17 décembre 2015

Buddy buddy (1981) de Billy Wilder

C'est un peu dur de finir une aussi belle et grande carrière sur une telle daube. Lemmon et Matthau ne m'avaient déjà guère impressionné dans The front Page (ce n'est pas parce qu'on est hystériques qu'on est drôles - seule Mme Muscin peut se permettre) mais là ils sont tout simplement en dessous de tout. Aucun gag n'est dans le ryhtme, leurs mines sont autant forcées que celles de clowns de cirques (les pires, of course), les répliques vulgaires de Mathau sonnent aussi creux qu'un sketch de Bigard pour les fêtes, le scénario de ce... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 décembre 2015

Avanti ! (1972) de Billy Wilder

Avanti ! est un film qui a la classe. Simplement la classe. Ce n'est pas une grande comédie poilante et débridée, juste une "romance" à l'ancienne teintée de pointes d'humour... mais avec toujours la classe, une vraie dignité. Il y a un vrai amour de Wilder pour ses deux personnages : Jack Lemmon et Juliet Mills font magnifiquement la paire dans cette rencontre planifiée par le hasard... Jack se rend dans une petite île pour récupérer le corps de son père. Il se rend compte que son bougre de pater vivait depuis 10 ans une aventure... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2014

La Valse de l'Empereur (The Emperor Waltz) (1948) de Billy Wilder

Deux chiens qui tombent amoureux (l'un de race, l'autre non) reflétant l'amour qui se nouera plus tard entre leurs maîtres (Joan Fontaine, la Comtesse, Bing Crosby, le vendeur itinérant de phonographe) pourquoi pas, avec en prime un fond historique (la cour de l'Empereur François-Joseph), un fond montagnard (l'Autriche, ses habitants en short, ses putains de tyroliennes) et une pincée de comédie musicale (Tu as la voix suave, Bing, mais un prénom à la con). Ça sent un peu le pudding surfait, le héros gonflant (Bing Crosby aussi... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
06 décembre 2013

L'Odyssée de Charles Lindbergh (The Spirit of Saint Louis) (1957) de Billy Wilder

The Spirit of Saint Louis n'est pas l'oeuvre la plus célébrée de la filmo de Billy Wilder. C'est loin d'être démérité tant cette aéro-biopic en Cinémascope et Warnercolor n'est pas franchement à la hauteur de Lindbergh (cette chronique sent d'entrée de jeu les jeux de mot foireux - et pourtant je ne m'étendrai pas sur une prétendue femme de l'aviateur (la partie sentimentale est affreusement maigre) ni sur les faux airs de James Stewart avec mon pote Vince, je ne mange pas de ce pain-là). On pourrait toutefois s’amuser à dire... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:25 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
30 juin 2013

Fedora (1978) de Billy Wilder

Moins noir - et sûrement moins classe - que l'incontournable Sunset Boulevard, Fedora possède malgré tout un certain charme (cette maison isolée située sur une île non loin de Corfou, la musique toujours envoutante de Miklós Rózsa, la présence de star hollywoodienne de l'ancienne et de la nouvelle génération (William Holden, Henry Fonda, Michael York...), un charme mis en scène par le grand Wilder qui n'a pas trop à forcer sur son talent). Cette grande star que fut Fedora est-elle exploitée par sa garde rapprochée (dame de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:45 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
20 juin 2013

Irma la Douce (1963) de Billy Wilder

Jack Lemmon et Shirley MacLaine mènent la danse dans cette comédie sixties pro-maison close - voilà une bonne idée pour relancer le commerce, le moindre patron de bar pourrait vous expliquer : une prostipute, cela fait vivre des macs, des flics, des cafés, des boutiques… La démonstration quant au flux d’argent induit vous est livrée gratuitement dans le film. Au-delà de cette petite leçon de commerce équitable (…), on admire dès le départ les somptueux décors d’Alexandre Trauner : il nous a construit tout un quartier de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avril 2013

Ariane (Love in the Afternoon) de Billy Wilder - 1957

Croquignolette histoire d'amour romantique sur fond de Place Vendôme : Billy Wilder nous trousse une de ces comédies sentimentales attachantes, une de celles qu'il sait faire pratiquement les yeux fermés, et Love in the Afternoon est un agréable moment de romance démodée. Ariane, gentille jeune fille en fleurs parisisenne (Audrey Hepburn) vit avec son détective privé de père (Maurice Chevallier). Elle va tomber amoureuse d'une des cibles de celui-ci, un play-boy aux mille conquêtes (Gary Cooper), et tenter de se faire passer pour une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2012

La grande Combine (The Fortune Cookie) (1966) de Billy Wilder

Billy Wilder nous sert une comédie gentiment douce et légèrement amère, ou en d’autres termes, qui provoque quelques rires épars tout en livrant au final sa petite leçon d’humanisme. La situation de départ n’est po bien compliquée : l’ami Jack Lemmon, cameraman, se fait méchamment heurter par un joueur de football américain ; plus de peur que de mal, sauf que le tortin Walter Matthau, son beauf, accessoirement avocat véreux de son état, sent vite venir le filon. Il demande au Jack, vite remis, de feinter la paralysie,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 octobre 2012

Sabrina de Billy Wilder - 1954

On emploie un peu toujours les mêmes adjectifs pour décrire les films de Wilder : romantique, élégant, raffiné, glamour, class... Ben oui, Sabrina, c'est encore l'occasion de les utiliser : le film est d'un charme surranné absolument ravageur, et pas seulement parce qu'il a 60 ans et traite de l'amour éternel ; c'est aussi que Wilder lui donne une patine vraiment magique, une sorte de vernis classique qui a quelque chose à voir avec les émotions de l'enfance, un peu comme les comédies musicales, disons, un style qui vous fait... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 septembre 2012

La Vie privée de Sherlock Holmes (The private Life of Sherlock Holmes) (1970) de Billy Wilder

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur S.H. : pourquoi prenait-il de la cocaïne, que faisait-il la nuit avec Watson (Holmes est-il homo ? That’s the question), faisait-il preuve d’un sens d’analyse hors du commun ou bien n’était-il qu’un simple observateur qui faisait un peu gaffe ?... Après un générique passé à exhumer d’une vieille valise tous les accessoires du maître et un prologue durant lequel Sherlock (prénom tombé en désuétude, bizarrement) tance le professeur Watson (Max Ménier en moins routier) pour... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:52 - - Commentaires [5] - Permalien [#]