20 août 2009

Scandale à Paris (A Scandal in Paris) de Douglas Sirk - 1946

Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise, voilà encore une pure merveille de la part de Sirk, la 30ème au moins de sa filmographie. A Scandal in Paris, c'est le raffinement d'une comédie légère allié à une amertume sombre, une sorte de film ultime. Difficile de trouver quoi que ce soit à discuter dans ce film à l'équilibre parfait, génial à tous les postes, un vrai plaisir de cinéma à l'ancienne comme on n'en fait plus ma pov'dame. L'immense George Sanders est l'interprète rêvé pour jouer Vidocq, bandit raffiné, bourreau des coeurs... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 août 2009

Le Signe du Païen (Sign of the Pagan) de Douglas Sirk - 1954

Même les génies sont bien obligés de gagner leur croûte, et on pardonne donc aisément à Sirk ce détour impersonnel vers le peplum qui ne restera pas dans les annales. Difficile de retrouver dans ce grand cirque la marque du bon Doug, et c'est vraiment pour dire quelque chose qu'on remarquera le goût éclatant pour les couleurs (mais n'est-ce pas le cas pour tous les peplums ?), le sens du montage dans les scènes d'action (avec, comme dans Hitler's Madman, ces fondus enchaînés qui se mèlent avec un beau mouvement d'ensemble), ou le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 août 2009

Hitler's Madman de Douglas Sirk - 1943

S'il existait encore quelques doutes quant aux sympathies de Sirk vis-à-vis du régime nazi, Hitler's Madman devrait les faire taire à jamais. Enorme audace de sa part d'avoir choisi, pour sa première production américaine, de livrer cette ode à la résistance et à la liberté. Il le fait dans une flamboyance de style impressionnante, et cette commande se transforme en oeuvre très personnelle et vibrante de sentiments. Pourtant, Sirk se contente la plupart du temps d'utiliser les outils de "propagande" anti-nazie habituels : opposition... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 août 2009

Le Secret magnifique (Magnificent Obsession) (1954) de Douglas Sirk

Sortez les violons, sortez les mouchoirs, voilà ce qu'on appelle du grand mélodrame. Bob Merrick (Rock Hudson, ultra charismatique) est un gros blaireau qui fait du speed boat. Le jour où il a un accident, il prive le vieux docteur Phillips qui, au même moment, a une crise cardiaque, de l'inhalateur. Le sort s'acharne : lorsqu'il tente de courtiser la femme du docteur Phillips, celle-ci, en s'échappant du taxi dans lequel il s'est immiscé, frôle une voiture, tombe et perd la vue... Prise de conscience du gars qui décide d'arrêter de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 août 2009

Demain est un Autre Jour (There's Always Tomorrow) de Douglas Sirk - 1956

Une finesse extraordinaire pour ce petit film ravageur de Sirk. On est dans le sentiment disséqué au scalpel le plus aiguisé qui soit, et pourtant dans la beauté simple des émotions, dans la sobriété d'écriture la plus admirable. Le plus fort là-dedans, c'est que Sirk fait semblant de réaliser tout autre chose qu'un mélodrame, comme si, par politesse, il s'excusait de nous faire pleurer. On croit même, dans les premières minutes, à une comédie : un homme débordé par sa famille, filmé dans son charmant intérieur bourgeois avec sa... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 août 2009

Ecrit sur du Vent (Written on the Wind) (1956) de Douglas Sirk

Est-ce qu'il y a quelque chose de plus coloré qu'un film de Douglas Sirk ? Il semblerait que l'automne a été créé pour lui, une saison où le vent des sentiments emporte tout (mon premier roman a été refusé chez Harlequin, comprends po); une porte fenêtre d'une immense demeure qui claque, des feuilles mortes qui s'engouffrent, des personnes alarmées qui se penchent aux fenêtres, un coup de feu, un homme qui se vautre sur le perron, le mélodrame est déjà là. Coup de vent sur un calendrier qui égrène ses pages, nous voilà revenus un an... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
09 juillet 2009

Des Filles disparaissent (Lured) de Douglas Sirk - 1947

Je ne cesse d'aller d'émerveillements en extase dans ma découverte de Douglas Sirk. Si Lured n'est vraiment brillant que dans sa première moitié, il n'en demeure pas moins un excellent moment résolument bluffant dans sa mise en scène et sa construction. Cette fois, Sirk s'éloigne du mélo pour livrer un film policier grand crin, avec tueur en série à la clé, et en profite pour user d'un humour so british vraiment délicieux. On se croirait revenu dans un de ces bons vieux Hitch période anglaise, tous les éléments du grand cinéma de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juillet 2009

La Habanera de Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) - 1937

En 1937, Detlef Sierck ne s'appelait pas encore Douglas Sirk, et ne l'était pas non plus. Pour tout dire, cette Habanera est assez poussive et inintéressante, et le style du gars manquait encore clairement de précision. On est là dans le mélodrame pur jus, teinté d'un soupçon d'exotisme (ça se passe à Puerto-Rico), d'une larme de comédie musicale (quelques romances tire-larmes) et d'un soupçon de drame politique. Quand on dit ça, on imagine à peu près ce que ça peut donner : eh bien, c'est exactement ça, et le film avance sans... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 juin 2009

La Ronde de l'Aube (The Tarnished Angels) de Douglas Sirk - 1958

Voilà encore une fois un film d'une classe absolue, qui prouve que Sirk est aussi bon dans le noir et blanc que dans la couleur. Fini le mélodrame pur et dur, nous voici dans ce mélange de sécheresse et de sentimentalisme propre à Faulkner, dont The Tarnished Angels est une adaptation. Très bonne adaptation d'ailleurs (de Pylône), puisque Sirk arrive magnifiquement à rendre à l'écran les rouages complexes des personnages faulknériens, notamment cette attirance vers la boue et l'abîme qui fait la marque des romans du sieur. Ici,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juin 2009

Mirage de la Vie (Imitation of Life) de Douglas Sirk - 1959

Il m'a fallu attendre 38 ans pour trouver un réalisateur américain capable de rivaliser avec Hitchcock au niveau de la mise en scène. Je sais bien que je m'emballe, mais quand on tombe sur une fulgurance formelle comme Imitation of Life, on peut bien envoyer paître toute réserve : on a droit ici au film du siècle, et puis c'est tout. Pas pour rien que je le compare à Hitch : comme dans les plus grands films de Bouddha, Imitation of Life parvient à déclencher l'émotion par la rigueur quasi-mathématique de la mise en scène. C'est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]