13 avril 2014

Seven Seas : Part One - Virginity Chapter (Nanatsu no umi : Zempen Shojo-hen) (1931) de Hiroshi Shimizu

Ne venez pas me dire que Shangols fait dans le pointu alors qu'on a là une des oeuvres muettes essentielles de l'excellent Hiroshi Shimizu, grand pote d'Ozu tout au long de sa vie et auquel il a d'ailleurs emprunté le scénariste - Kogo Noda -, un film qui bénéficie de la présence collector de la grande - mais là particulièrement petite - Hideko Takamine (elle a 7 ans la bougresse, une affreuse coupe au bol et ce n'est d'ailleurs même pas son premier film...). Cette première partie (oui, vous aurez bientôt droit à la seconde... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2009

Eternal Heart (Fue no shiratama) (1929) de Hiroshi Shimizu

Un petit Hiroshi Shimizu de derrière les fagots, joliment teinté qui plus est (le fuchsia est peut-être à déconseiller aux albinos, cela dit), ça peut pas faire de mal. Alors c'est vrai que la trame n'a rien d'extraordinaire - deux soeurs qui, au départ, aiment le même homme -, seulement, sans chercher non plus à s'extasier devant tout ce qui date d'avant 1930, il faut bien reconnaître que Shimizu fait preuve d'un sens du découpage dans ses séquences absolument bluffant. C'est toujours un plaisir d'observer ses champs/contre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 septembre 2009

La Tour d'Introspection (Mikaheri no tou) (1941) de Hiroshi Shimizu

Shimizu s'attaque au sujet des écoles dites de "redressement", un sujet cher à notre ami Sarko. Bon, il faut tout de même préciser qu'on est en 1941 et au pays du Soleil Levant et qu'il y a forcément, derrière, quelques "positions" qui peuvent agacer - dans une société "collectiviste", il est de bon ton de rentrer dans les rangs, le "marginal" étant forcément vu d'un sale oeil. On débute avec un plan traditionnel chez Shimizu, un travelling arrière, sur le directeur de l'école faisant une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 02:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 septembre 2009

Les quatre Saisons des Enfants (Kodomo no shiki) (1939) de Hiroshi Shimizu

Deux heures et demie qui passent comme un coup de vent dans cette histoire souvent simple comme bonjour (on pourrait y voir un jeu de mot), mais qui prouve que le monde des enfants est souvent bien moins stupide et rancunier que celui des adultes. Dit comme cela, on pourrait avoir un petit rire jaune et pourtant Shimizu, sans avoir l'air d'y toucher, nous conte un superbe récit de deux enfants qui font leurs premiers apprentissages, parfois dans la douleur. On est en 1939 et Shimizu semble vouloir puiser dans cette histoire d'enfants... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 septembre 2009

A Star Athlete (Hanagata senshu) (1937) de Hiroshi Shimizu

Et bien oui, nous y voilà, il s'agit bien de la 3000ème chronique de ce blog. Du coup, j'ai fait dans le pointu avec ce film nippon du grand Shimizu où il est question, tout du moins en "fil rouge", de course - un petit concentré de mes passions actuelles. Réalisé après Mr Merci, on retrouve chez Shimizu cette même volonté de sillonner les petites routes vicinales du Japon propices à de multiples rencontres. Ici le bus est remplacé par un groupe d'étudiants parti faire des exercices militaires. Au sein de ce groupe, deux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 septembre 2009

Des Enfants dans le Vent (Kaze no naka no kodomo) (1937) de Hiroshi Shimizu

Décidément que des bonnes surprises avec cet auteur japonais que l'on sort - merci les éditions en dvd, hum - peu à peu de l'oubli. Ce coffret sur l'enfance, après le coffret sobrement intitulé Voyage - fait preuve de la même sensibilité et d'un charme évident, les petites pointes mélodramatiques étant toujours rehaussées par un comique bon enfant. Par le biais de l'histoire d'un gamin un peu perturbateur, Shimizu prouve qu'il n'y a pas d'âge pour recevoir une petite leçon de vie. Le père de notre pauvre bambin, accusé par son boss, a... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 septembre 2009

Jeunes Filles au Port (Minato no nihon musume) (1933) de Hiroshi Shimizu

Décidément plein de ressources, cet Hiroshi Shimizu, avec la découverte de l'un des films de la fin de sa période muette. Formellement, Shimizu est particulièrement au taquet pour donner un vrai sens du rythme à son histoire. Des travellings plus amples - pour accompagner deux personnages en balade, pour faire apparaître de façon surprenante, "en maintenant le suspense", l'un des personnages centraux en fin de plan, pour évoquer la panique d'un individu (le plan aller et retour sur les voitures, d'abord sagement garées puis... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 août 2009

Mr Merci (Arigatô-san) (1936) de Hiroshi Shimizu

Shimizu n'a décidément pas besoin de grand-chose pour faire un film : un petit bus de campagne, un chauffeur bien urbain, une poignée de passagers dont une mère et sa fille subissant de plein fouet la grande dépression, toute une foule de badauds croisés au cours des 80 km de cette route et hop, c'est plié! Ca passe aussi vite qu'une tranche de saumon cru qui fond dans la bouche, cela détend autant les pupilles qu'un teppanyaki les papilles. Le chauffeur est donc le fameux Mr Merci, un type bien aimable ma foi, qui ne peut... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2009

Nobuko (1940) de Hiroshi Shimizu

Je continue cette tranquille découverte de Shimizu qui, à l'opposé d'un Kurosawa mais tout comme un Ozu, livre en 1940 un film loin des sentiers de la guerre et de la propagande nipponne (au moins en apprence). Il décide cette fois-ci de suivre les petits tracas d'une jeune instit, Nobuko (délicieuse et fragile Mieko Takamine déjà présente dans Une Femme et ses Masseurs et aperçue chez Ozu et Mizoguchi), qui arrive de sa province et débarque à Tokyo. Ses trois principaux soucis : son accent provincial dont se moquent copieusement... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2009

Une Femme et ses Masseurs (Anma to onna) (1938) de Hiroshi Shimizu

Décidément bien plaisant que l'oeuvre de cet auteur qui dans l'ombre d'un Ozu nous gratifie d'opus gentiment croquignolesques teintés d'une profondeur amoureuse tendrement désenchantée. Comme dans Ornemental Hairpin, on retrouve ici des randonneurs qui se retrouvent le soir venu entre les mains de masseurs, cette fois-ci deux comparses aveugles. Ces derniers se distinguent par leur aptitude à marcher à corps perdus la journée, dépassant les groupes de marcheurs qui sillonnent la campagne japonaise. Lorsqu'il s'agit ensuite de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2    Fin »