9782357070950,0-3740406Moi j'aime bien me faire une petite injection d'Antoine Choplin à espaces réguliers. Voilà un auteur qui n'aura jamais le Goncourt, et qui ne le réclame pas d'ailleurs, qui fait son bout de chemin à tout petits pas et livre quelques bouquins tout à fait délicieux. Ses sujets sont pourtant assez amples, et celui-ci ne fait pas exception : l'ascension de Vaclav Havel dans la Tchécoslovaquie des années 60-70, depuis sa petite troupe de théâtre itinérante (et les bides qu'elle rencontre au contact des ouvriers) jusqu'à l'accession à la présidence. Pour raconter cette grande Histoire, Choplin utilise une petite focale, et choisit le point de vue de Tomas Kusar, employé aux chemins de fer d'un village tchèque. Brave ouvrier sans histoire, aux amours vacillantes, à la reconnaissance en berne, il va découvrir la beauté de l'engagement et du groupe en cotoyant le grand homme, d'abord par le théâtre puis de plus en plus par ses actions politiques. L'angle est très fin : Havel est le candidat des petites gens, et le roman adopte leur point de vue. La vie de Tomas est simple, il aime les arbres et les trains, sentir le vent passer au passage des convois, les échecs ; mais au contact de cet espoir, de cette volonté, il va se découvrir des émotions inconnues. Tout en restant dans l'ombre du maître, il va aussi découvrir l'amour, le sens de la lutte, la peur...

Choplin épouse la silmplicité de son "héros" : son écriture est limpide, sensible, très fluide, et en même temps d'une totale modestie. Il lui importe de mettre le bon mot sur le bon sentiment, si possible le plus ténu possible. Il raconte ainsi son histoire, en quelques étapes, quelques chapitres, le plus simplement du monde, en restant toujours du côté des émotions, des sensations. Le livre est certes intéressant en ce qu'il fait découvrir de la vie de Havel, mais il est surtout intéressant parce que Choplin nous fait sans arrêt sentir que, pour fabriquer un destin connu et médiatisé, il faut une foule de petites gens, et que ces petites gens aussi ont une histoire, même minuscule, digne d'être racontée. Il sait mettre le doigt sur ces mille petits détails qui font une vie, et évoque gentiment l'importance de cette vie. Un beau livre fragile, ça change des cadors de la littérature.