18 février 2018

Esther et le Roi (Esther and the King) (1960) de Raoul Walsh et Mario Bava

Pas forcément facile à dénicher ce péplum de Walsh et Bava qui propose, dans la version dvd une image assez dégueulasse (pas à la mesure, forcément, du gars Bava) et au niveau du script un vrai combat d'hommes au niveau du brushing, de la pâte dentifrice et des séances d'UV (on est déçu pour le gars Richard Egan qu'on aime tant mais il est définitivement battu (au niveau look) par l'ersatz de Tony Curtis : Rik Battaglia). Heureusement, il y a, tatata, Joan Collins, plus fade que n'importe quelle actrice du siècle dernier - Dieu... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 décembre 2017

One Sunday Afternoon (1948) de Raoul Walsh

Quelle drôle d'époque que celle où les femmes américaines étaient habillées comme de gros bonbons ou comme des joueuses de football américain… Qu'on était joueurs alors. Joueur, Biff (Dennis Morgan, un physique de dentiste) ne l'est plus trop depuis que son ex-ami Hugo Barnstead (Don DeFore) lui a joué un tour de cochon : à tel point qu'il aimerait bien le tuer en lui soignant les dents, carriement. Mais que s'est-il donc passé ? Une histoire de gonzesses, non, à tous les coups ? Je proposerais bien un flash-back. Et flash-back il y... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 novembre 2017

Les deux Aventuriers (Jump for Glory) (1937) de Raoul Walsh

Eh oui sans doute pas le plus connu des films de Raoul mais un petit côté fun et romantique de bon aloi. Après quelques déboires en Amérique (un homme tué accidentellement lors d'une rixe, un boss (Alan Hale) qui le trahit après un casse spectaculaire en le dénonçant aux flics...), Douglas Fairbanks Jr débarque à Londres. Lors d'un vol, notre gentleman cambrioleur tombe raide dingue de sa victime (Valérie Hobson et ses grands yeux de manga) : il la jauge, les mains sur les hanches (c'était un style dans les thirties), s'approche... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2017

Artistes et Modèles (Artists & Models) (1937) de Raoul Walsh

Eh oui, Raoul Walsh a aussi le droit de ne pas faire que des chefs d'œuvre. L'histoire repose ici sur une idée qui fait deux lignes : un top-model (la seule véritable joie de la chose, Ida Lupino) se fait passer pour une 'débutante" de la haute society pour remporter le fameux contrat très juteux de « Townsend Silver » (un genre de Miss à la con) ; elle intrigue pour ce faire auprès de Mister Townsend himself (Richard Arlen, the beau gosse tout d’un bloc) qui l'adoube avant de découvrir la supercherie... Elle ne peut... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2017

Wild Girl (1932) de Raoul Walsh

Voilà une petite rareté de l'ami Walsh aussi vivifiante que le parc national de Californie (avec sa forêt de séquoias géants) où il a été tourné. Dès le départ on est dans le move en suivant les pas de la sauvage jeune femme du titre : Joan Bennett, aussi blonde que les blés s'il y en avait, semble particulièrement intrépide. La chtite se retrouve le centre de l'attention de différents mâles du coin : le plouc Rufe Waters (Irving Pichel), le joueur gentleman Jack Marbury (Ralph Bellamy) et le politicard pervers Phineas Baldwin... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 février 2017

Marines, let's go (1961) de Raoul Walsh

Comment le pauvre Raoul a pu se retrouver aux mannettes d'une telle panouille ? Marines, let's go est totalement inepte au niveau du mélange des genre (après plus d'une heure de (très) mauvaise comédie au Japon, on passe dans les dernières vingt minutes au pur et dur film de guerre sur le front coréen : what the fuck et what the point ?) et affreusement raté au niveau de la partie comique ; des soldats se retrouvent en congés au Japon et on a droit au pire du pire dans le gras et le lourd : donzelles nipponnes assimilées... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 janvier 2017

Les Géants du Ciel (Fighter Squadron) (1948) de Raoul Walsh

Fighter Squadron n’est pas le film le plus populaire de Walsh et il y a une raison à cela : c’est terriblement terne et convenu. On se coltine donc la sempiternelle histoire de ces merveilleux aviateurs américains basés en Angleterre qui font des missions de ouf en Allemagne ; au programme : inquiétude du responsable de l’escadron à chaque mission, retrouvailles rigolardes entre aviateurs bravaches et petits gags à répétition, mission de la mort avec descente en règle de ces fumiers de Boches et mise en danger de nos... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juin 2016

The Man who came back (1931) de Raoul Walsh

Toujours un plaisir de retrouver le couple borzagien de Street Angel et de Lucky Star, j'ai nommé Janet Gaynor et Charles Farrell. Dommage, tout de même, que cette œuvre ultra-théatralisée (un comble chez Walsh) se contente de longues scènes ultra-bavardes mettant en scène notre petit couple dans la tourmente... Lui est un fils à papa alcoolo qui mène une vie de patachon ; il se retrouve littéralement banni par son père qui l'envoie d'abord à San Francisco (où le gars continue de faire la bombe) puis, de force, à Shanghai (là, il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2016

Sailor's Luck (1933) de Raoul Walsh

On continue tranquillou notre petite odyssée walshienne avec cette sympathique et sexy comédie romantique à la gloire (ou pas) de nos amis marins. Soit donc un trio de marins ricains qui débarquent à nouveau en terre ricaine (dont un certain Cohen qui aime à faire de l’auto-dérision sur son pif – on est en 1933, voilà, voilà). La chasse à la gorette est ouverte et l'un d'eux (James Dunn as Jimmy Fenimore Harrigan) de tomber par hasard sur la perle (la pétillante Sally Eilers as Sally Brent) : une complicité qui prend naissance à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 avril 2016

Women of All Nations (1931) de Raoul Walsh

Deux Marines qui se tirent la bourre pour la forme (Victor McLagen vs Edmund Lowe), moult donzelles de différents horizons (de la nordique Greta Nissen à la Frenchy Fifi d'Orsay), une apparition belalugosienne, des guerres et des tremblements de terre, un tour du monde en quelques bobines vu par un Walsh jamais en panne d'inspiration quand il s'agit d'insuffler du rythme et du punch à une histoire. On ne va pas prétendre qu'il s'agit d'un chef d'œuvre caché du maître ; il n'en demeure pas moins qu'on passe un sympathique... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]