11 septembre 2020

Histoire de la Violence de l'Undergound japonais 3 : la Bête haineuse (Nihon bôkô ankokushi : Onjû) (1970) de Kôji Wakamatsu

Dernier volet de cette trilogie du prolifique Wakamatsu qui, en ce début d'années 70, ralentit tout de même la cadence : après douze films en 69, il n'en réalisera que 6 l'année suivante... Un troisième tome qui nous fait plonger toujours dans le petit côté glauque des faits divers nippons (du viol, de l'assassinat de prostituée, du kidnapping...) mais qui met surtout en scène cette fois-ci une histoire de vengeance : au départ, deux voleurs, un pactole et puis l'un qui trahit l'autre (chacun a sa version des faits, Wakamatsu nous... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juillet 2020

Histoire de la Violence de l'Underground japonais 2 : le Violeur (Zoku Nihon bôkô ankokushi: Bôgyakuma) (1967) de Kôji Wakamatsu

Deuxième partie de ce triptyque qui, comme vous l'aurez sans doute deviné, est à placer sous le signe de la douceur et de la tendresse. Après l'histoire de violeurs à travers les âges, voilà l'histoire d'un homme, violeur et meurtrier ; la question qui est débattue au départ par la personne en charge de l'enquête, est la suivante : agit-il seul ou pas ? Car notre homme, responsable de onze victimes, semblent vouloir reconnaitre les viols mais point les étranglements fatales ; est-il aidé par un homme de l'ombre ou est-il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juillet 2020

Histoire de la Violence de l'Underground japonais : le Sang de l'Homme étrange (1967) de Kôji Wakamatsu

Même pas la place de mettre le titre original Nihon bôkô ankokushi : Ijôsha no chi. C'est chose faite. Wakamatsu, l'homme qui tourne plus vite que son ombre, nous offre un opus, qui, une nouvelle fois, avec un minimum de moyens, nous offre une histoire assez ambitieuse, couvrant l'histoire d'une famille où l'on est violeur de père en fils, remontant de l'ère Meiji (fin du XIXème) aux années 60. Une tare, indéniablement, dont voudrait se débarrasser le héros de l'histoire, un détective sans concession qui semble lui-même avoir reçu... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 01:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 avril 2020

Paysage de 17 ans (17-sai no fūkei : Shōnen wa nani o mita no ka) de Kôji Wakamatsu - 2005

Ça faisait quelques temps qu'on n'était pas allé faire un tour dans le cinéma ovniesque de Wakamatsu. J'ai donc choisi ce film issu d'une période moins connue de sa filmographie, les années 2000. Le temps n'a pas assagi notre bon bougre, puisque voici un film qui fait de la radicalité son cahier des charges, et prend tout son temps pour bien nous faire ressentir qu'il passe (le temps). La trame, minimaliste : un ado, dont on comprend peu à peu qu'il a assassiné sa mère, entreprend un périple, ou une fuite, peut-être, à travers la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 octobre 2012

Le Soldat Dieu (Kyatapirâ) (2010) de Kôji Wakamatsu

Petit clin d’œil au gars Wakamatsu qui R.I.P. depuis peu. Il n’est rien de dire, en tout cas, qu’il nous livrait avec l’un de ses ultimes films une œuvre  « torturée » ; imaginez du peu : un type revient de la guerre sans bras, ni jambe - il était parti en quelque sorte la fleur au fusil et il revient homme tronc ; pour corser le tout, le type a eu le crâne à moitié brûlé, il est quasi sourd et muet. Bref, même les chenilles (auxquelles il est fait allusion) sont logées à meilleure enseigne. Il est peu... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 janvier 2011

Naked Bullet (Otoko goroshi onna goroshi : hadaka no zyudan) (1969) de Kôji Wakamatsu

Pas mauvais du tout, ce petit polar de Wakamatsu réalisé  à une époque où il tournait plus vite que son ombre et qui nous donne notre lot de règlements de compte, de trahison, de coup de feu, de femmes victimes et tortines et de désespoir – il me semble l’avoir déjà souligné mais les séquences finales du Kôji  se retrouvent généralement plus jonchées de cadavres que lors d’une dernière scène shakespearienne…  L’histoire donc d’un petit malfrat en soif de revanche : voilà cinq ans, il a tenté de faire faux bond à son... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 décembre 2010

Shinjuku Mad (Shinjuku maddo) (1970) de Kôji Wakamatsu

Wakamatsu a beau enchaîner les films comme personne, il nous livre quelques pépites dont il serait bien dommage de se passer. Shinjuku Mad n'est certes pas la plus déjantée de ses oeuvres - un scénar, qui plus est, des plus abordables et une construction linéaire d'une étonnante simplicité - mais dresse un portrait de cette société nipponne exsangue et sans repères absolument redoutable. L'histoire d'un père qui vient de sa province pour savoir qui a tué son fils, voilà pour le fil conducteur. Les premières images - des monceaux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2010

Violence sans Raison (Gendai sei hanzai zekkyo hen : riyu naki boko) (1969) de Kôji Wakamatsu

On se reprend une petit dose de Wakamatsu (un troisième coffret venant de sortir) avec cette oeuvre dont le titre français ne prête pas à rire : la jeunesse nipponne en cette fin des années 60 est on ne peut plus désoeuvrée, on le savait, et Wakamatsu en remet une petite couche. Trois jeunes gaziers au physique un peu ingrat traînent leur désenchantement dans les bars, dans les salles de Pachinko ou sur la plage : pas de thune, pas d'avenir, pas d'espoir... mais surtout pas de femmes. Qu'est-ce qui leur reste, putain ? Les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 août 2010

La Saison de la Terreur (Gendai kosyokuden: teroru no kisetsu) (1969) de Kôji Wakamatsu

Wakamatsu n'en finira jamais de nous surprendre avec ces petits films qui, sans avoir l'air, finissent toujours pas vous péter à la gueule. On pense, cette fois-ci, au départ, qu'il va verser dans le burlesque teinté d'ironie - deux flics mettent sur écoute un type qui passe sa vie à baisouiller -, puis on pense qu'il va tout simplement s'agir  d'une bonne petite partie de jambes en l'air extatique - notre type sur écoute se tapant à tour de rôles les deux jeunes filles qui cohabitent dans l'appart et qui s'embrassent de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 août 2010

Running in Madness, Dying in Love (Kyôsô jôshi-kô) (1969) de Koji Wakamatsu

Encore une oeuvre bien barrée du sieur Koji. De la révolte, du sang, du coït à tout bout de champ et une fatalité qui finit malgré tout par fracasser l'esprit libertaire des deux personnages principaux qui ont pourtant tenté d'y croire. Le film commence sous les meilleurs auspices avec le meurtre d'un policier (ah, on me dit dans l'oreillette de modifier légèrement cette intro); le film commence donc très gravement avec le meurtre d'un policier qui l'a néanmoins bien cherché : sous les yeux de sa femme, un flic tabasse tant et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 05:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]