21 janvier 2014

Le Voyageur de l'Espace (Beyond the Time Barrier) (1960) d'Edgar G. Ulmer

On ne peut pas dire qu'Ulmer ait réalisé que des chefs-d'oeuvre dans sa carrière. Même si ici il est question d'un avion qui s'envole dans la stratosphère, notre ami Ulmer est tombé, avouons-le, relativement bas - même si cela ne vaut pas le nanar absolu et perle parmi les perles L'Atlantide . Rien que le pitch vaut son poids en choucroute : un pilote d'essai qui va à une vitesse supersonique en 1960 se retrouve comme un gland en 2024. Après avoir été enfermé dans un condom géant et s'être bien battu, il s'assagit en se rendant... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 août 2013

Barbe bleue (Bluebeard) (1944) d'Edgar G. Ulmer

"The murderer uses his cravate as a garrotte !" "Every time I painted her, I have to kill her again" Il y a tout de même de bonnes choses dans l'oeuvre d'Ulmer, et ce Bluebeard tourné en six jours le confirme. Ambiance parisienne très noire avec cet étrangleur de femmes qui sévit tant et plus et qui jette ses victimes dans la Seine. Dès que John Carradine apparaît (la tête la plus longue et la plus inquiétante du cinéma mondial devant Bela Lugosi), on devine que l'assassin devrait avoir le même air décharné et ce même petit... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:18 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
12 mars 2012

Murder is my Beat (1955) d'Edgar G. Ulmer

Ulmer est plus souvent capable du très moyen que du meilleur et ce Murder is my Beat appartient malheureusement à la première catégorie. Pâle série B aux allures de production télé (tout semble la plupart du temps filmé à plat) : les deux héroïnes ont beau tenter de montrer qu'elles portent le dernier coeur-croisé de Playtex (celui avec le bout des bonnets en forme d'ogive) et Ulmer essayer de varier les lieux (belle petite ballade dans la neige et sympathiques plans de locomotives (j'ai déjà oublié le reste)), cette enquête -... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 octobre 2011

L'Impitoyable (Ruthless) (1948) d'Edgar G. Ulmer

"He wasn't a man, he was a way of life." Edgar G. Ulmer est capable du pire comme du meilleur mais le moins qu'on puisse dire, c'est que le gars sait toujours comment ficeler un film avec deux francs six sous. Ruthless pourrait faire figure de Citizen Kane du pauvre puisque l'on suit la trajectoire d'un gazier qui, parti de rien, va se retrouver au sommet ; on est loin de la débauche de moyens d'un Welles et surtout de la recherche perpétuelle de l'effet technique ; Ulmer dispose également d'un casting qui n'a rien d'exceptionnel... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 février 2011

Strange Illusion d'Edgar G. Ulmer - 1945

Pas que du bon dans la pléthore des films noirs de l'époque : Strange Illusion, malgré cette présentation enflammée de Tavernier dans les bonus du DVD, m'a fait l'effet d'un énorme navet, si vous me demandez mon avis. Ulmer, avec ce film, confirme sa réputation de petit cinéaste, mais infirme celle de "bon ouvrier" : tout est naze dans cette histoire. D'abord le montage, qui saute aux yeux par sa maladresse. On ne sait pas pourquoi, mais Ulmer semble ne pas arriver à concevoir qu'on puisse laisser hors-champ un seul... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 décembre 2010

Détour (Detour) (1945) d'Edgar G. Ulmer

Tourné avec un poignée de raisins secs dans un décor ridicule (ta caisse et mon appart) et en un temps record (la légende des six jours semble tout de même avoir été revue à la hausse : vingt-huit c'est déjà fort), Detour est l'histoire d'un mec qui a la poisse, une belle illustration de la Loi de Murphy en soixante minutes et des bananes. Tom Neal a des airs de chien battu et ça tombe plutôt bien vu ce qu'il va devoir se coltiner comme embrouilles. Dès cette magnifique séquence dans le brouillard (la moitié du budget a dû passer... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 décembre 2010

Le Chat noir (The Black Cat) d'Edgar G.Ulmer - 1934

Rencontre au sommet entre Bela Lugosi et Boris Karloff, et comme on pouvait s'y attendre Boris écrabouille sans conteste Bela. S'appuyant soit-disant sur la nouvelle d'Edgar Poe qui porte le même titre, The Black Cat n'est en fait qu'un prétexte au duel que tout amateur de films d'épouvante attend. Du texte de Poe, on ne retient que l'apparition fugace (et complètement déplacée dans cette histoire) d'un chat noir sans importance. Ulmer préfère filmer une sombre histoire assez complexe et mal fagottée de vengeance ancestrale,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 octobre 2010

Le Démon de la Chair (The Strange Woman) (1946) D’Edgard G. Ulmer

L'ami Douglas Sirk n'a filmé que l'ouverture de ce film où l'on découvre l'héroïne gamine. Il n'a donc point eu la chance de diriger la gazelle Hedy Lamarr, véritable centre de gravité de cette oeuvre. Si l'on a un peu peur au début qu'elle se contente de ses petits airs de Sainte-Nitouche pour séduire son monde, on découvre au fil de ce film une personnalité beaucoup plus complexe et torturée. Elevée par un père alcoolo qui ne va pas faire long feu, la belle Hedy ne rêve que de réussir sa vie. Elle ne va point tarder à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 septembre 2010

L'Atlantide (1961) d'Edgar G. Ulmer (Giuseppe Masini et Frank Borzage, réalisateurs non crédités)

Coup de bol pour Frank Borzage d'être tombé malade après une poignée de jours de tournage - les scènes dans les déserts ? ; son nom n'apparaît point au générique et cela lui permet de ne point achever sa filmo par une terrible fausse note. L'Atlantide est une grosse série B - genre film d'aventures pour dimanche aprèm quand on était tout ptit - qui vaut particulièrement le détour pour ses dialogues fendards malgré eux - un film qui commence par "Y'a pas, faut qu'on réponde" annonce la couleur au niveau des dialogues à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2009

Le Bandit (The naked Dawn) (1955) d'Edgar G. Ulmer

"Ce film, Naked Dawn, prouve que le cinéma peut tout exprimer et que l'on pourrait même tirer un film d'un des plus beaux romans français modernes, Jules et Jim d'Henri-Pierre Roché, dans lequel une femme aime également deux hommes pendant presque toute une vie, grâce à une morale esthétique et neuve sans cesse reconsidérée." Ces lignes que je connaissais presque par coeur à une époque pour avoir bossé durant deux ans sur l'oeuvre de Roché me sont revenues en tête alors que je cherchais des infos sur L'Atlantide... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1