30 novembre 2012

Nausicaa (1970) d'Agnès Varda

Véritable rareté dans la filmo de Varda, Nausicaa nous parle de la Grèce et de ses problèmes non point financiers à l'époque mais purement politiques, mon Colonel. Varda varie comme elle sait si bien le faire interviews d'exilés, d'artistes grecs et de quidam français ayant visité la Grèce (un ciel absolument superbe... Pour le reste, vous savez, moi la politique...), mini sketches allégoriques (plus ou moins réussis) dont l'un notamment sur la démocratie bafouée par les colonels ass-ass-ins, ou encore mise en scène autobiographique... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2012

Sans Toit ni Loi (1985) d'Agnès Varda

A défaut de faire le film le plus gai du monde, Agnès Varda touche à un réalisme bressonnien qui fait radicalement froid dans le dos. Partant simplement de l'image d'une jeune fille vagabonde morte dans un fossé ("Du fossé à la fausse commune" annonce-t-elle, elle-même, en voix off), elle tente d'interroger les dernières personnes qui l'ont croisée pour retracer les dernières semaines de cette figure errante mais surtout pour redonner de l'humanité à cette anonyme échouée au détour d'un sentier. On retrouve une évidente spontanéité... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2012

Agnès de ci de là Varda d'Agnès Varda - 2011

La dame Agnès est plus que jamais au taquet, et nous livre avec cet opus 2011 une série de 5x45 mn qui ressemble au film d'une jeune fille. Comme on la voyait reculer sur une plage dans son film précédent, il semble que son cinéma suive le même processus d'année en année : la rétrospection dans le passé va de paire avec un rajeunissement total dans la forme et dans l'esprit, et certains de ses films récents semblent beaucoup plus "jeunes" que ceux qu'elle a réalisés il y a 30 ans. Il s'agit cette fois-ci, bien modestement, de partir à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2010

Documenteur d'Agnès Varda - 1981

On termine cette intégrale Varda avec le film le plus triste du monde. La plage sert encore une fois de décor idéal pour faire entendre la petite musique vardaesque, si ténue et fragile, mais qui est cette fois au service de la mélancolie. Elle brode une histoire autour de l'abandon, de l'exil, de l'absence, et revient sur son pasé américain pour en faire un petit poème sur le déracinement. Emilie est une Française exilée à Los Angeles pour y faire la secrétaire d'une cinéaste ; elle y emmène son fils de 8 ans ; ce voyage brise... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2010

Lions Love d'Agnès Varda - 1969

L'excellent site "The Auteurs" a la bonne idée de lancer une rétrospective Varda, ce qui permet de boucler cette odyssée shangolienne. Notamment en regardant cette rareté vintage qui vous laisse un bon goût de patchouli dans la bouche. On sait que Varda a toujours regretté de ne pas s'être trouvée en France au moments des "évènements" de 68 ; elle a bien tort, tant, de l'autre côté de l'Atalantique, elle parvient à capter merveilleusement l'atmosphère révolutionnaire de l'époque. Lions Love n'obéit à aucune des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 septembre 2010

Mur Murs (1981) d'Agnès Varda

A Los Angeles, les seuls véritables anges ont pris possession des murs, sont prisonniers des briques. Cela n'échappe point à l'oeil averti d'Agnès Varda qui nous raconte dans ce docu l'histoire des murs peinturlurés de cette cité, en convoquant le plus souvent les modèles et les fameux "muralistes". L'art sort des galeries et ces artistes souvent issus de minorités (les blacks, chicanos, belges (qui malheureusement peignent uniquement leurs murs intérieurs... pardon, hier j'ai bu plus que de raison) mais également les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 août 2010

Les Créatures (1966) d'Agnès Varda

Gros flop pour la gâte Agnès en son temps (elle évoque ce film dans Les Plages d'Agnès sans acrimonie - les bandes du film ne sont pas perdues pour tout le monde...) et ce malgré la présence de Michel Piccoli (dans le rôle d'Edgar... Piccoli - j'en ris encore et je reconnais qu'il m'en faut peu parfois) et de Catherine Deneuve qui, suite à un accident de voiture, se retrouve muette (pas son rôle le plus difficile à apprendre) - on a même droit à une courte apparition de Nino Castelnuovo (qui !!!???), mais si, le Guy des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mars 2010

Les Plages d'Agnès d'Agnès Varda - 2008

80 berges et toujours au taquet, la ch'tite bonne femme d'Agnès. Revenant éternellement sur sa vie, comme dans nombre de ses films, elle livre avec cet opus un modèle de modestie en toute liberté, un poème mélancolique et très vivant et une jolie petite forme bricolée comme elle en a le secret. Pas vraiment de surprise dans le fond : Les Plages d'Agnès revient sur l'ensemble de la vie de la dame, de son enfance à aujourd'hui, en passant par les moments obligés (la Nouvelle Vague, Demy, l'échappée new-yorkaise, la rue Daguerre).... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 février 2009

Les Demoiselles ont eu 25 ans d'Agnès Varda - 1993

"Le souvenir du bonheur, c'est peut-être encore du bonheur..." Effectivement un pur moment de bonheur que ce petit documentaire de Varda qui retourne sur place pour assister à une fête en mémoire du tournage des Demoiselles de Rochefort. Fidèle à son style en toute liberté, elle flâne dans les rues de la ville, s'arrêtant pour interviewer les gens qui ont eu leur quart d'heure de gloire en cette merveilleuse année 66. Chacun y va de sa petite anecdote, reproduisant parfois le geste qu'ils firent dans le film (deux écoliers... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 novembre 2008

Jacquot de Nantes (1991) d'Agnès Varda

Retracer l'enfance et l'adolescence du jeune Demy, tel est le pari de l'éternelle Varda qui évoque non seulement l'attirance précoce du Jacques pour le cinéma mais qui ne cesse également de faire des allers-retours entre ses nombreuses sources d'inspiration (des personnages fantasques, la ville de Nantes, ses parents...) et certains de ses films. Le père (qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Michel Houellebecq, en plus souriant tout de même...) du Jacques fut garagiste, et forcément cela crée des liens avec votre serviteur...... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2  3    Fin »