03 mai 2011

36 Vues du Pic Saint-Loup (2009) de Jacques Rivette

Avec tout le respect que je dois au grand Jacques, son dernier film m'est tombé des yeux à tel point que j'ai dû aller le récupérer chez le voisin du dessous... Un film sur le cirque qui tourne en rond ? euh, disons plutôt à vide (la piste comme lieu de "tous les dangers et de tous les possibles", ok, mais il ne se passe rien...) Un refus volontaire de tout spectacle, de tout aspect spectaculaire ? Soit, mais comme les personnages semblent totalement désincarnés, sans réelles motivations (de pseudo marivaudages qu'on oublie totalement... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 mars 2009

Céline et Julie vont en Bateau de Jacques Rivette - 1974

C'est bien joli, la fantaisie au cinéma. Mais quand ça prend la forme de 3 longues heures de purs délires oniriques abscons, ça peut devenir aussi assez limité. Déjà pas très amoureux de Rivette, j'ai été complètement achevé par Céline et Julie vont en Bateau, et le joyeux rêve éveillé que tente de mettre en place le compère a viré assez vite au cauchemar pénible. Deux donzelles se rencontrent dans un parc, à la faveur d'objets semés par l'une d'elle, toute étourdie. A partir de ce hasard, Rivette lance toute une trame... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:39 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

10 avril 2008

Ne touchez pas la Hache (2007) de Jacques Rivette

"- Je ne suis pas aimé... / - Du moins convenez qu'en ce moment vous n'êtes point aimable.""Acier contre acier, nous verrons lequel de nous deux a le cœur le plus tranchant." Rivette n'en finit pas d'explorer les revirements des sentiments amoureux dans une mise en scène qui se fait d'une grande sobriété. Portée par deux comédiens flamboyants (Balibar au timbre de voix inimitable et Guillaume Depardieu avec sa fougue butée), cette adaptation de La Duchesse de Langeais se joue pratiquement en deux parties :... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:08 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
02 décembre 2007

Secret Défense de Jacques Rivette - 1997

Ca doit venir de moi... Ben oui, c'est quand même un film de Rivette, qui n'est pas le dernier des mulets, et pourtant j'ai l'impression d'avoir assisté à un téléfilm exsangue du dimanche soir sur France 3. Secret Défense commence comme un polar à la Chabrol, avec une sombre histoire de meurtre maquillé en accident que la "détective" Bonnaire (qu'on veut nous faire prendre pour une ado qui affronte un monde d'adultes) va s'efforcer de résoudre : son père est mort en tombant d'un train, sa soeur s'est suicidée sans raison,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juillet 2007

Paris nous appartient de Jacques Rivette - 1960

En pleine Guerre froide, Rivette signe un premier long qui nous baigne dans l'espionnite aigue. Une mystérieuse organisation semblerait être capable de supprimer un à un tous ceux qui rêvent d'un monde plus libre - on a même droit à un petit extrait du Metropolis de Lang. Toutes ces suspicions se dégonfleront vers la fin du film comme si la paranoïa était finalement plus dangereuse que le reste. J'ai beau avoir un gros faible pour tous les films de cette période bénie, je ne voilerais point néanmoins un certain ennui latent... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mai 2007

Va Savoir de Jacques Rivette - 2001

Même quand Rivette décide de faire dans le contemporain, il reste un indécrottable classique. Cette fois, c'est du côté du théâtre qu'il remplit son panier. Pirandello et Goldoni sont les références déclarées, mais il faut aussi chercher du côté de Molière et surtout de Marivaux pour apprécier Va Savoir. Autant dire qu'on est loin ici des prises de tête sombres et philosophiques qui apparaissent souvent dans l'oeuvre du Jacques. Va Savoir est léger, vaudevillesque, très drôle. Autour de Camille, comédienne au bord de la dépression... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 avril 2007

La Religieuse de Jacques Rivette - 1966

Bon, autant le dire tout de suite : La Religieuse dure 2h13, et la première heure est difficile à avaler. La rigueur de la mise en scène, pour le coup franchement austère, alliée à un scénario très écrit, théâtral, et finalement assez chiant pour qui n'est pas très attaché aux tourments de la foi et aux doutes religieux, assomme très nettement le spectateur innocent. Cette première heure est aussi sexy que la table des matières d'un essai de Fénelon, et on sent son doigt s'approcher dangereusement du bouton stop de la télécommande.... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


  1