vlcsnap-error807

vlcsnap-error303

On connaissait l'ami Bert pour Miroirs de Hollande (Grand Prix à Cannes en 1951, tout de même) et il nous revient ici sept ans plus tard avec une comédie sympathique et fanfaronne qui se déroule, à nouveau, dans une ville d'eau. Le pitch est clair : les deux cafetiers du coin qui font partie de la fanfare locale ne peuvent pas se piffrer. Le joueur de contrebasse n'a de cesse de se moquer du joueur du cor et scission est faite au sein de la fanfare. Pour avoir les subventions de la mairie, il faut constituer la fanfare avec le plus de musiciens - la guerre est déclarée entre les deux groupes et tous les moyens sont bons pour attirer le plus d'homme dans son camp, notamment le joueur de triangle…

vlcsnap-error863

vlcsnap-error477

On est dans la comédie de village avec ses personnages hauts en couleur et ses petites querelles intestines. Le maire et le flic local ont beau faire pour tenter de ramener le calme, la guéguerre entre les deux cafetiers fait rage : c'est à celui qui va s'emparer de la bannière de la fanfare ou du plus d'instruments ; sur terre (la vache qui débarque inopinément dans le café et ruine toutes les tables) comme sur eau (la course poursuite dans les joncs), on ne se fait pas de cadeau pour avoir la possibilité de prendre l’avantage... Parallèlement à ces fanfaronnades, on a droit à une histoire d'amour tumultueuse entre la fille du joueur de contrebasse et le flic, aux tergiversations multiples du joueur de triangle (qui en tant que commerçant se doit de ne froisser personne... mais qui n'est jamais à l'abri d'une cagade en matant, tout en conduisant sa barque et en livrant le lait, les jeunes filles hollandaises en vacances), bref à des petites histoires locales rigolotes. L'ensemble se regarde avec une certaine bienveillance, surtout pour l'aspect attachant de ces multiples personnages toujours à l'affut du moindre coup fourré. Quelques petites fausses notes sans doute au niveau du rythme et du côté un peu caricatural de certaines situations mais on reste assez satisfait d'avoir découvert cette œuvre vintage du cinéaste hollandais avec tous ses flonflons loufoques et ses gentillets couacs.  

vlcsnap-error188

vlcsnap-error314