propre de ce film de Robert Downey Sr. est d'être volontairement décousu ; on saute (d'où le premier titre donné à ce film… avant un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2018

Danger planétaire (The Blob) (1958) de Irvin S. Yeaworth Jr

Le titre français eut été L'attaque de la Gelée de Groseille dans un Bled paumé qu'on n’aurait pas trouvé à redire. Danger planétaire a forcément un peu plus de gueule mais trompe un peu sur la marchandise. Il était donc une fois Steve McQueen (certes beau mais mauvais comme un cochon pour exprimer l'effroi (des grimaces d'un autre monde), la panique (il mord son poing, le gars !)) qui vit tomber du ciel un soir d’été, alors même qu’il ne pensait qu’à serrer sa poule, un drôle d’étoile filante. La chose, pour ne pas dire the Thing,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 décembre 2018

Quand Harry rencontre Sally... (When Harry Met Sally) (1989) de Rob Reiner

La petite comédie romantique des eighties ? On ne va pas non plus se la jouer ultra-nostalgique (il est sympa Rob, mais c'est pas non plus Lubitsch) et regretter qu'on ne fasse plus ce genre de petite chose croquignolette - d'autant que, par certains aspects, le film parait parfois aussi gnangnan et lisse que le brushing vintage de Meg Ryan. Soit donc à ma droite Billy Crystal, l'homme qui parle plus vite que son ombre, en mâle rigolo et beau parleur ; à ma droite, Meg Ryan, ses yeux d'héroïne de manga japonais et sa crinière de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 novembre 2018

LIVRE : De la Musique (Ozawa Seiji-san to ongaku ni tsuite hanashi o suru) d'Haruki Murakami & Seiji Ozawa - 2011

Vous voyez le petit mec qui s'agite devant les orchestres avec sa baguette, et dont le néophyte soupçonne souvent l'inutilité ? Eh bien Seiji Ozawa en est un des plus brillants représentants, lui qui, depuis 50 ans, sillonne la planète pour diriger des formations hyper-exigeantes et donner à entendre les finesses des symphonies de Mahler ou des sonates de Beethoven. Il était temps d'écouter ce qu'il avait à dire. Et il dispose du plus merveilleux interlocuteur qui se puisse concevoir, le type qui semble connaître encore mieux la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
29 novembre 2018

Suspiria (1977) de Dario Argento

Avant que les fans d'Argento se jettent sur moi une hache à la main pour me découper le coeur en ayant pris soin auparavant de tamiser la lumière, j'admets que je ne suis pas un grand fan du genre ni même du sieur. Attention, force est de reconnaître, en la matière, la composition des cadres, le travail sur les lumières, l'importance de la bande sonore, sans parler de ce festival de couleurs qui feraient passer un film de Beineix pour une pâle oeuvre en noir et blanc... Mais justement, on est tellement saturé par cet arc-en-ciel vif... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:27 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
29 novembre 2018

To sleep with Anger (1990) de Charles Burnett

On ne cesse de revenir au drame familial : Burnett n'a peut-être pas un esthétisme bluffant (décor de sitcom, pas d'effets de caméra pour la galerie, image un peu cradingue) mais sait comment faire monter la tension au sein d'une famille. Vous prenez une bonne vieille famille black américaine, deux enfants mariés avec enfant (l'aîné, le fils parfait, le cadet, le mouton noir branleur), et vous introduisez un drôle de quidam, éminemment sympathique ou subtilement diabolique : Danny Glover. Danny dont le passé est plus que trouble (il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2018

LIVRE : Le Mars Club (The Mars Room) de Rachel Kushner - 2018

Pas très envie de finir dans un pénitencier à la lecture de ce roman rude, qui vous fait suivre les mésaventures de Romy, brave péquenaude du fond des Etats-Unis, coupable uniquement d'avoir dézingué un de ces porcs qu'on nous dit de balancer ces temps derniers. La nana tue ce type qui la harcèle, et la voilà condamnée à perpète dans un trou à rats, privée de son fils, et confrontée à la misère sociale, la violence et la solitude jusqu'à la fin de sa vie. Le livre vaut beaucoup pour son aspect documentaire : Kushner observe avec un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2018

Le Poirier sauvage (Ahlat Ağacı) de Nuri Bilge Ceylan - 2018

Toujours fin et délicat, le Nuri, qui nous revient avec un film qui lui ressemble tout en s'éloignant un petit peu de ses inspirations traditionnelles. Cette fois-ci, il s'intéresse à Sinan, jeune plein d'ambition, qui revient après ses études dans son village natal. Le gars a depuis écrit un roman, et cherche à le faire éditer, c'est-à-dire à réunir la somme qui lui manque pour accéder, il en est sûr, à la notoriété. Il retrouve là sa famille, et notamment un père assez fantasque (le gars rigole tout le temps), complètement asservi... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2018

Ce Sentiment de l’Été (2016) de Mikhaël Hers

Ce sentiment de l'été est un film qui repose sur un fil, qui progresse sans éclats, sans éclats de voix et qui s'achève par une perspective – minimaliste - d'espoir ou tout du moins de renouveau. Du deuil berlinois à l'espoir newyorkais en passant par les balades parisiennes, Hers, tout en nous faisant voyager de capitale en capitale, réalise un film intimiste au travers duquel quelques rayons de soleil finiront par percer. C'est un cinéma a minima qui se concentre sur son personnage principal (Anders Danielsen Len, la douceur faite... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2018

Hotel Artemis de Drew Pearce - 2018

Pour changer des films intellos de mon compère à base de cow-boys en noir et blanc et de psys anglais, voilà un film fun é maran tro bien lol. Le scénario, c'est un hôpital clandestin réservé aux méchants, genre, tu vois, et ça se passe en 2028 aussi, y a des émeutes, et après le mec il se bat et ces mandales qu'il te balance, maaaaa, chteujur à un moment la nana elle tape le type avec un tuyau, j'ai trop rigolé, et après il y a un braquage, mais les mecs ils ont piqué un diamant zarma trop beau, et pis y a le méchant il se fait... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]