11 janvier 2012

Impardonnables d'André Téchiné - 2011

Ohla gros plantage de la part de notre André avec ce cru 2011. Moche, mal fagoté, péniblement écrit, Impardonnables est franchement étonnant de laisser-aller, comme si Téchiné avait perdu la foi en cours de route et laissé son film partir en sucette, lâchant peu à peu tous les postes, de la direction d'acteurs au scénario. Il faut dire que ceux-ci (les acteurs) ne sont pas forcément fautifs, tant les dialogues sont impossibles. On avait peur, en entrant, que la langue de Djian passe mal au cinéma, tant elle semble entièrement rédigée... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2011

Les Innocents (1987) d'André Téchiné

Je gardais le souvenir (23 ans déjà, ciel !) d'un film très solaire mais absolument aucun de la trame. Ca part plutôt bien au niveau du casting avec le regretté Simon de la Brosse dans l'un de ses tout meilleurs rôles, la présence du jeunot Abdellatif Kechiche (auquel Téchiné a dû sûrement permettre de mettre le pied à l'étrier) en frère ennemi du Simon, Jean-Claude Brialy en vieil homo désabusé ("dans la vie il n'y a pas le choix, ou on est ivre ou on est triste", olé) et Sandrine Bonnaire qui malheureusement m'a pour... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 décembre 2009

La Fille du RER d'André Téchiné - 2009

Après la lumineuse beauté des Témoins, on pensait Téchiné passé définitivement dans la catégorie supérieure, celle de ces vieux cinéastes contrôlant complètement leur art pour servir des épures totales. La Fille du RER vient nous affirmer violemment le contraire : c'est un retour en arrière cinglant, qui montre que Téchiné peut aussi se montrer paresseux et mal inspiré pour peu qu'on le pousse un peu. Le film est bâclé, dans son écriture surtout mais aussi dans ses aspects techniques, et même, comble des combles pour ce cinéaste si... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 septembre 2009

Ma Saison préférée (1993) d'André Téchiné

Petite reprise d'un article écrit en Malaisie, avec quelques menues modifs, mais mon sentiment sur ce magnifique film est bien encore et toujours le même. "Mais où est donc l'ami que partout je chercheDès le jour naissant mon désir ne fait que croîtreEt quand la nuit s'efface c'est en vain que j'appelleJe vois ses traces, je sais qu'il est présent"Émilie (Catherine Deneuve) Quatre saisons: une valse à quatre temps. Quiconque ayant un frère, une sœur, des enfants, des parents, une grand-mère (...) ne peut être... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2009

Les Egarés (2003) d'André Téchiné

A partir de l'exode de 1940, Téchiné, en dehors des séquences d'ouverture et de clôture de son film, réalise un film intimiste, presque en huis-clos, confrontant deux personnages que tout semble opposer au départ :  une jeune institutrice veuve, femme à principes, qui n'a d'autres volonté que d'imposer ses règles, et un jeune homme, illettré, plus habitué semble-t-il aux vagabondages et aux instituts de redressement qu'aux bancs de l'école. Dans ces temps troublés, cet être insaisissable, ingénieux, va peu à peu fissurer le monde... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 février 2009

Rendez-vous (1985) d'André Téchiné

J'ai vraiment un peu plus de mal à me laisser happer par cette oeuvre de l'André. Le sujet est pourtant relativement prenant - une provinciale monte à Paris à 18 ans pour vivre sa vie -, les jeunes acteurs, alors pratiquement inconnus (Binoche, Wilson, Stanczak) tiennent définitivement bien leur rang, la mise en scène de Téchiné est comme d'habitude d'une grande fluidité (bon les violons de Sarde, c'est toujours pôreil par exemple) mais je sais pas, il y a comme un petit côté glaçant dans chacun des personnages - peut-être un peu... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 05:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 février 2009

La Matiouette ou l'Arrière-Pays (1983) d'André Téchiné

Deux acteurs, un salon de coiffure, un noir et blanc basique, et pourtant Téchiné et Nolot insufflent un maximum de vie dans ce face-à-face qui vire peu à peu au règlement de compte. Les dialogues fusent entre ces deux frères dont les routes ne se sont pas croisées depuis dix ans : il y a bien les liens de sang qui sont là comme un lointain souvenir, mais surtout a rapidement lieu une confrontation entre deux personnes qui ont choisi chacun un chemin totalement différent; Alain a repris le salon de coiffure de son père, a gardé ce... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 04:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2009

Hôtel des Amériques (1981) d'André Téchiné

Je ne gardais qu'un souvenir très flou de ce film de Téchiné que j'ai soudainement eu envie de revoir (un besoin de Patrick Dewaere, on va dire) et ce n'est point étonnant vu qu'il s'agit tout de même d'une histoire d'amour toute aussi floue. On a l'impression que ce film appartient à un genre de cinéma qui n'existe plus; difficile de dire si cela est typique de la fin des années 70 et du début des années 80, mais on oscille constamment entre un romantisme fébrile, une sorte de passion en pointillé, et la peur de vraiment... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juin 2008

Les Témoins d'André Téchiné - 2007

C'est un peu inquiétant, mais le fait est que les deux films français récents les plus lumineux et les plus jeunes sont signés par deux vieux de la vieille : Resnais l'an passé, Téchiné cette année. Les Témoins est une pure merveille, le plus beau film de son auteur depuis Ma Saison préférée. C'est d'une subtilité dans la palette des sentiments, d'une beauté formelle, et d'une intelligence réjouissantes, sans jamais tomber dans les pièges du "grand cinéma français", grâce à sa fougue et à sa jeunesse. D'entrée, on est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
06 avril 2007

Les Voleurs d'André Téchiné - 1996

C'est drôle de constater comme Téchiné peut faire des films d'une grande modernité, jeunes et énergiques, et peut aussi se fourvoyer dans le cinéma français dans tout ce qu'il a de plus clicheteux. Disons que Les Voleurs a tendance à plus faire partie de la deuxième catégorie que de la première. A son actif pourtant, beaucoup de qualités : une construction intéressante, l'histoire étant racontée dans un désordre complet, mais qui permet d'éclairer certains personnages par rapport à d'autres ; Téchiné abandonne telle ou telle... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1