20 janvier 2021

La Rivière (Hé liú) de Tsai Ming-Liang - 1997

Arf je n'ai jamais été un grand fan de Tsai Ming-Liang, qui peut se vanter de fabriquer des films auxquels je ne comprends goutte. Bêtise de ma part ou incapacité de sa part à se faire comprendre, je ne saurai dire, mais voilà : à la revoyure aujourd'hui, La Rivière me laisse dans le même état hébété qu'il y a 25 ans. Règle scrupuleuse que j'ai trahie aujourd'hui : je suis allé voir ce qu'en disaient les critiques. J'ai ainsi appris que le film parlait d'inceste, ce qui m'a complètement échappé, et ce qui est même à mon avis... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2020

Goodbye, Dragon Inn (Bu san) (2003) de Tsai Ming-liang

Sacré Tsai avec ses plans-séquences immobiles infinis qui nous emmène dans un immense cinéma aux allures de demeure hantée (par toutes sortes de choses) avant même la fermeture... Un film, Dragon Inn, qui tire sa révérence devant ses propres acteurs (deux papis oubliés) et des figurants qui errent dans cet antre du cinéma sur le déclin... Une ouvreuse dont le pied bot résonne indéfiniment dans les escaliers et divers recoin de ce cinéma qui part en lambeau, un projectionniste, gros fumeur, pourchassé par le fantôme de cette femme... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juin 2015

No no sleep (Wu Wu Mian) (2015) de Tsai Ming-Liang

J’avais perdu de vue le grand Tsai Ming-Liang ces derniers temps et le voilà qui nous revient avec cet objet cinématographique contemplatif pour le moins déstabilisant : un moine qui marche au ralenti (et c’est un euphémisme : il pose un pied par terre toutes les cinq minutes -imaginez déjà le plan séquence de malade quand Tsai le filme faisant 6 pas…), un métro qui file dans la nuit lumineuse de la ville, deux hommes (notre moine et un chevelu) qui se lavent, sommeillent à moitié dans des eaux chaudes et se retrouvent... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2012

Rebels of the Neon God (Qing shao nian nuo zha) (1992) de Tsai Ming-Liang

Il ne faut jamais désespérer puisqu'il m'aura fallu attendre pas moins de vingt ans (même si le film n'est sorti qu'en 98 en France) pour enfin découvrir ce premier long-métrage de Tsai Ming-Liang - d'étranges circonstances (des horaires de programmation, des problèmes de sous-titres...) ayant fait qu'à chaque fois... Bref. La qualité de l'image a déjà un peu morflé (la couleur vieillit moins bien que le noir et blanc, c'est po nouveau, mais les films des années 90 semblent déjà particulièrement touchés) mais c'est tout de même avec... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 décembre 2010

I don't want to sleep alone (Hei yan quan) (2006) de Ming-Liang Tsai

J'étais assez impatient de voir ce film de Tsai, véritable retour aux sources pour ce natif de Malaisie où j'ai quand même passé po mal de temps moi-même. Bon alors c'est clair qu'au niveau des dialogues on assiste à un film quasi muet (la plupart des paroles viennent de la radio ou de chansons) et qu'il ne se passe pratiquement rien pendant deux heures. Quoique. L'histoire est celle d'un matelas : matelas récupéré dans une poubelle, recueilli par un Malais, puis déplacé dans un immeuble abandonné (les traces de la crise de 97... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]