9782361571924,0-3527620Voilà une biographie du bon HM qui a la particularité d'avoir été écrite par un auteur de la génération d'après, autrement dit une lectrice qui a mon âge, et ça, ça rapproche (même expérience entre parenthèse au moment du choix de mémoire de maîtrise : "Miller, le mari de Marilyn ?" ; mais bon je vais pas raconter ma vie non plus, hein). Valentine Imhof n'a de Miller qu'une approche de lectrice énamourée, ne l'a pas croisé ou interviewé, et c'est finalement une très bonne façon de parler du bougre : uniquement par les livres. Même si le bouquin est assez sagement biographique, on y trouve une décontraction, un côté ludique, un "lâcher-prise" (y compris dans l'édition, joyeuse et colorée) qui donnent le dynamisme nécessaire à l'entreprise et nous font renouer avec plaisir avec l'univers millerien. Notons avant tout que cette biographie a le même défaut que les autres : les 3/4 sont consacrés aux premières années et aux grands textes (les Tropiques, Le Cauchemar climatisé, et les rencontres avec June, Nin ou Fraenkel) et seulement quelques chapitres à la fin sur le Miller connu et retiré à Big Sur ou à Pacific Palisades. On rêve d'un auteur qui se pencherait un jour sérieusement sur les textes de la fin, qui sont pour certains fabuleux, et s'interroge un peu plus sur ce succès et les répercussions qu'il eût sur son écriture. Bref.

Même comme ça, ce livre est très agréable. Imhof écrit un texte plutôt court, qui survole la vie mais met le focus sur des points capitaux et personnels : on a l'essentiel, et même quelques petites anecdotes croustillantes qui éclairent tel ou tel point de la biographie. L'écriture est simple et tonique, à égal avec son modèle, sans admiration béate et sans aucune malveillance non plus, même quand Miller n'est pas très glorieux ou se contredit. Tout y est, bien à sa place, assez classiquement, mais on voit très bien la lecture qu'en fait Imhof, ses goûts (une préférence pour les Tropiques de toute évidence), et le plan plutôt finaud qu'elle construit pour mettre à jour un Miller joyeux et tourmenté à la fois, génial et parfois assez pathétique, écrivain tardif mais toujours acharné et convaincu de son destin. Très loin du pensum universitaire, elle joue avec les images de cet écrivain à la psyché complexe, le lui rendant très proche : on a l'impression qu'on côtoie un ami durant ces 250 pages tendres et empathiques. Constituant une excellente entrée dans cet univers magnifique que sont la vie et l'oeuvre de HM, le livre se termine même sur des "miscellanées" délicieuses qui nous donne par l'anecdote des infos sur Miller, et j'ai même appris des tas de trucs (alors que j'ai lu TOUTES les bios sur le maître). Un beau travail simple.