lignes_de_failleComme c'est l'habitude chez la bonne vieille Nancy, Lignes de Faille est de la très belle ouvrage, débordant de sensibilité et d'intelligence dans le montage, émouvant et ambitieux, drôle et profond. Le projet, fûté, est de dresser le portrait d'une smala à travers le regard des enfants, et ce sur quatre générations. Commençant à rebours, Huston écrit donc les journaux intimes de quatre gosses de 6 ans, à partir de 2006 jusqu'à 1944. Le fait est que ses personnages sont parfaitement crédibles, du môme d'aujourd'hui passionné par Google, Bush Jr et les scènes de torture en Irak à la fillette volée embringuée dans une Lebensborn (renseignez-vous, ou plutôt lisez le bouquin) et en perte d'identité. Huston, en creux, dresse le bilan d'un monde violent, traversé par les guerres (en Israël, en Allemagne, en Irak...) et qui sacrifie ses enfants, moralement et physiquement. Très loin d'un discours moralisateur ou donneur de leçon, son écriture hyper-fluide et plus complexe qu'il n'y paraît (de brusques passages poétisés, des ellipses risquées et très maîtrisées...) est pourtant totalement limpide et simple. Justesse du trait psychologique, humour glacé toujours parfaitement utilisé, dynamisme constant dans les anecdotes et dans le style, ampleur de la construction, variation dans les genres et dans les champs, tout y est pour confirmer que Nancy est bien un auteur précieux et discret comme on les aime. Malgré quelques baisses d'inspiration à mi-chemin (inspiration qu'elle retrouve pleinement sur les 100 dernières pages), Lignes de Faille est un pur plaisir de lecteur, ce genre de bouquin qu'on ne lâche plus une fois qu'on l'a entamé. Les rythmes hustoniens vous tiennent sans faille du début à la fin. Pour une fois, les portraits d'enfants ne tombent jamais (ou presque jamais) dans la niaiserie et l'innocence à deux balles. Mes remerciements à ma fournisseuse officielle qui, cette fois, a touché juste.