a_moi_toujoursUn ton en-dessous pour Laura Kasischke, dont j'avais beaucoup aimé A Suspicious River et Rêves de Garçons. Son écriture d'habitude subtile, qui sait user d'une symbolique vénéneuse du meilleur effet, est au service ici d'une (trop) longue histoire de femme infidèle, que son aventure extraconjugale bien innocente va mener en enfer. On sent qu'une fois encore, Kasischke voudrait montrer le danger qui se cache derrière le quotidien, en suggérant sans cesse des images morbides en lisière du monde le plus banal possible : le sang, la déviance psychologique, la mort, la déréliction, côtoient sans relâche ces petits personnages de faubourg aux tourments bourgeois ; ce qui commence en roman à l'eau de rose se poursuit vite dans le thriller glauque, et la métmorphose de l'un en l'autre est plutôt intéressante. Mais c'est comme si on voyait les ficelles derrière le résultat : Kasischke manque de subtilité dans la disposition de ses motifs morbides, et mène son personnage principal vers une résolution très attendue. On sent très vite que la narratrice se "trompe" d'amant, fait systématiquement les mauvais choix de vie, et qu'elle va devoir payer ; le suspense est nul, et c'est bien dommage. Après avoir accepté de lire les 100 premières pages très lisses, on aimerait être récompensé par un polar qui tient le coup : on aura qu'un gentillet roman d'été, un peu mieux écrit que la moyenne mais sans passion et sans vraie ambition. Le délicieux goût de mort qu'on trouve habituellement dans les romans de la dame manque ici d'épices. Reste un moment pas désagréable en compagnie d'une femme d'aujourd'hui assez justement dessinée, ça peut être suffisant.