jim1Encore une fois, et ça finit par devenir lassant, nous voici dans le petit film indy fauché, tout en mélancolie aux tons pastels. Encore une fois, rien n'est vraiment raté dans ce film, mais rien non plus ne remporte l'adhésion. Plus réussi malgré tout que le terne Animal Factory du même Buscemi, parce qu'un peu plus original dans son écriture, Lonesome Jim se regarde gentiment, fait sourire, parvient même parfois à nous toucher légèrement. Casey Affleck est plutôt bien en dépressif chronique, égoïste et inadapté, et le couple qu'il forme avec Liv Tyler est crédible et romantique. De plus, les dialogues sont parfois très drôles, ce qui sauve le film d'une trame sur-attendue (un jeune gars pris dans la dépression, et qui s'en sort doucement par le contact avec autrui et sa vision nouvelle des rapports familiaux). Mais quand on se souvient de ce que Vincent Gallo était arrivé à faire avec Buffalo'66, sur un style et une ambition similaires, on ne peut que regretter le manque d'audace latent de Buscemi, qui ne sort jamais du domaine du gentil et du propret. La modestie n'oblige pas à la disparition complète, et Lonesome Jim n'est pas signé, pas fini, pas soutenu par son réalisateur. Le même film qu'hier et qu'avant-hier, et, je le crains, le même que demain. Un moment ni fait ni à faire, disons, un juste milieu frustrant mais pas non plus désagréable.