12 janvier 2016

L'Aquarium et la Nation de Jean-Marie Straub - 2015

Riez, riez, commentateurs ironiques : mon odyssée straubienne continuera même sous les sarcasmes, rien n'arrêtera la marche glorieuse de la straubic-attitude. Bien, donc, L'Aquarium et la Nation... Ça commence par 12 minutes de plan fixe sur un aquarium à l'intérieur duquel s'ébattent quelques jolis poissons ; d'abord muet, puis accompagné de musique, ce plan est suivi de la lecture à la table d'un texte de Malraux par un pépère placé devant une baie vitrée (voyez le lien ?), plan lui-même suivi d'un extrait de La Marseillaise de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 janvier 2016

Kommunisten de Jean-Marie Straub - 2014

Pas un peu feignasse, sur ce coup, le Jean-Marie ? Son nouveau long (très long) métrage (1h09) est en fait composé uniquement de 10 minutes inédites. Le reste est une suite d'extraits d'oeuvres anciennes, de La Mort d'Empedocle à Ouvriers Paysans, le tout assemblé pour voir si des fois ça pourrait pas faire sens d'une façon ou d'une autre. Bon, le fait est que si vous arrivez à rester éveillé, oui, un certain sens se dégage de cet assemblage hétéroclite qui valse avec les styles, les époques et les genres. Disons qu'il est question... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2016

La Guerre d'Algérie de Jean-Marie Straub - 2014

J'aime bien les films de 2 minutes de Jean-Marie Straub : ils sont aussi chiants que les autres, mais ils ne durent que 2 minutes. La Guerre d'Algérie est donc un des plus regardables du gars récemment. Constitué de deux plans seulement, entrecoupés de noirs, il rapporte un "incident" survenu alors qu'un soldat se voit ordonner par son lieutenant de raser un village algérien au lance-flammes : le gars se retournera contre le gradé, incapable d'accomplir ce geste. Le texte, annoné façon outre-tombe durant les noirs, rappelle comment... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mai 2015

Un Conte de Michel de Montaigne de Jean-Marie Straub - 2012

Vous aimez Montaigne ? Pas de panique, Jean-Marie Straub se charge d'inverser la tendance et de le faire entendre comme l'auteur d'une langue absconse et incompréhensible. Voici donc un des films les plus inregardables de son auteur, et Dieu sait pourtant que ce n'est pas le premier. Inregardable d'abord parce qu'il est en grande partie constitué d'un écran noir ; quand l'image revient, c'est pour nous montrer la statue de bronze de Montaigne dans un parc, sous différents angles, ou, enfin un peu de vie, l'image d'une comédienne en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 avril 2015

A propos de Venise de Jean-Marie Straub - 2014

M'est avis que le père Straub va finir par filmer des écrans noirs. En tout cas, ce cru 2014 joue sur l'annulation de presque tout : plus de figure humaine dans le cadre, plus de mouvements de caméra, plus de variations de plans. C'est du rigorisme poussé à bout, ou presque : un seul cadre, pratiquement. On voit donc pendant 15 minutes un arbre au bord d'un lac, dont l'eau vient lécher le trons, avec parfois, ô miracle, un ou deux canards qui traversent le champ là-bas derrière. Que ça, même si on se rend compte qu'il y a en fait 6... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2015

Dialogues d'Ombres de Jean-Marie Straub - 2013

Aaaaaaah le retour de Straub, ça faisait longtemps sur ce blog. Nouvelle plongée en aridité, donc, et disons que si ce n'est pas complètement agréable, c'est pas non plus plaisant. Mais il faut ce qu'il faut si nous voulons boucler l'odyssée la plus exigente de Shangols. Pour cette fois, la douleur ne dure qu'une vingtaine de minutes, c'est déjà ça. Et la douleur se teinte d'une pointe d'intérêt, ne le nions pas. Toujours comme ça avec Straub : c'est pas un bon moment, mais il en reste toujours quelque chose de beau finalement. Bien... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2012

Un Héritier de Jean-Marie Straub - 2011

C'est sur les genoux (et sans les rotules) que je termine cette improbable odyssée straubienne qui m'aura coûté quelques années et autant de neurones (à noter quand même qu'à l'heure où j'écris Straub est encore en vie, et qu'on n'est donc pas à l'abri). Un Héritier la conclue avec brio, puisqu'on a droit ici à un des films d'action de son réalisateur : dans sa première scène, il est même constitué d'un travelling caméra à l'épaule, ce qui dans le cinéma du bon Jean-Marie, s'apparente à une cascade. On y parle la langue de Maurice... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
18 octobre 2012

Corneille-Brecht de Jean-Marie Straub - 2009

26 minutes de pur bonheur (je me suis même tapé les trois versions différentes, pour être exhaustif, genre "ah ouais, elle a pas tout à fait le même chandail, là, la fille, si ?", pointu, quoi) où on assiste dans l'allégresse à une lecture à la table de deux des auteurs les plus poilants de l'histoire de la littérature : Horace et Othon de Corneille ("Rome, l'unique objet de mon ressentiment !") et Le Procès de Lucullus de Brecht, ahaha. Fidèle à son style baroque et festif, Straub filme donc en plan fixe une comédienne à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 octobre 2012

Proposta in quattro parti de Jean-Marie Straub & Danièle Huillet - 1985

Un petit montage sur la lutte des classes bricolé par le couple infernal pour la Rai : quatre séquences s'enchaînent, comme le titre l'indique. On a d'abord droit à un court-métrage de Griffith, A Corner in Wheat, montrant en quelques minutes fulgurantes la construction d'une spoliation en bonne et dûe forme. Un patron s'enrichit sur le dos des pauvres, qui crèvent la faim, déséquilibrant tout le système marchand mondial. La morale est pourtant sauve, puisque un de ces richards crèvera sous le flot de grains de blé qu'il a lui-même... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 octobre 2012

Noir Péché (Schwarze Sünd) de Jean-Marie Straub & Danièle Huillet - 1988

Ah moi j'étais à deux doigts de trouver que La Mort d'Empedocle, réalisé deux ans avant et durant déjà 8h20 (temps subjectif), se suffisait à lui-même. Les Straub, non : ils nous "offrent" donc une sorte de bonus avec ce Schwarze Sünd non moins radical que son prédecesseur. On retrouve avec un bonheur inneffable notre gars Empedocle, banni par les siens, toujours flanqué de son disciple légèrement homo sur les bords si vous voulez mon avis, vautré sur la terre. Le gars va mal, songe au suicide (en vers allemands, ce qui est le signe... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]