25 novembre 2022

Pain, Amour, ainsi soit-il (Pane, amore e...) de Dino Risi - 1955

Changement de réalisateur, de décor, d'actrice et d'ambiance pour cette série de films délicieusement italiens et bon enfant. Exit Gina et son âne, et bonjour Sophia et ses poissons. On y perd un peu, première constatation, tant Lolobrigida éclatait de fraîcheur, et tant Loren a du mal à trouver le ton tout à fait juste face à son partenaire, le grand Vittorio de Sica, plus vieux beau que jamais, plus poseur et ringard que jamais, plus chaplinesque que jamais (son jeu m'a semblé très imité de celui de Chaplin dans Monsieur Verdoux,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2021

Âmes perdues (Anima persa) de Dino Risi - 1977

"Tu sais pourquoi j'ai épousé ta tante ? Un jour, je ne savais pas quoi lui dire. Alors je lui ai dit : Je t'aime." Authentique chef-d’œuvre que ce film de Risi dont j'ignorais l'existence, et qui condense à peu près tout ce qui fait la grandeur et les goûts douteux du sieur : il y a de la farce là-dedans, du macabre et de l'insolence, mais il y a aussi un drame profond et une mise en scène extraordinaire. Risi s'y livre à un jeu de massacre, exercice qu'il maîtrise à merveille ; oui, mais il le fait cette fois-ci dans une noirceur... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mai 2016

Une Vie difficile (Una vita difficile) (1961) de Dino Risi

Pas facile d'assumer ses convictions, dans ce monde d'opportuns et de faux culs, tout en gardant l'estime de sa femme. C'est la tache démesurée à laquelle s'applique notre bon Alberto Sordi, un homme qui a bien de la peine à la fermer aux moments opportuns et qui ne sait pas toujours comment prendre soin de sa Lea Massari. Au départ, dans les dernières années de la guerre, notre homme, barbu et le regard goguenard, est aux côtés des partisans. Poursuivi par les Allemands, il ne doit son salut qu'à la Lea qu'il croise dans un hôtel... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 juin 2013

L'Homme aux cent visages (Il Mattatore) de Dino Risi - 1960

A défaut de révolutionner l'art cinématographique international, Il Mattatore vous fait passer un petit moment sympathqiue dans la tradition italienne, c'est déjà bien. C'est même italianissime, puisqu'il s'agit d'un petit escroc du dimanche, beau garçon et tchatcheur invétéré, qui va nous raconter par le menu quelques entourloupes qui ont marqué son parcours. C'est Vittorio Gassman qui s'y colle, je vous laisse imaginer le nombre de gestes à la seconde, le débit de parole et la force des rodomontades du compère. On assiste donc avec... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 octobre 2009

Le Veuf (Il Vedovo) de Dino Risi - 1959

Même sur un scénario qui tiendrait sur un timbre-poste, Dino Risi arrive à nous trousser une comédie charmante et dynamique. Il Vedovo est une petite bulle de méchanceté caustique somme toute bien innocente, mais on s'installe là-dedans comme dans de bonnes vieilles pantoufles, s'abandonnant au simple plaisir, et c'est déjà énorme. A la tête du bateau, le grand Alberto Sordi, drôle même quand il ne fait rien, ce qui lui arrive rarement : archétype du loser italien grande gueule comme on les aime, matamore moderne, capable de mettre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2008

Le Fanfaron (Il Sorpasso) de Dino Risi - 1962

Voilà un film bien de son époque, le genre de comédie sans conséquence qui vous rappelle la dolce vita avec une joie communicative. Même si Risi tente parfois de renverser le vapeur comique de son film, on n'est pas dupe : Il Sorpasso est léger comme tout. Il y a certes derrière tout ça une critique morale assez amère, voire une petite réflexion sur le temps qui passe : la puérilité de Bruno (Gassman, solaire et poilant) pourrait bien être plus trouble qu'il n'y paraît. Le gars comble son vide sentimental par la vitesse de sa... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]