breachInspiré d'une histoire vraie -l'arrestation en 2001 du plus grand espion américain (vendait tout aux Russes le gars)- ce film de Billy Ray -responsable de l'excellent Shattered Glass, on insistera pas sinon sur ses autres scénarii hollywoodiens...- est d'une excellent facture. Refusant tout effet d'emphase - Jack Bauer se serait déjà tiré une balle devant si peu d'action... dommage parce qu'on retrouve en responsable du FBI le président Palmer himself, qui n'est pas mort donc, mais qui a juste changé de service -, on suit la curieuse association entre ce vieux de la vieille joué par l'excellentissime Chris Cooper et ce jeune agent ambitieux et émerite, le prometteur Ryan Phillippe déjà aperçu dans Flags of our Fathers.

Aucun coups de feu ni filatures spectaculaires, juste le travail au quotidien d'une jeune recrue du FBI qui doit tenter de rassembler un maximum d'informations sur ce vieux briscard d'agent double sans se faire percer à jour - il est plusieurs fois d'ailleurs à deux doigts d'y passer et il lui faut un sang froid énorme pour ne pas tomber dans les pièges tendus par le maître.  Le film sans jamais être ennuyeux est tout simplement parfaitement construit, alternant les scènes aux bureaux et les difficultés du jeune agent dans sa vie de couple, la pression de "son boss" ne se relâchant jamais vraiment: en effet, non seulement il insiste pour l'inviter en bon catho à la messe, mais n'hésitebreach point à s'inviter chez lui avec sa femme pour tenir compagnie à son épouse. Cette atmosphère insidieuse, de suspicion quotidienne au taff et de secrets impossibles à dévoiler à la casa, est subtilement rendue par une musique qui se glisse parfaitement dans chacun des plans. Refusant tout effet choc et chic, grâce à une image relativement peu contrastée, l'impression de réalisme n'en est que plus intense, ce qui sert parfaitement le sujet. A défaut d'être un chef-d'oeuvre, un film qui tient parfaitement son rang: de la bien belle ouvrage, du sérieux quoi.