MV5BMjA5OTIyN2QtYTk0MS00M2YyLTgwZDgtMGE0Yjg5YTI4NTFiXkEyXkFqcGdeQXVyNjY4ODUwNzI@

Les intégrales que nous consacrons à nos idoles nous emmènent parfois sur des chemins ardus, et ce petit film de Kiarostami fait partie de ces passages obligés qu'il nous faut endurer de temps en temps. Bon celui-ci fait 5 minutes, ça va, l'épreuve est faisable. Et en plus, il est tout de douceur : inscrit dans un film collectif consacré à l'art du tapis persan (Persian Carpet), il nous permet d'admirer un exemple de la minutie de cet artisanat, en la personne d'un grand tapis que la caméra de Kiaro va scruter méthodiquement, des bords vers son centre. Des arbres, des fruits, des petits zoziaux, des plantes, que de beauté dans ces motifs minutieusement brodés, aurait dit un guide touristique passionné. Moi, je dirais juste que ça a le mérite d'exister, que Kiaro regarde ça avec un mélange d'admiration (l'ambiance est clairement au recueillement devant la beauté ; seules deux phrases viennent trouer le silence, mais ne comptez pas sur moi pour vous les traduire du persan) et de distance (le travail de la caméra est mathématique, très ordonné), et que, ma foi on est bien content que des gars aient fabriqué ce bien joli tapis. Voilà, hein, je trouverai peut-être un jour le courage de regarder le reste (il y a même un film de Jafar Panahi dedans, et je l'aime bien), mais pour l'instant, saluons cette parenthèse kiarostamienne salutaire.

atout Kiaro : ici