HARPER_0

Si le nom de Jack Smight ne vous dit rien et ben ne vous forcez surtout pas à le retenir. Harper a bien mal vieilli, à l'image de cette chambre à coucher violette au début du film très sixties. Paul Newman joue un privé d'une nouvelle race, qui ne picole pas, n'embrasse pas les petites pépées et se prend une branlée à chacun de ses accrochages; il est en plus en plein divorce et tant qu'à faire on se demande s'il aurait pas mieux valu le coup qu'il soit pharmacien. Seul signe particulier, il s'esclaffe comme un potache pour un rien, fait des grimaces et des blagues super drôles à sa femme en se faisant passer au téléphone pour Jean-Yves Lafesse. Bon puisqu'il s'agit d'une intrigue policière, parlons-en: l'histoire est parfaitement résumée par l'avocat de la famille: "une salope (Lauren Bacall tout de même, un peu de respect mon gars) qui fait appel à un privé pour retrouver une ordure"; ami de la poésie bonsoir et dans ce kidnapping avec des méchants qui trahissent des méchants (vu 15 fois), on n'est jamais avare de clichés plus ou moins volontaires: une photo sur une table de chevet et hop une piste, un cadavre avec dans sa poche une boîte d'allumette au nom d'un bar et hop une piste, une serveuse qui n'a pas la langue de sa poche et hop - ouais une piste - ou encore un Harper qui, coup de bol, arrive à l'instant même (15 secondes plus tard, c'était mort) où une gonzesse torturée avoue où elle a caché la rançon... Lassant.


HARPER_6

Bref, si ça se veut dans la tradition des films noirs des années 40, cela a bien 20 ans de retard, les couleurs flashy en trop. Seul regret de cette époque, les danses sur lesquelles nos amis les jeunes se trémoussaient en se démantibulant dans tous les sens - rah, là j'aurais pu faire des malheurs dans le ridicule - on naît jamais à la bonne époque. Smight a surtout enchaîné ensuite avec des séries télé, et même, ouah, un Colombo: bonne gâche. Allez pour finir sur une note gaie la présence de Robert Wagner jeune - l'ai toujours connu vieux moi - et de la chtite Pamela Tiffin en bimbo, charming. On pourrait aussi parler de Paul Newman mais j'ai pas vraiment la foi là. A peine au niveau d'un dimanche aprème très lourd.