08 décembre 2022

No (2010) d'Abbas Kiarostami

Une petite gourmandise de l'ami Kiarostami que l'on doit à nos gars de la Cinémathèque française et d'Arte qui l'ont fait plancher sur la chevelure féminine... Qu'est-ce que le trublion iranien a trouvé comme angle d'attaque pour aborder le problème ? Il choisit tout simplement de filmer une mini bambinette de quatre ans à laquelle on propose de faire un film ; l'histoire est simple : une amie de la chtite est jalouse de sa chevelure et une nuit, dans son sommeil, elle va venir les lui couper. Question et dilemme : accepterait-elle... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
15 juillet 2022

Rage de Dent (Dandan Dard) (1980) de Abbas Kiarostami

Vous êtes cinéphile mais vous avez une haleine de bouc ? Voilà le film tout trouvé pour à la fois se faire le court d'un maître (salement en retrait, certes) et apprendre à se brosser les dents. Fidèle à sa passion pour le gamins et les cours d'école, Abbas suit ici les traces du petit Mohammad-Reza, bon élève malgré son regard de jeune chiot battu, mais qui parfois, avant d'aller se coucher, zap le dentos... Du coup, on connaît la chanson, c'est d'abord l'haleine qui devient fourbe, puis la rage de dent qui vous donne une tête... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mai 2021

Hommage aux Professeurs (Bozorgdasht-e mo'Allem) (1977) de Abbas Kiarostami

Kiarostami rend hommage aux profs et ça fait toujours plaisir quand on a un ministre de l'éducation sans considération pour ses ouailles ni cheveux. Une brochette de profs, plus ou moins jeunes, plus ou moins islamisés également au demeurant, reviennent en quelques mots sur ce qu'est le métier de prof (un métier sacré, oui, gratifiant, ô combien gentes dames, utiles pour l'avenir de la société, si vous saviez...) et sur les gratifications qu'ils peuvent en tirer : financièrement de la merde, et cela n'a pas l'air particulièrement... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juin 2020

Moi aussi je peux (Man ham mitounam) (1975) de Abbas Kiarostami

L'homme est un animal, peut être comme tous les animaux… Ou pas. Mignonne petite chose toute croquignolette d'un Kiarostami une nouvelle fois revenant sur les bancs de l'école. Le principe ici est simple : différents animaux sont montrés à des gamins, le kangourou saute, le ver se contorsionne, la souris creuse, le cheval galope... A chaque fois, l'un des gamins, ne peut s'empêcher de répondre, « moi aussi je peux » - et de le prouver... Les exercices se corsent un brun mais notre gamin est toujours partant et plein de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juin 2020

Solution No. 1 (Rah Hal-e Yek) (1978) de Abbas Kiarostami

Cette fin d'odyssée kiarostamienne se livre petit bout par petit bout et avouons qu'il est bon de faire durer les choses. Kiarostami, toujours aussi blagueur et bon enfant, nous livre ici surement la meilleure version d'un homme et son pneu, un court à faire rougir et rugir Quentin Dupieux. Un homme, donc, au bord de la route, dans un climat qu'on imagine volontiers glacial, fait de l'auto-stop. Il a crevé, il a fait réparer son pneu et il attend maintenant une belle âme. Une voiture s'arrête. Mais non. L'homme retente sa chance,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mai 2020

Ten (Dah) d'Abbas Kiarostami - 2002

Bon, là, les enfants, c'est pas compliqué : on est dans le chef d'oeuvre absolu. En 2002, Kiarostami nous servait l'oeuvre la plus audacieuse, la plus nouvelle, la plus intelligente du moment, et entrait directement dans mon panthéon des 5 plus grands cinéastes de tous les temps pour les siècles des siècles. La simplicité faite film pourtant dans cet essai rigoriste qu'est Ten : deux petites caméras DV fixées sur une voiture, dix plans mettant en scène deux personnages qui discutent, et emballez c'est pesé. Soit donc une femme,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2020

Comment utiliser son temps libre ? (Az Oghat-e Faraghat-e Khod Chegouneh Estefadeh Konim ?) d'Abbas Kiarostami - 1977

Heureusement que Tonton Abbas est là pour nous sortir de l'oisiveté, parce que sinon on serait dans la gabegie. Perplexe devant une porte qui part en lambeaux, notre pédagogue va réveiller deux adolescents pris en flagrant délit de flemme pour leur enseigner les rudiments d'un art éternel : la peinture. Mais attention, pas celle de Michel-Ange, non, celle du brave artisan. La démonstration, digne d'un tuto diffusé dans les magasins de bricolage, sera implacable : tu pensais en avoir pour deux minutes et retourner ensuite à ta... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2018

24 Frames (2017) de Abbas Kiarostami

Voilà un film post-mortem du gars Kiarostami absolument mortel. Tout à fait, on peut le prendre dans tous les sens du terme et en particulier dans les deux sens suivants : ennuyeux comme une blanquette de veau froide, absolument génial par cette façon de toujours repousser plus loin le concept de "mise en scène" dans le cinéma (si si, je pèse mes mots). Oui, c'est vrai que dans une salle de cinoche ces deux heures de "24 images animées" pourraient certes paraître un peu longues (votre petit neveu ne jure que par Cyril Hanouna ?... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 novembre 2017

Un Œuf (in Lumière et compagnie) (1995) d'Abbas Kiarostami

Demain vous avez une leçon sur les expressions françaises et vous n'avez rien préparé ? Heureusement Kiarostami est là (et Shangols, humblement) pour vous donner une petite leçon de cinéma et de français en 52 secondes. En off, la voix contrariée d'Isabelle Huppert (se glisse partout celle-là) qui, en live, sur le répondeur demande si la personne est là. Ele voudrait tant lui parler. A l'image, une poêle et deux oeufs sur le plat (dont un qui se déchire, les aléas cinématographiques kiarostamiens... symbole, encore) : do you get it ?... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 juillet 2017

Le Vent nous emportera (باد ما را خواهد برد) d'Abbas Kiarostami - 1999

Quand on aime le cinéma, on en arrive toujours à Abbas Kiarostami, qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? A une époque, le gars a enchaîné les chefs-d'oeuvre, et Le Vent nous emportera en est un autre, toujours aussi beau, bouleversant et intrépide à la fois. Kiarostami réussit à relier le cinéma le plus expérimental et radical avec un poème émouvant à mort, trouve des ponts entre le cinéma populaire et intello, et ce film en est peut-être le plus bel exemple. Dès les premiers plans, on est en terrain reconnaissable : le gars... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]