28 janvier 2021

Europa de Lars von Trier - 1991

Je fais dans les films formalistes des années 90 en ce moment, mais je dois dire que j'ai tendance à préférer largement Lars von Trier à Kieslowski, dans le genre. Bon, je reconnais que Europa n'est pas le plus digeste de ses films, qu'il frôle même la grosse pâtisserie par endroits, mais tout de même : voilà un truc éminemment personnel, et qui arrive, avec toute sa crânerie et ses provocations, à faire coïncider fond et forme avec une belle puissance. A la fois film hyper moderne, politique, expérimental, hommage aux grandes... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 avril 2020

Breaking the Waves de Lars von Trier - 1996

Il me semble qu'on pourrait dater les débuts de la fameuse misanthropie de Lars von Trier à Breaking the Waves. Mais elle est pour l'instant tellement mal assumée, tellement timide pourrait-on dire, qu'elle n'aboutit qu'à un film pas très fin et manquant d'ambition. J'ai toujours eu un problème avec ce film, et ma revoyure d'aujourd'hui n'a pas arrangé les choses : voici la moins bonne production de notre bon Danois, son oeuvre la plus facile et la plus lisse, celle qui me remue le moins. La haine des hommes se trompe de cible ici :... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 février 2019

The House that Jack built de Lars von Trier - 2018

Bienvenue en direct d'un cerveau malade. On sait déjà de quelle pâte est faite celui de Lars von Trier, si on est allé faire un tour chez Les Idiots, dans Antichrist ou dans Nymphomaniac. Mais on ne s'attendait certes pas à ce nouveau film, qui pousse un peu plus loin le curseur du dégoût de soi-même, du masochisme et de la noirceur. Von Trier entreprend depuis quelques temps un projet de destruction de lui-même, douloureux, périlleux, qui accouche aujourd'hui d'un film-monstre, à l'humour bien entendu douteux (on ne pouvait espérer... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 04:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
25 février 2017

Dancer in the Dark de Lars von Trier - 2000

Ce film m'avait emballé en son temps, mais sa revoyure me pose souci. C'est brillant dans le concept, mais pas très réussi au final, que ce soit dans la forme et surtout dans le scénario. On ne peut qu'être épaté par la nouveauté de ce cinéma-là : on n'a jamais vu ailleurs ce style étrange, purement formel, et on n'a jamais écouté une histoire racontée comme celle-là. Malgré sa soit-disant "objectivité", Von Trier est partout ultra-présent dans ce film, comme un empereur qui aurait la main sur chaque élément, et il est indéniable... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mars 2014

Nymphomaniac de Lars von Trier - 2014

Volume 1 : C'est assez amusant de voir comment chaque nouveau film de Von trier déclenche son lot de dédain ou de sarcasme des critiques, ainsi que son nombre de fauteuils claqués dans les salles de cinéma... et de voir qu'à chaque fois, il pousse un peu plus loin le curseur de son audace, continuant vaille que vaille à creuser son sillon sans se soucier de personne. Nymphomaniac est comme ça : puissamment insolent, en-dehors de toute référence, acceptant le mauvais goût comme le sordide, le moralisme chrétien comme le libidineux.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:54 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
29 février 2012

Melancholia de Lars von Trier - 2011

Vus les débats supérieurs qui font rage sur notre blog en ce moment (extraits : "Mélencolia cé de la bouz grave", "a oui cévrai cé de la maird"), il est de mon devoir de trancher : Melancholia, c'est pas mal du tout. Vous reconnaîtrez avec moi que cette opinion, s'agissant d'un film de von Trier, est tout de même annonciatrice d'une certaine déception, et je reconnais : je trouve que ce film est le moins bon de son auteur depuis Dancer in the Dark, et je suis resté un peu de marbre devant les élucubrations... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 04:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
25 septembre 2010

Nocturne de Lars von Trier - 1980

Lars n'est définitivement pas l'homme de la situation si vous cherchez l'animateur de vos soirées. Dès ses premiers essais, le bougre cultivait déjà cette vision des choses horrible qu'il traîne encore aujourd'hui. Nocturne est vontrierien par excellence : ramassé en 8 minutes, on a un bel aperçu de la déviance morale et esthétique de Lars ; c'est donc, vous me voyez venir, un grand film. Encore bien ancré dans le cinéma expérimental, le jeune homme nous raconte l'histoire d'une femme atteinte d'une maladie des yeux qui la rend peu à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mai 2010

The Five Obstructions de Lars Von Trier & Jørgen Leth - 2003

La difficulté et le handicap faisant partie des conditions sine qua non du cinéma de Von Trier, The Five Obstructions apparaît comme l'archétype de son "style" : c'est un film complètement dépendant de contraintes arbitraires posées là comme autant de propositions de cinéma. La grande perversion de la chose (et je fais partie des gens qui pensent que la perversion est une qualité chez Von Trier), c'est que ce n'est pas sur lui qu'il exerce ces contraintes, mais sur un peuvre cinéaste innocent, Jørgen Leth, qui ne demandait... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2010

Images of a Relief (Befrielses Billeder) de Lars von Trier - 1982

Ah oui... Bon, très franchement, je serais incapable de vous dire ce que raconte Images of a Relief, ne comptez pas sur moi pour vous faire un résumé du scénario. Evocation des tortures nazies, ou au contraire essai sur les maltraitances exercées par les Résistants envers les nazis à la libération ? Je ne sais pas trop, tant tout est perdu dans l'obscurité. Le film démarre sur des images d'archives de foules, de prisonniers conduits visiblement au poteau d'exécution, mais sans qu'on sache exactement qui sont ces gens. Le tout... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 décembre 2009

Epidemic de Lars von Trier - 1987

Le bon Lars aura attendu que sa carrière démarre vraiment avant de produire son film de fin d'études, ce qui ne manque pas de panache. Epidemic a en effet tout du film expérimental roublard tel qu'en produisent les élèves en cinéma, et le moins qu'on puisse dire est qu'il ne marche pas vraiment sur les traces de ses ancêtres. Avec ce film (comme avec Element of Crime, dans une moindre mesure), on voit vraiment naître un cinéaste, un regard, et tous les éléments du cinéma de von Trier sont déjà là, les plus gavants (prétention,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]