04 octobre 2015

Spendthrift (1936) de Raoul Walsh

Si on retrouve volontiers l'éternel triangle walshien (un homme, deux femmes : l'une plus vénale qu'une participante de Secret Story, l'autre tendre comme du bon pain), cette histoire a une fâcheuse tendance à enfiler les clichés comme un collier de perles. Henry Fonda, encore tout jeunot, est né avec une cuiller dans la bouche ; seulement si le gamin a hérité des avoirs de son pater, il n'a pas un sou en poche. Enfant gâté, il a non seulement la sale habitude d'organiser des fêtes grandioses et ruineuses et de parier,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2015

The Horn blows at Midnight (1945) de Raoul Walsh

Une petite comédie du gars Walsh diablement emmenée : sur un rythme trépidant, on suit les aventures sur terre d'un ange (Jack Benny, des faux airs de Bruno Ganz...) envoyé par le grand chef du paradis himself pour détruire notre planète devenue... incontrôlable (on est en 1945, eh oui) : pour cela, il suffit à notre homme de souffler dans sa trompette à minuit pile. Seulement comme notre homme est plus maladroit et pataud qu'un Pierre Richard, la petite descente sur Terre prendra rapidement des allures de cauchemar... Ceci étant ma... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juin 2015

Le Passeport jaune (The Yellow Ticket) (1931) de Raoul Walsh

Walsh nous plonge à l’époque infernale des tsars de Russie. On est loin encore de la Guerre Froide mais déjà ça balance dru : des Juifs privés de droit, des prisons dignes de la vision de Dante, des hommes politiques corrompus et proxénètes sans que cela ne fasse procès, des mœurs d’un autre âge… Perdue dans ce monde bêêête, il y a là une douce créature, la belle Elissa Landi : la jeune fille d’origine juive, pour se rendre à Moscou - son père est en prison, malade -, doit avoir un passeport. Et cela lui est interdit… A... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mai 2015

Baby Face Harrington (1935) de Raoul Walsh

Je n'attendais pas énormément de cette petite comédie du gars Walsh et j'avais tort car, à défaut d'être mirobolante, la chose est, sur 60 minutes tout juste, assez bien emballée. Raoul nous fait sa version des malheurs d'Alfred en filmant les mésaventures d'un certain Willie (Charles Butterworth dans le rôle principale) ; le gars n'a apparemment pas grand-chose pour lui : un physique de vieux dernier, un petit emploi de clerc, une capacité extraordinaire à foirer tout ce qu'il entreprend (des tours de magie à ses blagues qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mars 2015

Annie du Klondike (Klondike Annie) (1936) de Raoul Walsh

L'histoire d'une femme légère qui décide (pour sauver sa peau) de se faire passer pour une nonne et qui continue, malgré cela, à attirer les hommes, il y avait de quoi titiller l'attention. Seulement dès la première apparition de ladite femme, les premiers doutes apparaissent : Mae West, mon Dieu... La première comparaison qui vient à l'esprit est celle d'un concombre de mer. Ce sera la bonne. Quand elle se met, la bougresse ménopausée sous anxiolytique, à rouler des fesses en roulure ou en nonne, avec une garde-robe digne de celle... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
30 décembre 2014

Les Nus et les Morts (The Naked and the Dead) (1958) de Raoul Walsh

Voilà un film de guerre qui gagne sur la distance. Certes, on en a tellement vu, qu’il nous en faut pour nous captiver, nous déranger, nous perturber…  Et au départ, avouons qu’on est un peu dubitatif : il s’agit forcément d’évoquer « des hommes entre eux », chacun avec sa petite particularité (le joli cœur qui ne pense qu’aux femmes, le joueur qui ne pense qu’aux dés, le grognon qui ne pense qu’à envoyer paître ses semblables…) et cela démarre un peu mollement. Beaucoup de dialogues - on se dit qu’on essaie de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


06 novembre 2014

Going Hollywood (1933) de Raoul Walsh

Walsh nous la joue rafraichissante et pétillante avec cette joyeuse comédie musicale. L’histoire est éternelle - une aspirante comédienne (Marion Davies, plus blonde qu’une bière) tombe amoureuse d’une star (Bing Crosby, the young crooner à la bouche de travers) et prend la place (dans le cœur de et sur le plateau de tournage) d’une comédienne capricieuse (The Frenchy Fifi D’Orsay). Rah ça ne pète pas deux neurones à un canard, mais la pimpante Marion Davies tient son rang en ex prof de français qui rêve en écoutant des chansons... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 septembre 2014

Cheyenne (1947) de Raoul Walsh

Une femme entre deux hommes, un homme entre deux femmes, du pur Walsh, un western cent-pour-cent divertissement, diablement bien écrit (certaines répliques ont fait ma joie pour la journée) et porté par la musique d'un Max Steiner pleine bourre. Dennis Morgan (genre de John Wayne aux traits beaucoup plus mous), joueur de poker rapide de la gâchette, se voit obliger par des représentants de la loi (il a un passé...) d'aller débusquer un mystérieux bandit qui multiplie les hold-up, Bruce Bennet dit The Poet. Pour pimenter la chose,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:54 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
29 août 2014

Under the Pressure (1935) de Raoul Walsh

Et un petit Raoul de derrière les fagots, c'est pas beau ça ? Enfin plutôt de dessous les fagots puisqu'il est question de creuseurs de tunnel, un métier dont on parle finalement assez peu. A ma droite (...), les gars de Brooklyn : à la tête de la team, on retrouve Edmund Lowe et surtout Victor McLaglen (le type te fout une baffe, tu te retrouves en orbite), une paire qui perfore. A ma gauche, les gars de New York emmenés par le solide Charles Bickford. L'enjeu est simple : creuser le plus vite. La finalité est claire : mettre une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
24 août 2014

Empreintes digitales (Big brown Eyes) (1936) de Raoul Walsh

On avait quitté le gars Raoul dans une petite forme, il nous revient avec une bien sympathique screwball-detective story avec un Cary Grant et une Joan Bennett en pleine bourre. Il est flic et enquête sur un vol de diamants, elle est manucure et se fait journaliste pour aider son si beau boyfriend. Puis survient un drame terrible : des types impliqués dans le recel des diamants tuent un bébé lors d'une d'une fusillade dans un parc, damn it ! Grant et Bennett allient leur force pour coincer le coupable mais ce dernier, jugé, est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]