vlcsnap-2012-08-12-09h03m41s51

Et voilà la dernière saison tant attendue (hum) de nos femmes désespérées qui doivent faire face à tout plein de problèmes de notre bonne vieille société contemporaine : pédophilie, alcoolisme, enfant battu, alcoolisme, divorce, solitude, alcoolisme, tentative de suicide, cancer, meurtres, alcoolisme… Bref, toutes les turpitudes de l’existence qui chaque jour s’abattent sur  nous. Seulement voilà, cette ultime saison risque d’être forcément exceptionnelle : toute la solidarité, l’amitié qui lient nos quatre femmes au foyer risquent d’être remises en cause ; ce gros ballot de Carlos n’a pu s’empêcher de fendre le crâne d’un salopiot de pédo qui a maltraité sa femme dans sa petite enfance et la menaçait à nouveau ; plutôt que d’aller gentiment à la police en plaidant la légitime défense – le gars s’était introduit chez eux et montrait les crocs – notre bon Carlos et nos four superwomen n’ont rien trouvé de mieux que d’aller l’enterrer dans la forêt ; ni vu ni connu ? Tu parles, c’est comme chez Dostoïevski : le souvenir de cette nuit terrible va constamment les ronger et risque bien de grignoter progressivement les liens de leur si belle amitié – là est le véritable drame de cette saison terminale… L’amitié parviendra-t-elle à triompher, malgré cette horrible menace d’orage qui plane sur Wisteria Lane ? On est tenté de dire oui…

vlcsnap-2012-08-12-09h05m06s141

Il faut reconnaître que l’on ne peut que déplorer le manque d’inventivité de nos amis scénaristes ; pratiquement à chaque nouvel épisode un problème se pose, et en étant gentiment attentif aux trois premières minutes de chaque épisode, on peut déjà deviner comment il sera résolu – c’est comme dans un Agatha Christie du pauvre, c’est jamais la piste la plus évidente, mais la seconde… Les gars laissent comme Julien Lepers un indice en début de chaque partie et pour peu qu’on se creuse la tête 3 secondes et demi, on peut déjà deviner 39 minutes à l’avance l’effet de surprise… Bon, mais ne soyons po caustique, cela fait quand même huit ans qu’on mate le bazar… Que pourrait-on donc sauver de cette dernière mouture ? Si le retour de Kyle McLachlan est un coup d’épée dans l’eau, la mort de l’un des personnages principaux est quand même assez réussie ; on n’ira pas jusqu’à dire que l’épisode 17 est digne de Six Feet Under mais il y a indéniablement une chtite touche d’émotion qui surnage… C’est d’ailleurs sûrement l’un des seuls petits points forts de la série : le regard perdu de Susan, le regard alcoolique de Bree, le regard de cocker d’une Lynette esseulée, le regard d’incompréhension d’une Gabrielle qui  n’a pas pu s’acheter le dernier accessoire à la mode… Oui Desperate Housewives vous remue parfois dans les tréfonds de votre petite âme humaine (j’ai eu deux fois la larme à l’œil, c’est dire) et même si au final faut bien reconnaître que c’est po jojo au niveau ambition, avouons que nos 4 pépettes et leur crise existentielle quotidienne vont vachement nous manquer… Au moins 24 heures, soyons sportifs… So long…

vlcsnap-2012-08-12-09h05m53s115