15 juin 2021

Cléo de 5 à 7 (1961) d'Agnès Varda

40 ans avant Jack Bauer, Agnès Varda invente le film en temps réel avec une héroïne un peu moins musclée mais beaucoup plus blonde. Il y a définitivement très peu de déchets dans les débuts de ces réalisateurs de la Nouvelle Vague et sans faire le vieux barbon on attend toujours la suivante... Peut-être que l'envie, la passion, ce désir incandescent de pellicule se sont tout simplement envolés depuis. Bref, les déambulations de Cléo dans ce Paris sixties, du Pont-Neuf à la Salpétrière en passant par le parc Montsouris, demeurent un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2020

La Pointe-courte (1954) d'Agnès Varda

Tout premier film réalisé à l'âge de 25 ans par Agnès Varda (qui deviendra à tout juste 30 ans une très jeune grand-mère de La Nouvelle Vague) et déjà un ton très attentif "aux petites choses de la vie". Elle avoue s'inspirer pour la structure de son film d'un livre de... Faulkner, Wild Palms, où deux histoires sont "montées" en parallèle. Dans La Pointe-courte, elle alterne la vie intimiste d'un jeune couple, marié depuis quatre ans, et la vie sociale de ces pêcheurs de ce petit village du sud de la France situé près de Sète. Porté... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2020

Les 3 Boutons (2015) d'Agnès Varda

L'odyssée Varda ne serait complète sans ces courts-métrages exhumés de ci de là et qu'on découvre post-mortem. Les 3 Boutons est une commande de la maison de couture Miu-Miu à la gente dame à la coiffure rose atomisée. Pour parler de la haute-couture, la chafouine Agnès part d'une basse-cour. Une demoiselle, des chèvres, une robe rose bonbon gigantesque qui la fait rêver, la rend curieuse, un tablier d'écolière et trois boutons qui se perdent alors même que la jeune femme s'en va par les routes de campagne jusqu'à la (dorénavant... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2020

La petite Histoire de Gwen la Bretonne (2008) de Agnès Varda

Petit cadeau de confinement (merci Gols, le premier sur le coup - on se rend la pareille à distance ; c'est vachement bien sinon, Les Affranchis, c'est quoi ces réactions de pinailleurs la bouche en cul de poule ?), un inédit de notre chère disparue. Los Angeles, une Bretonne, partie de rien (si ce n'est ses yeux pour pleurer un amour envolé et un vélo) et qui, petit à petit, a fait son nid dans le milieu de la programmation cinématographique. La Gwen a croisé la trajectoire de l'Agnès à diverses reprises (de la vente de bouquins... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 avril 2019

Varda par Agnès (2019) de Agnès Varda & Didier Rouget

Ah, on la connait par cœur notre Agnès et Dieu sait qu'on l'aime. Là voici donc, le temps d'une causerie, voire même de plusieurs, revenir sur sa carrière ; ses courts, ses longs, ses photos, ses installations (avec lesquelles, pour le coup, on est moins familier) ; c'est un peu dans le désordre et ce n'est pas plus mal. La seule « séparation » qui est faite (le doc diffusé sur ARTE est en deux parties) est que la première heure est consacrée aux années pré-2000 et la seconde post-2000 – ce qui coïncide pour notre Varda... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:35 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
01 juin 2017

Visages, Villages d'Agnès Varda et JR - 2017

Encore une fois une arrivée sur la pointe des pieds, qu'elle a menus, sur les écrans français pour l'attachante Agnès Varda. Cette fois, elle se pique d'affronter la jeunesse urbaine et mainstream, en l'occurrence JR, plasticien fun, avec lequel elle va sillonner les routes de France pour aller à la rencontre des gens. Les deux complices vont alors prendre ces gens en photo et coller l'immense résultat sur les lieux même où ils vivent : la dernière survivante des corons sur sa maison, des femmes de dockers sur les containers du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:24 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
30 novembre 2012

Nausicaa (1970) d'Agnès Varda

Véritable rareté dans la filmo de Varda, Nausicaa nous parle de la Grèce et de ses problèmes non point financiers à l'époque mais purement politiques, mon Colonel. Varda varie comme elle sait si bien le faire interviews d'exilés, d'artistes grecs et de quidam français ayant visité la Grèce (un ciel absolument superbe... Pour le reste, vous savez, moi la politique...), mini sketches allégoriques (plus ou moins réussis) dont l'un notamment sur la démocratie bafouée par les colonels ass-ass-ins, ou encore mise en scène autobiographique... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2012

Sans Toit ni Loi (1985) d'Agnès Varda

A défaut de faire le film le plus gai du monde, Agnès Varda touche à un réalisme bressonnien qui fait radicalement froid dans le dos. Partant simplement de l'image d'une jeune fille vagabonde morte dans un fossé ("Du fossé à la fausse commune" annonce-t-elle, elle-même, en voix off), elle tente d'interroger les dernières personnes qui l'ont croisée pour retracer les dernières semaines de cette figure errante mais surtout pour redonner de l'humanité à cette anonyme échouée au détour d'un sentier. On retrouve une évidente spontanéité... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2012

Agnès de ci de là Varda d'Agnès Varda - 2011

La dame Agnès est plus que jamais au taquet, et nous livre avec cet opus 2011 une série de 5x45 mn qui ressemble au film d'une jeune fille. Comme on la voyait reculer sur une plage dans son film précédent, il semble que son cinéma suive le même processus d'année en année : la rétrospection dans le passé va de paire avec un rajeunissement total dans la forme et dans l'esprit, et certains de ses films récents semblent beaucoup plus "jeunes" que ceux qu'elle a réalisés il y a 30 ans. Il s'agit cette fois-ci, bien modestement, de partir à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 décembre 2010

Documenteur d'Agnès Varda - 1981

On termine cette intégrale Varda avec le film le plus triste du monde. La plage sert encore une fois de décor idéal pour faire entendre la petite musique vardaesque, si ténue et fragile, mais qui est cette fois au service de la mélancolie. Elle brode une histoire autour de l'abandon, de l'exil, de l'absence, et revient sur son pasé américain pour en faire un petit poème sur le déracinement. Emilie est une Française exilée à Los Angeles pour y faire la secrétaire d'une cinéaste ; elle y emmène son fils de 8 ans ; ce voyage brise... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]