"Un ours a la force de neuf hommes et l'intelligence de deux femmes."

9782070359493FSPaasilinna, après deux-trois ouvrages qui m'avaient terriblement laissé sur ma faim, livre un opus farfelu et déconnant absolument jubilatoire : l'histoire de ce pasteur qui reçoit comme cadeau de la part de ses paroissiens un bébé ours  part sur de très bonnes bases - l'attaque de la maman ourse dans le premier chapitre est assez extravagante en soi - et va nous emmener dans un petit voyage des plus dépaysants entre (bien sûr) la Finlande, la Russie ou encore l'île de Malte. Les frasques de notre ami le pasteur, fidèle à l'éducation de son ours, vont rapidement lasser et sa femme et ses supérieurs hiérarchiques, et notre homme de se retrouver sur les routes accompagné de cet animal particulièrement bien dressé (notre ours peut s'improviser garçon d'hôtel ou assistant lors de quelle n'importe quelle cérémonie religieuse ("Il savait exécuter avec aisance et conviction les gestes de dévotion de nombreux cultes, se prosternait le museau tourné vers la Mecque et geignait comme un parfait muezzin. Il faisait de fervents signes de croix orthodoxes et connaissait par cœur les liturgies catholiques et luthériennes" - une ptite pointe de causticité, mouais sans doute...) mais aussi de son javelot : le pasteur Huuskonen se révèle en effet un très grand adepte d'une toute nouvelle discipline qui aurait sa place aux Jeux Olympiques, le lancé de javelot ascensionnel - un sport qu'il vaut mieux pratiquer au fond d'un puits et muni d'un casque, même si là encore les risques d'accident restent grands... Des rencontres amicales - ce pauvre constructeur de chalet suicidaire -, quelques amourettes, une pincée de révélations sur l'histoire de l'humanité (se reporter à l'ouvrage pointu d'Huuskonen intitulé justement Révélations sur la Disparition des Dinosaures et le Secret des pyramides ou à l'épisode sur les premières traces d'existence d'extra-terrestre...) et des tragédies en cascade... On se demande parfois ce qui peut bien se tramer dans la tronche de Passilinna pour trousser des récits aussi rocambolesques - l'ours est au centre d'une poignée de pugilats - mais tant que son délire reste le même tout du long - passé parfois les cinquante premières pages, notre ami écrivain a tendance à se laisser doucement "ronronner" -, on reste preneur. Un opus revigorant.