26 novembre 2016

Le Teckel (Wiener-Dog) (2016) de Todd Solondz

Il y avait chez Solondz un certain comique pince sans rire. Tout cela s'est transformé en une sorte de cynisme morne rendant ses historiettes plus ennuyeuses que piquantes. On assiste ici à quatre histoires, mettant en scène quatre âges de la vie avec, en fil rouge, un teckel. Ce dernier va être la joie d'un jeune garçon avant de choper une sale gastro à cause d'une barre de Granola (la joie dure peu, la gastro plus longtemps - à table...), puis va réunir un couple de trentenaires un peu neuneus et perdus ; il va ensuite, le pauvre,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 août 2010

Life during Wartime (2010) de Todd Solondz

On a connu par la passé un Todd Solondz beaucoup plus mordant : ces nombreuses - et parfois disons-le franchement ennuyeuses - petites discussions sur les idées de "to forgive or to forget" flirtent souvent avec un pathétique larmoyant, et au bout de trente minutes de film on aurait presque envie d'envoyer un camion de Kleenex sur le tournage du film... Oui, bon, les sujets ne sont certes pas vraiment olé-olé : une jeune femme, qui travaille dans la réinsertion, décide de quitter son mari - un ancien prisonnier,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 04:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2008

Palindromes de Todd Solondz - 2004

Solondz est définitivement un des derniers cinéastes ricains vraiment audacieux. Avec Palindromes, il frôle encore une fois la frontière de l'interdit et du tabou, avec un courage sidérant. Je ne sais pas comment ses compatriotes yankees considèrent ces films, ni même s'ils les voient réellement, mais en tout cas on peut dire qu'il les malmène à grands coups de tomahawk. Le film commence un peu sur la mauvaise voie, et on tremble de tomber encore une fois sur un de ces films fashion et faussement audacieux (genre Gregg Araki quand... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 janvier 2008

Happiness de Todd Solondz - 1995

Voilà ce qu'on peut appeler du courage. Happiness prouve que s'ils le voulaient, les cinéastes américains indépendants pourraient avoir un vrai pouvoir de subversion, ce que ne semblent pas avoir compris les faux provocateurs qui défilent béatement sur les podiums de Sundance. Solondz frappe fort, très fort, dans ce portrait pluriel de toutes les déchéances, les pauvretés et perversions sexuelles dans lesquelles baigne la middle-class yankee : obsession maladive, pédophilie, puberté douloureuse, oubli des sentiments, rêves de viol,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]