vlcsnap-2021-02-02-17h29m16s627

Un film de Raoul nous aurait-il échappé ? Alors ça, pardi ! Heureusement, il n'est jamais trop tard pour achever l'une de nos odyssées... Alors oui, ce n'est pas le chef-d'oeuvre inconnu du cinéaste borgne, encore moins une petite perle de derrière les fagots... Juste un film à tendance musicale (deux trois chansons potaches et c'est plié) sur un fond (teinté de nostalgie... - rien n'a changé depuis l'époque de nos parents... Oh My God !) de service militaire. Ou comment trois jeunes gars se retrouvent dans un camp militaire pour chantonner en épluchant des patates, pour dragouiller la gorette à la moindre perme, ou encore pour se retrouver sur scène, sélectionnés qu'ils sont, les bougres, pour représenter leur régiment dans une émission télé special army... Autant vous dire que le scénar est mince comme du papier à cigarette... Pour tenter d'amener un brin de comédie dans la chose, on introduit un bon vieux quiproquo à deux balles : l'un des trois hommes, suite à une petite erreur de manipulation des lits à l'hôpital, se retrouve marié contre son gré à une (vieille) donzelle haut-placée dans le ministère des armées. Boule-de-gomme et gaspature, que d'inconvénients à l'horizon et ce d'autant qu'il sera bien difficile pour notre homme, pris pour un fou et sans cesse arrêté par erreur, de se dépatouiller de cette situation fort fâcheuse...

vlcsnap-2021-02-02-17h29m31s213

Esprit de troupe, histoire de bandes (trois mecs, trois donzelles dont la Frenchy Christine Carère (born in Dijon) et son bien joli minois) et dialogues pleins de camaraderie déconnante. Raoul, sur un scénar qui devait tenir en 15 minutes, rallonge la chose sur 90 et c'est bien le seul exploit à mettre à son actif sur cette action. Bah, l'humeur est à la franche rigolade, les jeunes filles sont plus souriantes que des laborantines de chez Colgate et l'Armée prend presque des airs de camp de vacances... On pourra apprécier le scope, la petite virée en bord de mer de nos six jeunes gens si insouciants et heureux comme Ulysse ou encore cet esprit léger et fun qui émane de chaque plan. Reste tout de même un film très très maigre dans le fond et relativement paresseux dans la forme (de belles couleurs et hop c'est dans la poche). Un Walsh plein d'esprit de camaraderie et de flirts bon enfant, on devra pour cette fois s'en contenter... (on l'imagine tout de même aisément roupiller entre les prises, le fumier, mais passons). Un peu trop à la coule, Raoul.

vlcsnap-2021-02-02-17h30m00s165

 Walsh le gros mythe