10 octobre 2013

Chungking Express (Chong qing sen lin) de Wong Kar-Wai - 1994

Une envie de romantisme, et une envie aussi de retrouver le Wong Kar-Wai sincère que ses effets spéciaux à rallonge ont enseveli : retour sur ce film fondateur de mon amour pour le bougre (et je pense que mon Shang ne me contredira pas). Résultat des courses : eh bien malgré les 20 ans écoulés, et malgré le fait que, oui, on peut toujours reprocher à WKW de faire des clips très datés, Chungking Express est toujours aussi agréable et fort. Il y a dans ce film une fièvre particulière, héritée sûrement de l'amour du compère pour les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 août 2013

The Grandmaster (Yi dai zong shi) (2013) de Wong Kar-Wai

Après la version de daube sur le même sujet (ici) qui a malgré tout cartonné en Chine (j’ai pas eu le courage de voir le 2…), bien sûr qu’on l’attendait impatiemment cette vision wong-kar-waienne du grande maître du kung-fu, sieur Yip. On l’attendait d’autant plus que WKW nous avait laissés sur une impression on ne peut plus mitigée avec son mollasson My blueberry Nights, à tel point qu’on finissait par se demander si le cinéaste n’allait pas rester l’homme d’une décennie, les nineties (+ 2046, intemporel, forcément...). Bien,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 février 2009

Les Cendres du Temps (Dung che sai duk) de Wong Kar-Wai - 1994/2008 version Redux

Immense déception à la vision de ce film que j'ai attendu des années avant de voir, fébrilement je dois le dire. Les Cendres du Temps est pourvu non seulement d'un scénario très confus, bien qu'ambitieux, mais il est aussi mis en scène de façon très vaine et crâneuse. Le projet ne manquait pourtant pas d'envergure : méler en une seule histoire les temps, les rythmes, les personnages, les époques, les histoires, pour créer une sorte de fresque intime centrée sur le seul personnage d'un "agent de tueurs". Mais ce projet est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 03:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 février 2008

My Blueberry Nights (2007) de Wong Kar-Wai

Quoi qu'en disent nombre de critiques, WKW ne s'est pas contenté, pour son escapade aux States, de trimballer sa panoplie d'effets de style. Bien qu'on reconnaisse le gusse à 3000 km, il semble bien qu'il ait réfléchi à la spécificité de ce nouveau territoire cinématographique et géographique avant de le filmer : les USA sont le pays de l'Actor's Studio, du théâtre psychologique, des grands espaces et du glamour ; aussi, My Blueberry Nights va-t-il se concentrer sur les personnages, sur les dialogues, sur la nature et sur le côté... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 janvier 2008

There's Only One Sun de Wong Kar-Wai - 2008

Puisqu'on fait aussi les courts-métrages de WKW (odyssée oblige), passage obligé vers ce petit film clinquant et sur-produit, commandé par Phillips pour promouvoir un écran plat qui rend des couleurs pas bégueules. Forcément, le gars Wong ne peut pas se permettre de faire dans le pastel, et livre donc avec There's Only One Sun un festival de couleurs fluos, qui ferait passer ses autres films pour des sépias. On en prend certes plein les yeux, avec le risque non-évité de se contenter d'en mettre plein les yeux : le clip ressemble un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
11 octobre 2007

La Main (The Hand - segment dans Eros) (2005) de Wong Kar Wai

Petit joyau sexy en diable de notre homme de Hong-Kong. Jeu de mains, jeu de vilains. La main c'est bien sûr celle de l'érotissime Gong Li qui se glisse entre les jambes de son tailleur pour qu'il n'oublie jamais cette sensation vertigineuse de bien-être lorsqu'il lui fera ses vêtements; les mains c'est celles du tailleur qu'il promène sur Gong Li pour prendre des mesures purement "tactiles"; la main c'est encore celle du tailleur qu'il enfouit dans les robes vides de Gong Li sur sa table de travail la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 juin 2007

Hua yang de nian hua (2000) de Wong Kar Wai

Montage d'un peu plus de deux minutes sur les stars oubliées du cinéma chinois, gros plans et scènes de baiser, scènes de danse et de retrouvailles, ou encore plans sur des jambes de femmes marchant dans la rue ou montant des escaliers comme une belle introduction à In The Mood for Love. L'image noir et blanc est parfois légèrement bleutée et la bande son est une ancienne chanson que l'on retrouve dans la B.O d'In the Mood. Bon quand est-ce qu'il revient à Shanghai le WKW pour que je lui cire les pompes ? Tout WKW : cliquez
Posté par Shangols à 07:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2007

Six days (2002) - clip vidéo de Wong Kar Wai

On est compulsif ou on ne l'est pas. Voici donc un troublant objet video filmé par Christopher Doyle himself avec des paroles (signées DJ Shadow...) aussi pêchues que "Tomorrow never comes until it's too late" et une citation finale du grand écrivain Bruce Lee (quoi?) "The possession of anything begins in the mind". On croit assister à une rupture, au souvenir d'un amour perdu, avec quelques séquences subliminales qui tentent de présenter encore et toujours l'amour comme un immortel combat: outre une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2007

wkw/tk/1996@7'55''hk.net (1996) de Wong Kar Wai

Réalisée dans la foulée des Anges Déchus, cette pub (quoique cela n'y ressemble pas vraiment...) pour le créateur de mode japonais Takeo Kikuchi met en scène Karen Mok et le Japonais Tadanobu Asano dans des rôles et une mise en scène complètement starbés. Ca n'arrête pas de se flinguer -à blanc-, ça mange de la pastèque à pleines dents ou du riz avec les doigts à grande gueulée, quand elle met le feu, il asperge l'appartement à grands coups d'extincteur, sans parler des pétards qui enfument ce réduit comme une souricière. Le Jap finit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2007

The Hire: The Follow (2001) de Wong Kar Wai

Réalisé dans le cadre des pubs pour BMW, ce 10 minutes de WKW raconte l'histoire d'un type, Clive Owen -personnage récurrent de la série- qui prend en filature la femme d'une movie-star au rencard (Mr Mickey Rourke himself). Il l'abandonne à l'aéroport alors que celle-ci projette de partir au Brésil, rendant grâcieusement l'argent à son commanditaire (Forest Whitaker). S'il y a un pur moment de grâce lorsque Owen couve du regard la femme endormie à l'aéroport -sur le sublime "mi unicornio azul" susurré par Cecilia... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2    Fin »