28 octobre 2012

Un Héritier de Jean-Marie Straub - 2011

C'est sur les genoux (et sans les rotules) que je termine cette improbable odyssée straubienne qui m'aura coûté quelques années et autant de neurones (à noter quand même qu'à l'heure où j'écris Straub est encore en vie, et qu'on n'est donc pas à l'abri). Un Héritier la conclue avec brio, puisqu'on a droit ici à un des films d'action de son réalisateur : dans sa première scène, il est même constitué d'un travelling caméra à l'épaule, ce qui dans le cinéma du bon Jean-Marie, s'apparente à une cascade. On y parle la langue de Maurice... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
18 octobre 2012

Corneille-Brecht de Jean-Marie Straub - 2009

26 minutes de pur bonheur (je me suis même tapé les trois versions différentes, pour être exhaustif, genre "ah ouais, elle a pas tout à fait le même chandail, là, la fille, si ?", pointu, quoi) où on assiste dans l'allégresse à une lecture à la table de deux des auteurs les plus poilants de l'histoire de la littérature : Horace et Othon de Corneille ("Rome, l'unique objet de mon ressentiment !") et Le Procès de Lucullus de Brecht, ahaha. Fidèle à son style baroque et festif, Straub filme donc en plan fixe une comédienne à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2012

Proposta in quattro parti de Jean-Marie Straub & Danièle Huillet - 1985

Un petit montage sur la lutte des classes bricolé par le couple infernal pour la Rai : quatre séquences s'enchaînent, comme le titre l'indique. On a d'abord droit à un court-métrage de Griffith, A Corner in Wheat, montrant en quelques minutes fulgurantes la construction d'une spoliation en bonne et dûe forme. Un patron s'enrichit sur le dos des pauvres, qui crèvent la faim, déséquilibrant tout le système marchand mondial. La morale est pourtant sauve, puisque un de ces richards crèvera sous le flot de grains de blé qu'il a lui-même... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 octobre 2012

Noir Péché (Schwarze Sünd) de Jean-Marie Straub & Danièle Huillet - 1988

Ah moi j'étais à deux doigts de trouver que La Mort d'Empedocle, réalisé deux ans avant et durant déjà 8h20 (temps subjectif), se suffisait à lui-même. Les Straub, non : ils nous "offrent" donc une sorte de bonus avec ce Schwarze Sünd non moins radical que son prédecesseur. On retrouve avec un bonheur inneffable notre gars Empedocle, banni par les siens, toujours flanqué de son disciple légèrement homo sur les bords si vous voulez mon avis, vautré sur la terre. Le gars va mal, songe au suicide (en vers allemands, ce qui est le signe... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 septembre 2012

La Mort d'Empedocle (Der Tod des Empedokles) de Jean-Marie Straub & Danièle Huillet - 1986

Passer 2h15 avec les Straub et Hölderlin est un plaisir des sens, je vous le confirme, même si on peut préférer un paquet de Tagada, voire même un coup de pied dans les parties. Ceci dit, voilà un film qui vous donne au moins la satisfaction de faire partie de l'élite intellectuelle à l'avoir vu sans hurler de rire, ce qui est mon cas ; j'ai même pris un certain plaisir, mais oui, à suivre cette tragédie romantique sur fond d'arbres frémissants, et cette oeuvre fait partie des meilleures du couple infernal. Il s'agit donc de la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 septembre 2012

Le Chacal et l'Arabe de Jean-Marie Straub - 2009

Il est bon de revenir de temps en temps aux films de Straub, ne serait-ce que parce que... non, je trouve pas, laissez-moi réfléchir. Bon, enfin bref, voilà un nouvel exemple de la rigueur straubienne, qui nous propose un énième film littéraire en plans fixes sur des acteurs immobilies qui disent un texte mal sous-titré (ça c'est la version méchante) ; qui nous propose un nouveau film lumineux mettant en avant un texte méconnu de Kafka dans une ascèse impressionnante (version sympa). Dans un appartement ensoleillé, une actrice,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 février 2012

O Somma Luce de Jean-Marie Straub - 2009

Un petit rendez-vous avec Straub, Varese et Dante, ça aide bien à commencer la semaine sous les meilleures égides. Les trois joyeux drilles jouent à égalité dans ce court-métrage, puisque les arts cinématographiques, musicaux et littéraires s'y côtoient dans un partage strictement partagé du temps de parole. Ça commence avec 6 ou 7 minutes d'un concert de Varese, sifflé par quelques énergumènes énervés ("Salaud, c'est un scandale !") sur fond noir, ce qui annonce la couleur si j'ose dire. On pense aux attaques ulcérées des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 septembre 2011

Trop tôt, Trop tard de Jean-Marie Straub & Danièle Huillet - 1982

Rhaaa bon sang, elle se mérite, cette intégrale Straub-Huillet, me voilà presque au bout (si Shang arrive à me dénicher les deux-trois manquants), et je vous avoue qu'après je serais bien tenté par une odyssée Bruce Lee, pour changer. En tout cas, traverser un film comme Trop tôt, Trop tard vous laisse forcément des traces un peu partout (en plus des valises sous les yeux), le moins qu'on puisse dire, c'est que cette vision n'est pas innocente. Le couple diabolique décide cette fois de faire du "Straub-Huillet ++", puisque le film... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2011

Le Chemineau (Il viandante) & Le Rémouleur (L'arrotino) de Jean-Marie Straub & Danièle Huillet - 2001

Deux petits films tirés du magnifique Sicilia, qui sont en fait des séquences coupées au montage et/ou remontées par les compères. Sicilia, c'est le meilleur film des Straub, sans conteste, et on comprendra donc que ces deux courts soient eux aussi impeccables. Ma préférence ira au Rémouleur, exercice de rigueur qui va pourtant à l'encontre de l'austérité souvent étouffante des films des Straub : il n'y a pas grand chose de plus que d'habitude, quelques cadres qui se comptent sur les doigts d'une main, une façon janséniste de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mai 2011

L'Inconsolable de Jean-Marie Straub - 2010

  Oui, bon, ça va, on a compris, à force, que Straub, quand il lit du Pavese, imagine tout de suite une forêt, des acteurs assis sur des souches et de la lumière qui change. Etait-ce nécessaire de refaire une énième fois la même chose, après les 232 films sur le même principe ? Je n’ai pas l’impression. L’Inconsolable a juste l’intérêt supplémentaire de permettre de constater qu’après la mort de son alter-ego Danièle Huillet, Jean-Marie n’a pas changé ses bonnes vieilles habitudes, mais qu’il se dévergonde grandement... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2  3  4    Fin »