07 décembre 2012

Les Enfants d'Hiroshima (Gembaku no ko) (1952) de Kaneto Shindô

Difficile d’oublier Hiroshima (Souviens-toi…). C’est pourtant  ce que l’enjoignent de faire les proches de l’héroïne qui a décidé, quatre ans après la catastrophe, de retourner dans sa ville natale. Tout comme le morceau de verre qui est resté « incrusté » dans sa peau, qui lui provoque des douleurs chaque fois qu’elle le touche mais qu’elle ne peut se résoudre à enlever, le souvenir tragique d’Hiroshima fait désormais partie d’elle-même. Ce retour va forcément réveiller des instants traumatiques (l’heure précise,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2007

L'Ile Nue (Hadaka no shima) (1960) de Kaneto Shindô

Cet ancien assistant de Mizoguchi réalise une nouvelle fois une pure merveille dans ce film dénué de tout dialogue: juste les bruits de la nature et quelques chants viennent ponctuer ce film d'un panthéisme hallucinant. Il a voulu réaliser, dit-il au dos de ma jaquette, "un poème cinématographique pour essayer de capter la vie des êtres humains qui combattent comme des fourmis contre les forces de la nature". Le moins que l'on puisse dire c'est que le résultat est bluffant. Un couple vit avec leurs deux enfants... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 mars 2007

Onibaba (1964) de Kaneto Shindô

Et oui, les merveilles du cinéma japonais des années 60... Raah. Un champs dans le vent, un trou symbolique (on n'est jamais loin d'y tomber...), trois personnages et c'est parti pour un récit simple comme bonjour et cadré de façon sublime. Une femme âgée et sa belle fille, dans les temps bien reculés d'une guerre civile, doivent être prêtes à tout pour survivre: le mieux c'est encore de percer le corps à coups de lance de Samouraïs égarés dans ces hautes herbes, de piquer leur armure en échange de quelques sacs de millet,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 février 2006

Kuroneko (Yabu no naka no Kuroneko) (1968) de Kaneto Shindô

Ayant découvert il y a peu de temps dans la collection DVD "Eureka-the masters of cinema series", le sublime et sombre "Humanity and paper ballons" (Ninjo kami fusen) (1937) de Sadao Yamanaka (mort à la guerre en Mandchourie à 29 ans après 22 films... seulement 3 ont survécu dont cet ultime opus... Ozu peut aller se rhabiller), j'attendais beaucoup de ce film présenté comme un -proche- ancêtre des Chinese Ghost stories... grosse grosse déception malgré un noir et blanc impeccable... Abandonné par son jeune mari... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1