Pialat_Dr_les_de_bobinesLes premiers courts métrages du gars Maurice ont cela d'étonnant qu'ils demeurent relativement imprévisibles ; avec Drôles de Bobine, on est plutôt dans l'ère de la grosse déconne à la Buster Keaton. On découvre un Maurice barbichu sous-directeur d'entreprise qui fait sa gym et prend son petit dèj avec son serviteur sur le toit d'une maison ; on est dans le burlesque total et encore compréhensible avant de partir dans une longue suite de saynètes abracadabrantes où l'on passera du coq à l'âne avec comme seul véritable fil conducteur... des kilomètres de bande Velpo (...). Course poursuite en bagnoles sous les yeux hallucinés des badeaux, personnages filmés en accéléré dont on ne sait rapidement plus qui court après qui et surtout pourquoi, combats à grands coups de parapluie et cascades au bord d'un toit - la "petite vieille dynamique" a failli mourir trente fois au cours du tournage (faudrait d'ailleurs qu'on m'explique comment elle a fait son compte pour se retrouver dans cette immense cheminée qui domine les environs...), autant de séquences incontournables genre. Maurice devait sûrement à l'époque fumer de l'herbe pure de Cunlhat pour mettre en scène un délire pareil... Une parenthèse en tout cas totalement inattendue dans la filmographie du gars qui a du en avoir marre de la morgue des curetons. Surprenant, c'est le mot...

Tout Pialat akbar est dans cette direction