04 octobre 2018

LIVRE : Tenir jusqu'à l'aube de Carole Fives - 2018

Ah mince, je trouvais que les femmes étaient vraiment en force en cette rentrée littéraires, qu'elles arrivaient enfin à sortir des pages de Marie-Claire pour pénétrer le domaine de la Littérature (cette phrase est infâmement machiste, c'est voulu)... et puis voilà Carole Fives, ses soucis trop graves de mère, son style de magazine et ses petits atermoiements d'enfant gâtée. Je ne dis pas, si vous êtes femme célibataire, mère, et dépressive, vous devriez pouvoir y trouver votre compte en termes d'empathie et de "c'est trop vrai, je... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 octobre 2018

Leave no trace (2018) de Debra Granik

Après le surfait Captain Fantastic et le peu convaincant Nicolas Hulot, retour à la nature avec cette oeuvre de Debra Granik (le très bon (et âpre) Winter's Bone même si je pense qu'il n'y a que moi qui m'en souviens). Soit donc un père et sa fille vivant en autarcie dans un parc, une sorte de réserve naturelle forestière. Ce vétéran (il ne supporte plus le bruit de l'hélico) veuf (on n'en saura pas plus) se plaît à vivre au milieu des feuilles avec sa grande jeune fille débrouillarde mais un rien effacée... Et puis,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 octobre 2018

I Feel Good de Benoît Delépine & Gustave Kervern - 2018

Les deux gentils anars mettent de l'eau dans leur vin de table pour cette fois, et réalisent une petite comédie triste qui a son charme. Même si on y perd en grands coups de gueule salvateurs, on ne peut que respecter leur constance : malgré des traits beaucoup plus pastel, ils continuent à creuser une veine libertaire qui leur sied bien, à s'intéresser aux petites gens un peu cassées et aux territoires vierges de cinéma. Cette fidélité à leurs convictions ressemble fort à de la sincérité toute crue, et c'est la toute première... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 octobre 2018

LIVRE : Dix-sept ans de Eric Fottorino - 2018

Une mère qui, sur le tard, fait une annonce à ses fils : oui, il y a bien longtemps, elle eut une fille dont elle a dû se séparer... Il n'en faut pas plus à l'ainé, Eric, tiens donc, pour avoir envie de mener son enquête : retour sur les lieux où celui-ci est né, Nice, pour retrouver les traces de sa mère adolescente. Une enquête prétexte autour d'un secret de famille qui sert surtout de révélateur sur la personnalité de sa mère, l'influence que celle-ci eut à subir de sa propre mère et sur la petite histoire familiale du narrateur :... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
29 septembre 2018

LIVRE : Le Revenant d'Eric Chauvier - 2018

Si Baudelaire revenait au XXIème siècle, se rendrait-on compte qu'il est génial ? Lui-même saurait-il qui il fut ? Le Paris d'aujourd'hui ressemble-t-il au Paris du XIXème ? Quel serait son sort ? C'est le postulat de ce petit roman étrange, qui voit son auteur, Eric Chauvier, sortir de ses essais sociologiques dynamiques pour se coltiner à la fiction. Baudelaire est donc de retour en zombie SDF, complètement abattu par son état, et traîne sa carcasse dans le monde moderne, ce monde où les attentats, les selfies et les McDo sont le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 septembre 2018

LIVRE : Idiotie de Pierre Guyotat - 2018

Ah je ne vous promets pas, quand vous commencez la lecture du nouveau Guyotat, que vous allez passer un délicieux moment de délassement "sans se prendre la tête" (consigne de 99% des clients de librairies). Autant prévenir tout de suite : voilà un livre qui nécessite toutes vos facultés intellectuelles, un livre difficile, qui ne s'apprivoise que très doucement, qui vous demande mobilisation et effort. En gros, un vrai bon livre d'écrivain, et pas un de ces petits coupe-faim vendus par cartons de 50 ces temps-ci. Si vous avez donc une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 septembre 2018

Théorème (Teorema) de Pier Paolo Pasolini - 1968

De la haine anti-bourgeoise transformée en acte religieux. Voilà bien longtemps que je n'avais pas revu ce film pourtant fondamental pour moi, et sa re-vision m'a proprement ébloui. Pasolini est le seul à pratiquer ce cinéma impur, parvenant à concilier la gadoue et la sainteté, faisant le pont entre le combat social et la spiritualité. Ici, c'est une histoire bien symbolique, destinée à expliquer un acte fondateur, filmé en noir et blanc au tout début du film (et j'avais complètement oublié ce prologue) : un patron a remis son... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 septembre 2018

Mes Provinciales de Jean-Paul Civeyrac - 2018

Ravageage de coeur avec ce film bouleversant de Civeyrac, qui réalise exactement le genre de truc à vous retourner un Gols comme un gant, et à le laisser tout aussi humide et moite (et Shang aussi, j'en suis sûr : mon gars, il faut absolument que tu vois ça, c'est un film pour toi). Ça parle de cinéma, voyez-vous, en tout cas d'apprentissage d'icelui, et des concessions qu'il y faut, de la pureté, de la radicalité, de la cinéphilie, des rapports entre cinéma et réel, et aussi des filles : un film pour Shangols, quoi, d'autant plus... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:53 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
27 septembre 2018

Coincoin et les Z'inhumains de Bruno Dumont - 2018

On croit à chaque fois que Dumont arrivera au bout de ses idées barrées. C'est mal connaître le bougre. Le voilà qui revient par la porte risquée de la fameuse "deuxième saison", après un P'tit Quinquin absolument révolutionnaire, immanquable et génial. Cette première saison était si surprenante qu'on avait un peu peur de la suite, et c'est vrai que, seul défaut à peu près incontournable, l'effet surprise joue moins avec ce Coincoin. Dumont reprend les mêmes et prolonge le jeu étrange de ses non-acteurs, et on est en terrain... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 septembre 2018

La Nuit a dévoré le monde de Dominique Rocher - 2018

Eh oui, moi aussi j'ai toujours eu envie de réaliser un film de zombies (ou au moins en jouer un), bien sûr que c'est tentant. Mais si c'est pour faire un truc tout vide, un simple exercice de style creux, si c'est pour faire en un mot moins bien que les autres et ne pas tenter de trouver sa propre voie, moi je dis autant rester simple spectateur de Romero. Il y a bien quelques pistes dans ce premier film de Rocher, à commencer par le contexte. On a rarement vu les morts vivants envahir les immeubles haussmaniens, et l'importation... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:47 - - Commentaires [10] - Permalien [#]