19 août 2013

Bon à rien (Rokudenashi) (1960) de Kijû Yoshida

Ah cette belle jeunesse nippone des sixties… Va-t-elle définitivement partir à la dérive ou serait-il temps pour elle de se ranger ? Kijû Yoshida suit les traces de Jun (toujours aussi bon ce Hizuru Takachiho) qui passe son temps à se branler la nouille avec le fils d’un boss richissime et deux gaziers opportunistes. Entre petit braquage pour rire de la secrétaire de la boîte et séances de picole, l’ambiance n’est pas non plus délirante. Faut dire que le fils du boss traverse une crise existentielle (entre tendance... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mars 2013

Amours dans la Neige (Juhyo no yoromeki) (1968) de Kijû Yoshida

Une femme, deux hommes, une station balnéaire abandonnée... On se croirait presque dans un film de Blier en noir et blanc sans une once d'humour et magnifiquement filmé (Yoshida dont chaque cadre semble pensé, millimétré... à défaut parfois de la "sanguinité" du jeu des acteurs, certes). Bref. L'un des hommes est un ex-amant avec lequel elle a eu une relation platonique (il est impuissant), l'autre est un jeune homme qui n'a de cesse de tergiverser (il pourrait la tuer sur ce lac... mais elle est enceinte... ils se quittent malgré... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2012

Le Lac des Femmes (Onna no mizûmi) (1966) de Kijû Yoshida

Encore un film superbe et intrigant de Yoshida mettant en scène le désir féminin… Une femme (Mariko Okada, belle à se damner), un mari, un amant, un adorateur, voilà ce qui constitue le fil rouge de ce film esthétiquement magnifique. On pourrait aussi éventuellement développer : le père de l'enfant de Mariko est riche, sérieux, totalement dévoué à son taff, froid comme un sabre ; les rencontres avec son amant décorateur ont lieu dans des chambres d’hôtel : notre gars s'y montre aimant, prêt à vouloir faire sa vie avec la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 juillet 2012

Passion ardente (Joen) (1967) de Kijû Yoshida

Un réalisateur nippon décidément des plus intéressants que ce Yoshida, non seulement par le soin esthétique qu’il apporte à ses films (une véritable science du cadre et de l’utilisation du format panoramique, qu’il s’agisse de filmer deux individus en pleine discussion ou une seule, qu’il aime généralement caser, comme notre ami WKW, dans le troisième tiers de l’écran) mais aussi par cette façon de conter des histoires dont il est souvent difficile de savoir dans quelle direction elle vont nous mener : il s’agit ici du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mai 2012

La Fin d'une douce Nuit (Amai yoru no hate) (1961) de Kijû Yoshida

Au delà du message subliminal du titre (voient tout, nos commentateurs), voilà un po mauvais ptit film du gars Yoshida mettant en scène un jeune nippon (Jirô) qui pense, gigolotiquement (si, ça se dit), se faire une place au soleil ; séducteur, pugnace, convaincant et forcément vénal notre homme va se retrouver entouré de trois donzelles qui peuvent toute le servir dans son ascension : une jeune femme croisée dans un restaurant qu'il va mener dans une maison olé olé, la tenancière de la dite-maison (qui se trouve être aussi la fille... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1