vlcsnap-2019-02-10-17h23m52s111

L'histoire d'une femme qui se barre, ça me parle, presqu'autant d'ailleurs que celle d'un type qui fait un boulot de merde. C'est la joyeuse vie de notre ami Romain Duris qui va devoir faire front. Notre type qui bosse à donf se retrouve seul du jour au lendemain avec deux gosses à charge. D'abord, il ne réalise pas : comment peut-on le quitter ? Et puis surtout pourquoi bordel ? Bon, il est parfois un peu lourd, n'est jamais chez lui mais merde on se barre pas comme ça sans prévenir ! Romain va devoir pourtant gérer en pouvant compter sur l'aide de sa mère (gentille et un peu vieillotte comme toutes les mères) et de sa sœur pour un temps limité. Jusqu'à quand pourra-t-il tenir ?

vlcsnap-2019-02-10-17h24m56s120

On aime plutôt bien ce Duris là, pugnace, un peu aveugle, plein d'humanité avec ses collègues, plein d'absences (dans un premier temps) pour sa  famille. Il met un bon bout de temps à réaliser que sa femme en a eu marre et reste un rien hébété avant de commencer à s'organiser. C'est ce petit combat au quotidien que l'on suit, toutes ces petites merdouilles de la vie (la connasse des ressources humaines, les problèmes de thune, ces gosses chronophages) et ses minuscules satisfactions (un flirt avec une collègue - mais juste un flirt ; la complicité d'une sœur le temps d’une petite discute). C'est plein de petites doses d'humanité, du cinoche pépère et tranquille montrant que si la vie n'est pas une chienne, c'est au moins une bâtarde. Notre gars Duris est totalement à l'aise dans ce rôle taillé sur mesure, chaussant ses gros sabots quand il s'agit d'être diplomatique avec son entourage (au taff comme avec ses gosses ou sa famille, le type aime à mettre les pieds dans le plat), s'illuminant quelques secondes lorsque la vie se fait plus clémente (quelques secondes par-ci par-là). Senez ne révolutionne pas le cinéma, c'est le moins qu'on puisse dire, mais réalise un portrait crédible d'un type qui en chie sans comprendre vraiment pourquoi - sujet éminemment contemporain. Une bataille réussie, au moins pour Duris. Petit film du dimanche pour le reste, quoi.