06 décembre 2019

The Irishman (2019) de Martin Scorsese

C'est vrai, reconnaissons-le humblement, que notre attirance pour Scorsese s'est un peu émoussée avec le temps... Eh puis là, on se dit : attends, films de mafia, De Niro, Pesci, Pacino, Keitel ! Quand même, c'est sans doute la dernière occase de le voir dans son petit jardin. Le film commence, un peu mollement, le temps que l'on comprenne les entrelacs narratifs du récit – du bon vieux flash-back, forcément (De Niro revient sur son entrée dans la mafia sous la protection de Joe Pesci) - et puis cela commence doucettement à trouver... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 juin 2019

Rolling Thunder Revue : A Bob Dylan story de Martin Scorsese - 2019

Serait-ce sur le terrain du documentaire qu'il faut maintenant attendre impatiemment le prochain Scorsese ? En tout cas le bon maître nous bluffe une nouvelle fois, après quelques docs fameux, avec ce film sorti de nulle part, miracle pour tout dylanophile qui se respecte (et vous me voyez dans le nombre, je ne suis pas qu'un génie de l'analyse filmique). Scorsese sort de ses malles magiques des images impressionnantes d'un concert de Dylan débuté en 1975, une dizaine d'années après sa disparition des radars, quand son mythe allait... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2018

Mean Streets de Martin Scorsese - 1973

"Si je commets une faute, je veux payer à ma façon. M'imposer ma propre pénitence. Car il n'y a que la souffrance qui soit vraie." Le déchirement intérieur du brave Martin n'a jamais été aussi prégnant que dans ce film des débuts, sûrement son plus autobiographique, en tout cas un de ses plus sincères et géniaux. Il s'y montre sous les traits de Charlie (Harvey Keitel), une petite frappe sans envergure de Little Italy, véritablement torturé par la sainteté, la rédemption, le besoin de grâce et de pardon : il passe ses journées à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:15 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
02 décembre 2017

Taxi Driver (1976) de Martin Scorsese

Qu'il était bon ce temps où l'on aimait De Niro et Scorsese ! C'est avec un plaisir évident que je me suis refait cette palme 1976 : De Niro, la trentaine pimpante (il a 26 ans dans le film et on y croit), déambule dans les rues de New York sur une musique bluesy du grand Bernard Herrman. Il tombe raide dingue de Cybil Sheperd, jeune femme bon chic bon genre qui bosse dans la permanence d'un candidat politique et a la bonne idée, pour un premier rencart, de l'emmener dans un cinoche porno... Ah ? Ah oui, Bob est un peu brut de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2017

Silence de Martin Scorsese - 2017

C'est à croire qu'en vieillissant, on devient une grenouille de bénitier. Scorsese nous balance son plus mauvais film, et je dirais même qu'on est assez proche de l'horreur pure en contemplant cet objet de luxe ni bien écrit, ni bien réalisé, et surtout fait avec une inspiration de pucelle de couvent. Ajoutez à cela une totale perte du sens visuel, et une vision très douteuse de l'Histoire, et vous obtenez un sombre navet, osons le mot. Silence, c'est 2h40 de style pompeux et de catholicisme fervent érigé en sine qua non. Quand on... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:27 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
03 février 2014

Le Loup de Wall Street (The Wolf of Wall Street) de Martin Scorsese - 2013

Après ses fades élucubrations jeune public, le gars Martin revient en très grande forme, renouant même, hosannah, avec son âge d'or (les films de mafia) dans sa mise en scène et son sujet. Dopé à la testostérone (et à la coke, qui coule à flots), The Wolf of Wall Street est d'une énergie sidérante, et pendant 3 heures il se déroule en une sorte de flux continu qui n'est pas sans rappeler, mais oui, l'immense Casino. Sur les pas d'un Di Caprio proprement génial, travaillant son personnage dans l'outrance la plus poussée (et renouant... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:15 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
09 janvier 2012

Hugo Cabret (Hugo) de Martin Scorsese - 2011

Scorsese est plus d'une fois tombé dans l'académisme ; le voilà ici en plein dedans. Hugo a certes bien des côtés émouvants, on y rencontre certes bien des marques du savoir-faire de son auteur ; mais il est aussi tellement convenu et sucré que la sentiment principal à la sortie de ce gros gâteau est l'ennui, une légère nausée d'après-banquet, et une nostalgie qui devient de plus en plus forte du cinéma scorsesien d'antan. On reconnaît bien sûr toute la patte autobiographique que Scorsese a mis dans cette histoire, et c'est vrai... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 octobre 2011

George Harrison : Living in the Material World (2011) de Martin Scorsese

Comme l'ami Scorsese m'a un peu déçu dernièrement au niveau de ces longs-métrages - ne revenons point sur ces polémiques infinies -, je me suis dit tiens, un ptit doc (de 3h30 tout de même) sur le gars George Harrison que je connais finalement guère, ça ne peut pas me faire de mal. Bon, c'est clair que du coup on a le temps pour faire plus ample connaissance avec le bonhomme. La première partie se concentre, forcément, sur l'époque Beatles puis, le gros morceau, sur l'après Beatles. On est un peu surpris de voir que la folle époque... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 août 2010

Who's that knocking at my Door ? de Martin Scorsese - 1967

Pas à dire : les génies se reconnaissent dès leurs premiers pas. Ce long-métrage inaugural du gars Martin est un moment excellent, super moderne malgré son ancrage très profond dans les 60's. On le dit à chaque fois, mais c'est plus vrai que jamais : il y a dans ce premier objet toutes les inspirations futures du maître : la communauté italo-américaine, les gangsters à la petite semaine, la famiglia, les personnages hâbleurs et pitoyables, la religion, la cinéphilie, et cette putain de Faute Originelle que Scorsese s'est toujours cru... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mai 2010

Shutter Island de Martin Scorsese - 2010

Décidément, Scorsese fait un véritable retour depuis deux films : son Shutter Island est franchement impressionnant. Dès le départ, on est complètement happé par le talent du maître à planter une ambiance délétère, mortifère, torve (ça y est, j'ai plus d'adjectif) : un bateau qui surgit d'une brûme blanchâtre, une atmosphère fifties très légèrement artificielle, une île absolument fascinante qui se dresse au loin, et même un Leonardo que le premier plan montre vomissant dans les toilettes (le gars a le mal de mer depuis Titanic).... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]