07 mai 2020

Big Trouble (1986) de John Cassavetes

Voilà ce qu'on est en droit d'appeler une daube intégrale, un truc ignoble : un scénario qui part dans tous les sens, des acteurs en free-lance, des dialogues ridicules... Tout est raté, voire plus. Pauvre John, appelé à la rescousse par son pote Peter Falk pour remplacer Andrew Bergman qui s'était sabordé : il n'y avait absolument rien à sauver de ce naufrage où tout est poussif et vulgaire à l'image des tenues de l'actrice principale Beverly d'Angelo - la bougresse, sélectionnée indéniablement en raison de sa plastique, est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mai 2020

La Ballade des Sans-Espoirs (Too Late Blues) (1961) de John Cassavetes

Cassavetes travaille pour la Paramount mais ne vend pas totalement son âme aux grands studios dans cette histoire bluesimentale teintée d’idéalisme artistique. C'est en tout cas le message que l'on pourrait retenir dans le parcours de ce petit as du jazz, Ghost, prêt à se vendre pour jouer, mais incapable de faire de concessions sur le style de musique qu'il veut jouer... Ghost, malgré les rencontres (Stella Stevens as Jess Polanski, un visage lisse comme un billard en marbre), malgré ses musicos, malgré son agent, va connaître une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mai 2020

A Pair of Boots & My Daddy can lick your Daddy in The Lloyd Bridges Show (1962-63) de John Cassavetes

A Pair of Boots Nos odyssées nous amènent parfois sur de tous petits chemins de traverse. Eh oui, Cassavetes a tourné deux épisodes de cette série télé à la gloire de Lloyd Bridges qui endosse, dans ces épisodes de 24 minutes, le premier rôle. Ce premier petit film se déroule lors de la guerre de sécession : les deux camps se font face et décident d'une trêve ; le moment opportun pour échanger et surtout pour s'échanger des denrées : tu me files du café, je te file du tabac ; tu me files ton harmonica, je te file du riz - ah non,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mai 2020

Symphonie en noir (Etude in black) in Columbo (1972) de Nicholas Colasanto, Peter Falk & John Cassavetes

Vous aviez déjà eu droit à un épisode de Tatort (de Fuller) en voici un de Colombo avec nos amis Falk et Cassavetes derrière les manettes (sans être d’ailleurs crédités au côté de Nicholas Colasanto). Qu’en dire ? C’est un peu concombre comme un épisode de Colombo : un meurtre, un indice laissé sur place (ici, un œillet…), qui, on le devine, perdra l’assassin… Mais bon essayons de trouver un intérêt au-delà de ce scénar prévisible à mourir, voire même de la réalisation ultra codifiée qui ne laisse que guère de place... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2020

Shadows (1958) de John Cassavetes

On se fait plaisir avec cette première œuvre très jazzy et "improvisée" (sic) tournée en plusieurs temps par un jeune Cassavetes à la pointe de l'expérimentation cinématographique. On ne reviendra pas sur la genèse de la chose, simplement sur ce rendu final, plein de fraîcheur, de coups de théâtre, d'engueulades et de sourires complices. Cassavetes nous présente façon puzzle la famille Herd : l'aîné, Hugh, chanteur, inséparable de son imprésario qui tente bon an mal de l'imposer dans des clubs de secondes zones ; on ne verra guère... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 mars 2020

Husbands (1970) de John Cassavetes

  Retour à la base avec ce classique de Cassavetes, un Cassavetes allié à ses incontournables partenaires Falk et Gazzara. Trois maris, trois amis qui se donnent rendez-vous pour l'enterrement de leur quatrième pote disparu prématurément. Le temps de picoler, de déconner grave, de faire des bilans, des bilans individuels pour le coup peu glorieux. Ces trois personnages sont filmés dans tous leurs éclats, de rires et de pleurs, dans toutes leurs crises, de rire ou de nerfs. Ils apparaissent plus souvent pathétiques qu'à leur... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 novembre 2018

Une Femme sous Influence (A Woman under the Influence) (1974) de John Cassavetes

Passer de Vadim à Cassavetes, ce n'est pas un grand écart, c'est un véritable écartèlement (avec dispersion des membres façon puzzle). Enième visionnage de ce film fétiche (découvert, si je ne m'abuse, au côté de l'ami Gols dans une salle obscure clermontoise - il y a de cela pas loin d'un siècle) qui signa mon amour infini pour la sublime et transcendante Gena Rowlands. Est-ce l'histoire d'une femme sous l’influence d'un petit grain de folie, libre avant tout, trop dans sa bulle, voulant communiquer mais s'y prenant de façon trop... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 octobre 2018

Meurtre d'un Bookmaker chinois / Le Bal des Vauriens (The Killing of a Chinese Bookie) (1976) de John Cassavetes

J'étais resté sur une impression assez vague d'une vision cinématographique lointaine en salle (surement la version de 2h15 car il me semble avoir éprouvé quelques longueurs). Cette version "director's cut" (25 mn de moins... comme quoi parfois, moins c'est long, plus c'est bon) me paraît beaucoup plus dynamique et punchy et j'avoue être resté tout du long sous le charme d'un Ben Gazzara de plus en plus à la dérive... Je gardais notamment en tête le meurtre en lui-même, un temps d’hésitation avant le passage à l’acte qui m’avait... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
10 octobre 2009

Love Streams de John Cassavetes - 1984

Cassavetes aborde toujours le même sujet : la solitude, la difficulté d'aimer et d'être un adulte, les heures sombres de la nuit, la folie, l'alcool... Love Streams ne déroge pas à la règle, bien au contraire : c'est du Cassavetes-bilan, somme de ses inspirations condensées en 2 heures de pure émotion. A travers le portrait croisé de ces deux inadaptés de la vie (lui, fêtard triste passionné par le sexe, l'alcool et sa soeur ; elle, petit oiseau givré en manque criant d'amour), c'est à une introspection très profonde qu'on nous... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 mai 2009

Opening Night de John Cassavetes - 1977

Un film magnifique depuis toujours et pour toujours que ce Opening Night, qui fait la jonction entre le cinéma nerveux made in USA genre Fuller et le drame psychologique à l'européenne genre Bergman. Cassavetes filme les tourments de l'âme comme s'il s'agissait de scènes d'action, et tend chaque séquence comme un arc. Myrtle est une actrice vieillissante, star adulée qui travaille une pièce psychologique sur le vieillissement et la perte de la féminité. Un accident survenant un soir de représentation va entraîner une dégringolade... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]