26 novembre 2013

La grande Bellezza (2013) de Paolo Sorrentino

Certains ont trouvé ce film fun, d'autres vain, je l'ai juste trouvé un peu chiant. Une dolce vita '2013 en couleur et affreusement tristoune portée par un clown triste triste (vilain Toni Servillo) : c'est bien beau de casser son semblable, c'est bien joli de jouer les chroniqueurs mondains creux, de trouver la chair triste, de s'ennuyer à mourir au milieu du bruit et de la fureur d'une boum bourgeoise mais j'ai envie de dire aussi : non seulement on s'en fout mais en plus à quoi cela sert-il vraiment de faire un tel constat de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:51 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

04 septembre 2011

This must be the Place de Paolo Sorrentino - 2011

This must be the Place amuse 5 minutes, admettons, grâce au jeu excessif et poilant de Sean Penn en Robert Smith croulant (en Robert Smith, quoi) ; mais ensuite, il faut se fader un pénible exercice de style vain et péteux autour de la reponsabilité et de la maturité, et ça, c'est une épreuve. Sorrentino aurait mieux fait, à tout prendre, de rester auprès de ses acteurs et de les regarder bosser : Penn part à la conquête de l'Oscar, construction de personnage à l'ancienne, voix suraigüe, dégaine improbable (et vraiment too much), et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 novembre 2008

Il Divo (2008) de Paulo Sorrentino

Paulo Sorrentino réalise un film d'une excellente facture démontrant que le cinéma politique italien n'est pas mort. N'étant point intime avec tous les dessous de la politique italienne, j'ai eu peur au début d'être un peu lourdé. Sorrentino nous fournit un petit glossaire pour remettre un peu les pendules à l'heure (l'assassinat d'Aldo Moro, le parti Démocrate Chrétien, la loge P2) suivi de toute une série d'exécutions qui nous feraient presque perdre pied d'entrée de jeu; heureusement, petit à petit, les pièces du puzzle... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2006

Les conséquences de l'amour (2004) (Le conseguenze dell'amore) de Paolo Sorrentino

Un homme la cinquantaine, dans un hôtel suisse où tout le monde parle italien (oui je sais, c'est possible), une serveuse très mimi, une valise bourrée de plein plein de billets, l'ombre de la mafia... L'homme veut finir sa vie de façon spectaculaire, tout comme le film essayant de jouer de l'épate avec de la bonne musique pseudo classique et des cadres de la mort sans âme. Mouais, un film du dimanche soir, entre polar et histoire d'amour tristounette. La seule bonne nouvelle du film étant tout de même Olivia Magnani qui déchire sa... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1