vlcsnap_2019_05_21_12h52m39s559

Voilà, c'est terminé, n'en parlons plus, ou juste une dernière fois pour la forme. Certains voudraient réécrire cette dernière saison qu'ils trouvent décevante (pas plus que les autres) ou pas crédible (je tenais juste à leur rappeler au passage, notamment, que les dragons n'existaient pas) : soyons beau joueur et acceptons ce final doux amer... Certes, d'aucuns s'attendaient à ce que les femmes prennent le pouvoir, qu'une nouvelle ère féminine s'ouvre... On est quand même plutôt allé loin en terme d'ouverture puisque désormais un handicapé conseillé par un nain se retrouve à la tête du bazar - difficile de faire plus tolérant, à moins sans doute de mettre Mimie Mathy sur le trône de fer mais on dérape sans doute un peu... Une dernière saison, clamons-le, qui nous a permis d'assister à deux séquences de combat d'anthologie, tout de même... Malheureusement quand je dis d'anthologie, cela reste surtout au niveau des moyens mis en œuvre... Le rendu, reste, à mes yeux, pour le coup, un peu terne ; le fait que l'on soit (en ce qui concerne l'épisode 5) dans un combat crépusculaire, avec moult cendres et flocons qui volent, pourquoi pas... Non, le plus gênant reste ces combats montés de façon souvent illisible avec un montage choc mais creux – avec, en bonus, des bouts d'êtres humains qui giclent à l'aide d'effets spéciaux numériques toujours aussi laids et plats... Au niveau des personnages, pas grand-chose à ajouter ; Jon Snow avec sa tête de cocker (et de bâtard) continue de se faire mettre, l'intrépide Arya joue les Christophe Colomb de poche et on a hâte de la retrouver sur la chaine Géo, quant au nain, il passe jusqu'au bout entre les mailles du filet (...) - il retrouve un peu de sa superbe (après avoir touché le fond) sur la toute fin avec ce projet énoncé en conseil de "ministres" de reconstruire les bordels avant la ville ou la flotte : enfin, on le retrouve à sa place (quitte à reconstruire la ville, il serait bon de laisser tomber les tours car on voit mal Le Corbeau, le nouveau roi sur sa chaise roulante, se taper 254 étages tous les jours). Pas franchement ému sinon, ou saigné à blanc par le devenir de ces héros de petite envergure, un peu trop d'un bloc...

vlcsnap-2019-05-21-12h54m13s681

Le seul personnage finalement un peu surprenant (non, ce n'est pas Daenerys, on sentait le coup de sang venir - c'est une femme de tête), c'est sans doute le dragon : après avoir participé à un génocide affreusement gratuit (il brule la capitale alors même que les habitants se rendaient : un carnage épouvantable, simplement pour le fun), il semble que la nuit lui ait porté conseil ; plutôt que de dézinguer le meurtrier Jon Snow comme la logique le voudrait, notre bon dragon s'en prend directement au trône de fer qu'il fait fondre de son haleine relativement lourde. Un peu comme si c'était lui le garant de la morale de toute la série : le pouvoir rend les gens dingues, autant en finir avec ce système de barbare... Il s'envole ensuite au loin dans un cri de mouette déchirant, comme s'il laissait définitivement les êtres humains se fracasser entre eux - c'est sans aucun doute l'instant le plus touchant... Le reste (sans vouloir en dégouter les autres, chacun peut prendre plaisir à regarder des personnages à se venger sur trois générations) demeure franchement un peu plan-plan : des personnages au regard triste finissent par se partager le monde lors d'un final dénué de sexe, d'humour et de sang (l’esprit original de la chose, rappelons-le). Mouais. Une série, en conclusion, moins chiante que le tétanos, mais guère plus recommandable sur la longueur - morne plaine guerrière et moyenâgeuse.

vlcsnap-2019-05-21-12h53m20s110