19 janvier 2014

L'Homme des Vallées perdues (Shane) (1953) de George Stevens

Un bon western, c’est quand même pas de la margarine. Je fais des infidélités au film noir, but Shane on me - or not - on ne peut parfois po lutter. A-t-on le droit d’être un gros colon in the western world ? - c’est tout un pan de l’histoire de l’Amérique jusqu’à… Mais Shangols n’est point un manifeste politique (Bon Bast*en va encore me hurler dans les oreilles que tout est politique mais là je dis non, c’est tout). Van Heflin est un parfait bouseux qui a piqué la chemise et la hache de Charles Ingels. Il vit avec sa... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 décembre 2011

Gunga Din de George Stevens - 1939

Stevens se paye une débauche de figurants et d'effets de foule, on lui en sait gré, ça amuse l'oeil. Encore eut-il fallu qu'il écrivit pour aller avec une histoire un peu plus tenue que ce scénario décousu et laborieux. Adapté d'un poème de Kipling, Gunga Din raconte trop d'histoires, et hésite sans arrêt entre les différents tons. S'agit-il d'une pure comédie, ce que tendraient à prouver le jeu excité de Cary Grant (pour le coup un peu too much) et ces blagouilles autour du mariage de Douglas Fairbanks Jr ? S'agit-il d'une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 juin 2008

La Femme de l'Année (Woman of the Year) de George Stevens - 1941

Stevens n'est définitivement pas un grand réalisateur, bien qu'on doive lui reconnaître un bon professionalisme. Woman of the Year est à l'image du reste de sa filmographie : gentiment désuet et sympathique, mais poussif et très quelconque. S'il n'y avait pas le joli couple Katharine Hepburn / Spencer Tracy, on pourrait même dire que c'est un film totalement jetable. Stevens échoue systématiquement dans tous les aspects qu'on est en droit d'attendre dans une comédie hollywoodienne des années 40. Ses rythmes sont laborieux,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:21 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
08 janvier 2007

La Justice des Hommes (The Talk of the Town) (1942) de George Stevens

Une très belle idée de départ (salut Alfred), celle d’un homme soupçonné d’avoir incendié une usine et tué un homme, voué à la colère et à la vengeance du peuple (salut Saddam) qui parvient à s’échapper de prison. Il trouve refuge chez une ancienne collègue (Jean Arthur) et le Cary Grant, traqué, sur la défensive est plus que convaincant. On s’en frotte déjà les mains. Tout est réuni pour un huis-clos tendu comme un slip de nouvel an lorsque un homme de loi hautement respecté (Ronald Coleman), le nouveau locataire de l’endroit, qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1