Jérôme Salle n'y va pas avec le dos d'un harpon pour bien nous faire comprendre que le sympathique Commandant Cousteau avec son bonnet rouge (Lambert Wilson tout en rides marines) n'était en fait qu'un mirliton aimant la gloire et les femmes (et finalement assez peu défenseur des moules) alors même que son fils, Philippe Cousteau (Pierre Niney, le teint pâle et romantique) était un pur et dur (vrai cinéaste et défenseur de la nature) malheureusement souvent mis sur le banc (de poisson). L'interprétation des deux acteurs n'est pas déplaisante en soi, non, la musique de Desplat des plus lyriques et les images sous-marines pas désagréables à découvrir... Dommage que Salle martèle sa thèse à grands coups de couteau à huitre, suivant tour à tour ce marsouin de Cousteau et cet idéaliste de Philippe sans parvenir à vraiment lier ces deux trajectoires. Démonstratif donc et terriblement longuet. Côté naufrage, on ne peut s'empêcher de relever la présence d'Audrey Tautou en femme du type au bonnet rouge. Jouant dès le départ de façon affreusement fausse, elle atteint les summums du ridicule lorsqu'elle se retrouve grimée en vieille alcoolo. L'affiche ci-dessous donne forcément envie de la pousser illico par-dessus bord pour qu'elle soit bouffée par des requins de façon sauvage. Un film au final bien sage (que reste-t-il de toute façon du "mythe" Cousteau ?), qui manque terriblement de sel.

241869