28 février 2013

Colonel Blimp (The Life and Death of Colonel Blimp) (1943) de Michael Powell et Emeric Pressburger

On pourrait presque parler d'un Jules et Jim à la sauce anglaise en évoquant ce colonel Blimp du duo magique Powell/Pressburger. Il est en effet question d'amitié entre un Anglais et un Allemand et ce malgré les soubresauts de l'histoire (de 1902 à 1943, soit de la guerre des Boers jusqu'à la seconde guerre mondiale), mais aussi d'une histoire d'amour pour la même femme - ou plus précisément pour un même type féminin (Deborah Kerr, impériale, jouant pas moins de trois rôles dans le film). La comparaison s'arrête là car les P./P.,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 janvier 2012

Une Question de Vie ou de Mort (A Matter of Life and Death) (1946) de Michael Powell et Emeric Pressburger

Les célèbres archers anglais troussent une histoire d'amour qui triomphe aussi bien de la mort que des frontières (ce qui semblerait finalement presque plus dur puisqu'il s'agit tout de même d'une relation entre un Américain et une Anglaise...). Si on reste toujours admiratif du Technicolor à la sauce Cardiff (le paradis est, lui, en noir et blanc... The Artsist y fait d'ailleurs actuellement un carton) qui n'a pas son pareil pour filmer des rouges rougeoyant (la longue et émouvante séquence au début du film avec cette discussion... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juin 2010

A Canterbury Tale (1944) de Michael Powell et Emeric Pressburger

Voilà une oeuvre du fameux duo anglais réalisée en temps de guerre incroyablement paisible. Il est peu de dire que le rythme du film est aussi lent qu'un dimanche après-midi (bon timing), et que l'intrigue se réduit finalement à peau de chagrin. Mais à l'image du destin des quatre protagonistes, la conclusion se fait lumineuse pour ne pas dire miraculeuse et ne peut que toucher au coeur du moindre spectateur de base (Hi !) par la sérénité qu'elle dégage. Porté par un noir et blanc qui touche au sublime (l'arrivée de nuit dans la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 février 2010

Les Contes d'Hoffmann (The Tales of Hoffmann) de Michael Powell & Emeric Pressburger - 1951

Powell et Pressburger nous offrent ici une encyclopédie du kitsch en deux heures de temps, et c'est pour moi une grosse déception après la vision de quelques furtifs extraits de ce film dans Tetro de Coppola : le bon Francis Ford, malin, n'a conservé que les quelques secondes un peu gênantes de ce machin. Tout le reste est une énorme sucrerie aussi audacieuse qu'un réveillon de Noël chez une famille catholique. On ne peut pas dire pourtant que les gusses s'économisent : ils sortent les gros moyens pour raconter ces trois histoires... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2009

The small back Room (1949) de Michael Powell et Emeric Pressburger

Ces petits films anglais de l'époque (bon c'est quand même la production des Archers, restons sportifs) ont toujours le chic pour plus mettre l'accent sur l'étude de caractères, sur l'atmosphère, que sur l'intrigue. On est en 1943, à Londres, on pense avoir affaire à un film d'espionnage ou à la mise en place d'une mission top secret de derrière les fagots et en fait non, on va dans cette fameuse petite salle du fond, genre laboratoire pour 007 du pauvre, pour faire la connaissance d'un homme à la personnalité bien trempée... qui... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mai 2007

Le Narcisse noir (Black Narcissus) (1947) de Michael Powell et Emeric Pressburger

Le genre de film en Technicolor qui en jette, avec toujours ces images superbes signées Jack Cardiff et une re-création tout en studio (celui de Pinewood bien sûr) d'un couvent, en plein Himalaya, d'une excellente figure: alors oui, on voit bien, on est po béta quand même, qu'il s'agit souvent de toiles peintes en fond mais elles donnent encore plus de charme à cette histoire d'un coeur/une soeur qui est resté(e) lui(elle) aussi figé(e) dans le passé. Je suis d'accord avec mon pote Gols lorsqu'il parle d'image en numérique sur... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2007

Je sais où je vais ('I Know Where I'm Going!') (1945) de Michael Powell et Emeric Pressburger

Après le Canada (49ème parallèle pour ceux qui suivent), l'Ecosse, dans cette grande romance Powell-pressburgienne. Bon il vaut mieux avoir une grande âme romantique (ce qui n'est guère mon cas, admets-je) pour se laisser emporter par ces grands vents qui soufflent tout là-haut, mais admettons malgré tout qu'il y a un certain charme dans cet amour contrarié qui finit mieux qu'il n'avait commencé. Dieu sait que depuis toute petite Joan Webster (Wendy Hiller, pas vraiment envoutante si je peux me permettre) est têtue comme une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 novembre 2006

Les Chaussons rouges (The Red Shoes) de Michael Powell et Emeric Pressburger

Je dois être dans une période rouge, je vois pas d'autres explications. Voici donc l'un des grands classiques de la comédie musicale en couleur (10 billions de pixels), la danse au cinéma, l'art dans l'art, les pieds dans les chaussons, la mise en abyme qui finit dans l'abysse. Il faut bien avouer que les réalisateurs ne sont pas pressés avant d'en venir au gros morceau, le ballet adapté d'Andersen. Pendant une heure on suit donc d'un oeil un peu goguenard l'installation de l'intrigue, entre le directeur du ballet, le dictatorial... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:09 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


  1