11 avril 2018

Hospital de Frederick Wiseman - 1970

Nouvelle excursion en vase clos pour Wiseman, qui choisit cette fois-ci les hauts murs d'un hôpital de New-York pour nous livrer son enquête de l'intérieur habituelle. C'est encore une fois génial. Avec une distance très juste et en même temps mystérieuse (on se demande vraiment comment le gusse arrive à filmer des moments de vérité aussi intenses, à être là au moment où ça se passe, à capter ainsi les remous du monde en ne filmant qu'un petit détail), la caméra attrape des instants de vie, captés à l'arrache mais cadrés avec une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2018

Hell's Highway (1932) de Rowland Brown

Rowland Brown a le chic pour nous livrer en une heure un concentré d'action, de violence, de remise en cause d'un système... Avant l'argent facile de Blood Money, il évoque ici un système carcéral d'un autre âge, les fameux "chain gang". Plutôt que de tricoter comme des loques dans des cellules spacieuses en regardant Jean-Pierre Pernaut (vision limitée du système carcéral de mon oncle auquel je ne parle plus), rien de mieux que de mettre les prisonniers au bon air pour être utile : construire des routes... Alors c'est vrai que le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2018

La Belle et la belle de Sophie Fillières - 2018

Toujours aussi amoureux des petits films de Sophie Fillières, que voulez-vous, même quand, comme dans celui-ci, ils mettent un peu de temps à se faire aimer. Je ne sais pas si Fillières tourne ses films dans l'ordre du scénario, mais on dirait que les comédiennes mettent du temps à trouver réellement leur place dans La Belle et la belle ; quand elles y arrivent, on retrouve le charme original de la réalisatrice, à l'écriture, à la mise en scène, à la direction d'acteurs : une nouvelle fois, on est plongé dans un univers qui ne... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:55 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
10 avril 2018

The great K & A Train Robbery (1926) de Lewis Seiler

Si vous ne connaissez pas Tom Mix, vous ne connaissez rien. Mix se la donne totalement dans cette --- déjà énième - version d'attaques de train si chères à l'ami Bastien. C'est lui (Tom, on s’entend) qui règle ici toutes les cascades : la descente en rappel entre les pitons du Colorado, les galopades à cheval avec son fidèle Tony the Horse (un cheval fidèle capable de sauts incroyables dans des bassins profonds comme mes soupirs), la baston où il t'en aligne douze d'un coup, ou encore les pirouettes sur un train lancé à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2018

Jeune Femme (2017) de Léonor Serraille

Voilà un film, indéniablement, qui marche à l'énergie, l'énergie de ce personnage incarné par une Laetitia Dosch virevoltante du début à la fin. Et pourtant, la jeune femme, le moins qu'on puisse dire, est au départ peu "aimable", dans tous les sens du terme : opportuniste, forte en gueule, instable... Dès la première scène où elle crache son venin, on serre un peu des dents devant cette femme face caméra qui raconte un peu tout ce qui lui passe par la tête ; il y a la peur, admettons-le, à la fois de ce cinéma et de cette... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2018

Mektoub My Love : Canto Uno d'Abdellatif Kechiche - 2018

"Mais comment ça, tu veux me photographier nue ? C'est pour ton petit plaisir, hein ?- Pour le tien aussi.- Mais non.- Mais si."(Harvey Weinstein Abdellatif Kechiche) Effet Palme d'or ou pas, grosse tête ou pas, voilà en tout cas un film consternant réalisé par un cinéaste que j'aimais beaucoup jusque là. Auréolé de sa gloire, Kechiche a les clés de la bagnole et champ libre pour laisser parler ses pulsions : le résultat est un film dégueulasse et bâclé, crapoteux et paresseux, chiantissime et vulgaire. Rien que ça. Tout est raté... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 avril 2018

Ki lo sa ? (1985) de Robert Guédiguian

Pour s'imprégner de l'odeur de lavande et du bruit des cigales de Marseille, rien de mieux que ce deuxième long-métrage du gars Guédiguian dont on avait pu voir un extrait dans La Villa. On prenait déjà les mêmes avant de recommencer : Daroussin dit Dada (gentillet et naïf) s'occupe d'une villa avec un vaste jardin... C'est là qu'il jouait, enfant, avec les gamins du quartier. Des années plus tard (on s'était dit rdv...), trois d'entre eux viennent le retrouver : Meylan dit Gitan (alcoolo et clodo), Pierre Banderet dit Pierrot... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2018

Manille (Maynila sa mga kuko ng liwanag) (1975) de Lino Brocka

Manille, son soleil, ses filles, sa vanille... Oui, alors non, pas vraiment, on n'est pas ici dans cette dynamique. C'est plutôt Manille, ses bidonvilles, ses petits boulots de merde, ses enculés de Chinois, sa prostitution glauque... Voyez. Considéré (je ne pourrais vous dire par qui mais il a dû se taper tout le tagalog du cinéma philippin - humour potache) comme le meilleur film philippin de tous les temps, Manille est une sorte de film coup de poing qui, en 75, devait plutôt donner envie d'aller en Thaïlande - genre. L'image est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2018

LIVRE : Pierre et Jean de Guy de Maupassant - 1887

Ah ben oui, un petit regard vers les classiques de temps en temps, ça permet de rester un peu confiant en la littérature. Je n'avais curieusement jamais lu cet incontournable des cours de français, c'est chose faite, avec le plaisir et l'admiration dûs. Maupassant traite d'un sujet très délicat, presque ineffable : la jalousie d'abord, et la sensation de trahison d'autre part. Il le fait avec une délicatesse, une pudeur, un sens de la mesure remarquables. C'est l'école française ; là où les Russes se seraient arrachés les cheveux,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 avril 2018

Ready Player One de Steven Spielberg - 2018

Je n'ai que très rarement vu un de ces gros blockbusters qui tâchent dont les ados raffolent, mais là je viens d'en prendre un shoot qui me laisse dans un état proche de la serpillière usagée. Ready Player One vous fait passer par une épreuve visuelle très éprouvante, et on doit toutes les cinq minutes baisser les yeux devant les flashs d'images subliminales, de sons tonitruants, d'écrans remplis de millions de détails que Spielberg nous offre à regarder et à écouter, le cerveau en berne et les sens titillés façon épilepsie. C'est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:39 - - Commentaires [25] - Permalien [#]