22 février 2014

La Peau douce (1964) de François Truffaut

Voilà un film de Truffaut relativement "mal aimé" qu'il est tout de même bien agréable de revoir : pour la sublime musique de Delerue (un somptueux thème "romantique" que viennent troubler parfois des accords porteurs d'un certain "malaise" ou soulignant une légère tension), pour la présence de la pétillante et troublante Françoise Dorléac, la maîtresse blonde - qui tranche avec le caractère plus sanguin et affirmé de la brune Nelly Benedetti -, ou encore par les tentatives de Truffaut de varier son montage (l'ami Gols soulignait... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 janvier 2014

Tirez sur le Pianiste (1960) de François Truffaut

Voilà un bail que je n'avais point revu ce Truffaut, gardant en tête le physique assez particulier des deux truands aux trousses des frères Saroyan et cette image de deux secondes d'une vieille femme qui tombe raide morte quand l'un des truands jure sur la tête de sa mère que son foulard est en métal japonais. Comme toujours, chaque nouvelle vision d'un Truffaut a son lot de bonnes petites surprises : que ce soit dans les dialogues, dans les trouvailles de montage, dans les petites expérimentations - ce n'est jamais que son second... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 avril 2011

La Nuit américaine de François Truffaut - 1973

Un de mes Truffaut préférés, aucun doute là-dessus, même si je vois tout à fait en quoi le gars s'embourgeoise méchamment là-dedans, même si je comprends la colère de Godard à sa vision de ce film, même si on est très très loin du Truffaut en liberté des débuts. Il y a dans La Nuit américaine un charme inouï, une aura magique qui ramène au cinéma d'autrefois, un cinéma disparu et passionné. C'est le récit d'un tournage (tournage d'un film qui, d'ailleurs, n'a pas l'air fameux), avec tout ce que ça comporte d'aventures, de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:09 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
16 février 2011

L'Amour en Fuite de François Truffaut - 1979

Je vais me faire écharper par les truffaldiens purs et durs, mais L'Amour en fuite est indéniablement un de mes Truffaut préférés, qui rentre complètement dans le cadre de ma thèse comme quoi les Truffaut mineurs sont les meilleurs. Je sais tout ce que vous allez me dire : c'est un film malade, douloureux, bancal, facile, dont la moitié est constituée d'extraits de la saga Doinel passée, avec un Léaud légèrement bouffi et pas mal de lourdeurs d'écriture. Je sais ça, et même après mes 12 visions, même derrière le rideau de larmes,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 février 2011

Domicile Conjugal de François Truffaut - 1970

En réalisant ces petites comédies sentimentales autour de Doinel, Truffaut se permet des tas de tentatives de style qui lui seraient sans doute interdites dans des productions plus ambitieuses. Après les clins d'oeil à Hitchcock de Baisers Volés (qui se prolongent ici dans le premier plan du film, délicieuse copie de Marnie), le voilà sur les traces de Jacques Tati avec ce volet volontairement léger, proche du vaudeville et rempli de mini-gags. Non seulement Monsieur Hulot apparaît concrètement le temps d'un plan, mais l'ensemble de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 janvier 2011

Baisers volés de François Truffaut - 1968

Ah c'est sûr que, vue l'époque, on pouvait attendre du sanguin Truffaut autre chose que Baisers volés. La seule allusion aux temps troublés de 68 réside dans le premier plan, qui cadre la Cinémathèque de Langlois fermée. A part ça, on aura droit à une petite fantaisie sentimentale sans réelle conséquence. Mais c'est aussi tout ce qui en fait son charme : c'est désuet comme pas permis, ça devait d'ailleurs déjà l'être au moment de sa sortie, c'est fleur bleue et émotif, c'est résolument contre son temps tout en en étant une sorte... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


19 janvier 2011

Antoine et Colette de François Truffaut - 1962

Prolongation un peu en-dessous des Quatre Cents Coups. Truffaut a beau s'efforcer de bien nous rappeler qu'il s'agit du même Antoine Doinel (allusions à ses parents, retrouvailles avec le pote René, et même un flash-back qui reprend une scène du film de 1959), on a du mal à retrouver dans ce jeune homme poli et timide le Doinel qu'on a aimé 3 ans plus tôt. Ce n'est pas la faute de Jean-Pierre Léaud, qui donne ici quelques signes de l'immense fantaisie qui le définira plus tard ; non, plutôt la faute à un scénario pas très bien tenu,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2011

Les Quatre Cents Coups de François Truffaut - 1959

C'est toujours le problème avec les grands classiques : on est bien conscient qu'on ne pourra pas dire plus que les 18577 articles pertinents qui existent sur le net et ailleurs. Alors voilà : je me contenterai de dire que, même après une dizaine de visions, ce film est toujours aussi lumineux, bouleversant et juste. Truffaut touche à quelque chose d'essentiel concernant l'enfance. Alors même que les bambins qui nous sont présentés ne sont plus du tout les mêmes qu'aujourd'hui, que leurs "400 coups" apparaissent comme de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 février 2010

Vivement Dimanche ! (1983) de François Truffaut

"Je ne fais pas partie de la société des hommes. Tout ce que j'ai fait, je l'ai fait pour les femmes. Parce que j'aime les regarder, les toucher, les respirer, jouir d'elles et les faire jouir. Les femmes sont magiques, Monsieur Lablache. Alors je suis devenu magicien"... Eh oui, tout est dit, semble-t-il, et ces ultimes paroles résonnent forcément comme une ultime confession du maître non point chanteur mais metteur en scène la Truffe. Sans doute l'oeuvre la plus hitchcockienne du cinéaste, avec l'histoire de ce... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 septembre 2009

L'Argent de Poche de François Truffaut - 1975

J'ai toujours eu beaucoup de tendresse pour ce minuscule film je le reconnais très oubliable dans la riche carrière de Truffaut. Je ne sais pas, un charme indéfinissable, qui n'a rien à voir avec la réalité, qui tient presque plus au rêve qu'à la chronique naturaliste. Quitte à être pédant, j'ai bien l'impression que je l'aime justement plus pour ses ratages que pour ses réussites. Truffaut, pour cette fois, échoue totalement à percer le mystère de l'enfance. Il peut se le permettre, cela dit, après avoir réalisé quelques-uns des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2  3    Fin »