06 décembre 2017

Ô Toi ma charmante (You were never Lovelier) de William A. Seiter - 1942

C'est toujours comme ça quand Noël approche : j'ai envie de comédies musicales. Un petit coup d'oeil donc vers ce petit film un peu oublié, qui comporte pourtant à l'affiche deux monstres sacrés : Rita Hayworth et Fred Astaire. Sûrement légèrement tourmentée en cette bienheureuse année 1942, l'équipe s'exfiltre au Mexique, ajoute une touche mariachi à ses romances, trouve un vague scénario prétexte pour faire virevolter ses stars et le tour est joué. Celles-ci sont d'ailleurs en mode "je fais ce que je sais faire et pis voilà" :... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:46 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

06 décembre 2017

Carré 35 d'Eric Caravaca - 2017

Peut-être un film à faire rentrer dans l'odyssée "films noirs" de ce blog. Caravaca enfile son imper de détective et s'attaque à l'épais dossier des non-dits de sa famille ; ce qui en ressort est bouleversant. Rien de bien extraordinaire pourtant, rien que du tristement banal : avant sa naissance, ses parents ont perdu une petite fille de trois ans, Christine.  Un de ces coups tordus du destin, mais dont le cinéaste aujourd'hui, 40 ans après les faits, va se rendre compte avec ce film "work-in-progress" des ravages qu'il a... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 décembre 2017

L'Impératrice rouge (The Scarlet Empress) (1934) de Josef von Sternberg

L'Impératrice rouge est peut-être le film avec le plus de figurants, d'objets, de bibelots, d'éléments du décor au centimètre carré. Certains cadres sont absolument saturés d'éléments religieux, culturels, symboliques comme pour étouffer chacun des protagonistes, pris dans cette toile du pouvoir où seulement les plus malins pourront s'en sortir. Marlene Dietrich fait merveille dans ce rôle de la petite poupée que l'on emmène de sa lointaine province jusqu'à l'antre du futur tsar ; elle est accompagnée par une sorte de monstre (un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2017

Blue Jeans (1958) de Jacques Rozier

Ah nom de Dieu, on savait s'amuser sous René Coty ! Ils étaient jeunes, avaient un Vespa et harcelaient les filles de Cannes du matin ou soir (c'était l'ère pré-harcèlement du siècle dernier) : « lever une fille », c'était jamais facile mais une fois que c'était fait, ohlàlà, la belle vie ; on pouvait les amener en scoot à la plage, les baisouiller toute la journée, puis les ramener en ville le soir – toujours en scoot  (on pouvait monter à quatre dessus, sans casques - c'était avant l'avènement du dictateur Bison... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2017

Casanova '70 (1965) de Mario Monicelli

Petit film italien aussi léger qu'un slip rose à frou-frou. Le Casanova des temps modernes (qui a déjà 5 ans d'avance sur son temps) serait-il impuissant ? C'est le pauvre Marcello Mastroianni qui s'y colle en prenant dès le départ un air un rien hébété : à quoi bon traquer les plus belles gorettes intercontinentales si, une fois avec elle, c'est la reculade permanente. Heureusement, il ne tarde pas à mettre le doigt sur le problème : érection il y a que si l'ami Marcello se met en danger. Il ne s'agira plus de draguer des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 décembre 2017

L'Amant d'un Jour de Philippe Garrel - 2017

Avec Garrel, j'ai toujours été soit emballé soit consterné. Mais je n'avais jamais été indifférent. C'est chose faite avec cet Amant d'un Jour qui a la consistance d'une chanson de Jean-Louis Aubert, c'est aussi grave et aussi léger. Ça tombe bien, c'est lui qui pose ses notes de piano hésitantes sur cette histoire très plate. Un prof et sa jeune élève ont une liaison, mais débarque la fille du prof, jeune fille qui a le même âge que sa maîtresse. Elle est chafouine parce que son fiancé l'a virée (ouais, mon oeil, c'est elle qui est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2017

Face of Fire (1959) d'Albert Band

Il me faut bien reconnaître une chose : où je trouve l'idée d'aller piocher certains films ? Je devrais être le mieux placé pour le savoir mais passons... Face of Fire donc, adapté de The Monster de Stephen Crane est un film assez saisissant, genre de mix entre Elephant Man, Frankenstein et Sam le Pompier (la mauvaise influence de ma fille ne cesse de se faire sentir dans ces colonnes). Soit donc le gars James Whitmore, un employé de maison aimé de tous dans ce petit village qui ressemble à tant de petits villages. Il est amoureux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2017

Within Our Gates d'Oscar Micheaux - 1920

Je découvre l'existence d'Oscar Micheaux, homme précieux s'il en fût puisqu'il fût le premier Afro-Américain à oser tourner des films, et qu'il le fit en plus pour défendre la cause noire dès les années 20. Voici donc le premier film (encore trouvable) réalisé par un Noir, joué par des vrais Noirs et non par des Blancs maquillés, ce qui en constitue une vraie curiosité. Bien, une fois qu'on a dit ça, la critique est presque terminée, mais tentons, si vous le voulez bien, d'aller un peu plus loin. Le film est très médiocre dans sa... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2017

Terre sans Pardon (Three violent People) (1956) de Rudolph Maté

Maté nous sert un western résolument plus tourné sur la construction des personnages, les tensions qui apparaissent entre elles, que sur l'action : même si on retrouve des thèmes classiques (des frères ennemis, des méchants profiteurs vraiment trop méchants...), le scénario semble finalement se concentrer sur un point essentiel : ce n'est point tant de la survie du Ranch S dont il question (l'Etat voulant mettre le grappin sur les possessions sudistes du Texas à la fin de guerre de Sécession) que de celle du couple formé par... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 décembre 2017

Le Grand Méchant Renard et autres contes... (2017) de Benjamin Renner & Patrick Imbert

Trois histoires très mignonnes et drolatiques selon la formule consacrée : une livraison d'enfant qui part un peu en vrille, une adoption « forcée » de trois poussins par un renard et enfin une historiette où l'on se plaît à jouer à partir sur les traces du Père-Noël. De l'humour tout en finesse sur de délicieux dessins type aquarelles (vous pouvez ne pas être d'accord sur l'aspect esthétique, j'y connais absolument rien) et une poignée de personnages tous plus craquounets les uns que les autres : un lapin crétin, un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]