16 octobre 2012

Du Côté d'Orouët de Jacques Rozier - 1973

Quand il part en vacances, Rozier nous pond un film, il est comme ça. Quand c'est avec Pierre Richard dans une île déserte, on apprécie ; quand c'est à Saint-Gilles avec trois bécasses et Bernard Menez, la douleur est nettement plus tangible. Pendant 2h30, le gars nous inflige donc une succession de vignettes autour d'un trio de dindes qui partent s'éclater sur la côte : elles mangent des chichis en rigolant parce que c'est rigolo les chichis, elles font du cheval en rigolant parce que c'est rigolo de faire du cheval, elles font du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:25 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
14 juin 2012

Les Naufragés de l'Île de la Tortue de Jacques Rozier - 1974

Le film le plus libéré qui soit pour se souvenir des glorieuses années 70, période où les attaques altermondialistes en passaient par un style gentiment anarchiste qui trouve ici son plus bel exemple. Manifestement réalisé sans aucun plan préalable, à moitié improvisé et filmé comme ça vient, monté (faussement) au petit bonheur, prenant en compte les aléas du climat ou l'emploi du temps fluctuant des acteurs pour modifier son plan de travail (si travail il y a), ce petit machin mystérieux, amateur et léger en dit finalement beaucoup... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 mars 2011

Maine Océan de Jacques Rozier - 1986

Sur le papier, pas grand-chose d'attractif là-dedans : Bernard Ménez en tête d'affiche, une escapade à l'île d'Yeu annoncée comme sujet, Rozier aux manettes (qui ne m'avait pas complètement convaincu avec ce qui est considéré comme son chef-d'oeuvre, Adieu Philippine)... C'est d'autant plus délicieux d'être tombé sur un aussi joli moment. Le film a un charme insidieux qui vous gagne peu à peu, presque malgré vous : ce qui commence comme un vague marivaudage finit en poésie fine, les personnages les plus grossiers finissent par être... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 janvier 2011

Adieu Philippine (1962) de Jacques Rozier

Pendant que d'autres s'enfermaient dans la rue Jenner pour faire leur film, une bande de fou furieux créait la Nouvelle Vague, les seuls films qui donnent envie d'être né en noir et blanc... Ah le début des années 60, quand on partait dans une Frégate à toit ouvrant "à toute vibrure", quand, pour inviter une fille à danser il fallait lui demander si elle voulait "en suer une"... Bon j'ai pas connu, mais ça devait être sympa. Surtout que c'était quand même les débuts du mini-short... Alors, ce film... Ben en dehors du contexte, ça... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1