04 avril 2016

Un Héros de Tokyo (Tokyo no eiyu) (1935) de Hiroshi Shimizu

Dans ce petit film muet d'une heure tout juste, Hiroshi Shimizu, nous conte, soyons franc, un récit où les sales coups du sort sont pléthores. Soit donc un gamin qui a perdu sa mère (Tomio Aoki, vu et revu chez Ozu, as Kanichi - interprété plus tard dans le film par Mitsugu Fujii) qui attend son père au train : le temps passe (joli montage en plan fixe avec tous les gamins avec lui qui disparaissent peu à peu) et son pater n'est toujours pas là - c'est qu'il a de haute responsabilité, le père. Pour s'occuper du gamin, ledit père... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2016

The Golden Demon (Konjiki yasha) (1937) de Hiroshi Shimizu

Voilà un petit film de Shimizu filmé toujours avec la même habileté (on retrouve notamment chez le cinéaste "l'art du travelling arrière" sur des personnes se baladant et discutaillant) mais dont l'essentiel des personnages sont pour le moins antipathiques : tout commence pourtant avec une touche de romantisme - deux jeunes gens se fréquentent depuis des années et semblent promis l'un à l'autre. Seulement voilà, il est étudiant et peu argenté et sa douce, issue d'une famille modeste, se voit proposer un bon parti - le fils d'un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mai 2015

Ohara Shôsuke-san (1949) de Hiroshi Shimizu

On continue notre marathon "déprime au cinoche" avec cette petite mouture de l'ami Shimizu : l'histoire tient dans un pichet de saké. Le héros, sympathiquement surnommé Shôsuke-san (c.a.d « ivrogne » mais je pense que vous le saviez), est le dernier descendant d'une grande famille. Le type est habitué à répondre aux diverses sollicitations du village (qui sont multiples : acheter des tenues de base-ball pour 25 ou des machines à coudre pour 12, partir en ville et ramener une jeune fille au village...) : il dépense... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 février 2015

Forget Love for Now (Koi mo wasurete) (1937) de Hiroshi Shimizu

Hiroshi Shimizu, tout comme son comparse Ozu, aime à filmer les enfants. Cette fois-ci, fi de la comédie, puisqu'il creuse une veine des plus mélodramatiques : il s'agit en effet de conter les mésaventures d'un enfant qui patit de la profession de sa mère, simple « hôtesse » - de terre (Michiko Kuwano as Yuki, la très grande classe). A chaque fois que le bambin se lie avec une bande de gamins, la situation de sa mère revient sur le tapis (les gamins sont cruels) et notre pauvre chtit Haru de se voir exclu du gang. Il a... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 août 2014

Children of the Beehive (Hachi no su no kodomotachi) (1948) de Hiroshi Shimizu

Chose promise, chose due avec ce retour à la filmographie d'un grand comparse d'Ozu, Hiroshi Shimizu. Children of the Beehive est l'histoire simple, road moviesque, d'une bande de gamins orphelins dans l'après-guerre nippon. Emmené par un soldat démobilisé qui n'a lui-même plus d'attache, notre dizaine de gamins traverse les villes (Hiroshima, qui semble avoir subi un sacré revers, Tokyo...) et sillonne la campagne à la recherche de petits boulots (de ramasseurs de sel à coupeurs de bois). L'occasion pour Shimizu de nous... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mai 2014

Seven Seas : Part Two - Chastity Chapter (Nanatsu no umi: Kohen Teiso-hen) (1932) de Hiroshi Shimizu

Toujours un régal que les œuvres muettes ou non de Shimizu : cette deuxième partie des aventures (déçues) de Yumie permet à la fois de mettre l'accent sur le caractère (jusqu'au-boutiste) de l'héroïne que sur les différences de « moralité » entre les classes sociales. Aucun doute sur le fait que le cinéaste prenne à la fois le parti des femmes et celui des personnes les moins favorisées socialement (sans aucun manichéisme ceci dit, l'un des fils de "bonne famille" étant ainsi un modèle d'honneur et de vertu - et un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 avril 2014

Seven Seas : Part One - Virginity Chapter (Nanatsu no umi : Zempen Shojo-hen) (1931) de Hiroshi Shimizu

Ne venez pas me dire que Shangols fait dans le pointu alors qu'on a là une des oeuvres muettes essentielles de l'excellent Hiroshi Shimizu, grand pote d'Ozu tout au long de sa vie et auquel il a d'ailleurs emprunté le scénariste - Kogo Noda -, un film qui bénéficie de la présence collector de la grande - mais là particulièrement petite - Hideko Takamine (elle a 7 ans la bougresse, une affreuse coupe au bol et ce n'est d'ailleurs même pas son premier film...). Cette première partie (oui, vous aurez bientôt droit à la seconde... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2009

Eternal Heart (Fue no shiratama) (1929) de Hiroshi Shimizu

Un petit Hiroshi Shimizu de derrière les fagots, joliment teinté qui plus est (le fuchsia est peut-être à déconseiller aux albinos, cela dit), ça peut pas faire de mal. Alors c'est vrai que la trame n'a rien d'extraordinaire - deux soeurs qui, au départ, aiment le même homme -, seulement, sans chercher non plus à s'extasier devant tout ce qui date d'avant 1930, il faut bien reconnaître que Shimizu fait preuve d'un sens du découpage dans ses séquences absolument bluffant. C'est toujours un plaisir d'observer ses champs/contre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2009

La Tour d'Introspection (Mikaheri no tou) (1941) de Hiroshi Shimizu

Shimizu s'attaque au sujet des écoles dites de "redressement", un sujet cher à notre ami Sarko. Bon, il faut tout de même préciser qu'on est en 1941 et au pays du Soleil Levant et qu'il y a forcément, derrière, quelques "positions" qui peuvent agacer - dans une société "collectiviste", il est de bon ton de rentrer dans les rangs, le "marginal" étant forcément vu d'un sale oeil. On débute avec un plan traditionnel chez Shimizu, un travelling arrière, sur le directeur de l'école faisant une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 02:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 septembre 2009

Les quatre Saisons des Enfants (Kodomo no shiki) (1939) de Hiroshi Shimizu

Deux heures et demie qui passent comme un coup de vent dans cette histoire souvent simple comme bonjour (on pourrait y voir un jeu de mot), mais qui prouve que le monde des enfants est souvent bien moins stupide et rancunier que celui des adultes. Dit comme cela, on pourrait avoir un petit rire jaune et pourtant Shimizu, sans avoir l'air d'y toucher, nous conte un superbe récit de deux enfants qui font leurs premiers apprentissages, parfois dans la douleur. On est en 1939 et Shimizu semble vouloir puiser dans cette histoire d'enfants... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]