17 mars 2014

La Vénus à la Fourrure (2013) de Roman Polanski

Huis-clos anxiogène, manipulateur et teinté d'érotisme par un Polanski qui ne cesse, dirait-on, de rire sous cape en multipliant les chausse-trappes: rapports entre le metteur en scène et son actrice, rapports dominant-dominé entre deux individus de sexe opposé - des rapports de force qui ne cessent de s'inverser -, rapport entre la fiction et la réalité (plus le film avance, plus le postiche tombe, plus Amalric finit par ressembler à Polanski - quelque chose de proprement diabolique...), rapports entre l'adulte et la petite enfance... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 août 2012

Le Bal des Vampires (The Fearless Vampyre Killers) (1967) de Roman Polanski

Est-ce l’influence de « l’arbre à  chauve-souris » situé juste en face de chez moi ? - Moui, tout le monde n’a pas la chance d’habiter à la « campagne » là où les mille-pattes ont la taille d’un poids-lourd ; ah ouais, c’est ça un scolopendre, fumasse !... Toujours est-il que cela m’a mis dans l’humeur de remater ce petit film vampirique du gars Roman. Une bien belle production au niveau des décors pour une farce burlesque qui lorgne plus du côté d’un Tex Avery que du film d’horreur :... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 février 2012

Carnage (2011) de Roman Polanski

Polanski adapte une pièce de Yasmina Reza et nous livre une petite digression en huis-clos sur la connerie humaine parfois drôle. La sauce met franchement du temps à monter et après les vingt premières minutes, on se demande si la chose va vraiment avoir un intérêt... Deux couples, donc, l'un rendant visite à l'autre après que leur fils a frappé celui de leurs hôtes. A ma droite, le débonnaire John C. Reilly marié avec la quelque peu coincée Jodie Foster. A ma gauche l'excellent Christoph Waltz qui n'en a rien à battre - il passe... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 septembre 2011

Cul-de-Sac (1966) de Roman Polanski

Récit tout azimuthé des compères Polanski / Brach qui lâchent les chevaux, pardon les poules, autour de cette forteresse où un couple des plus mal assortis (Donald Pleasance is Fabien Barthez en plus efféminé, mou du genou, couard, facilement influençable ; Françoise Dorléac is Teresa, sauvage, maline, infidèle dès qu'il s'agit d'aller chasser la crevette avec un jeune mâle) qui va recevoir la visite de deux bras-cassés de truands - l'un dont le bras est vraiment pété (Lionel Stander tout en gueule et en roulage de mécanique),... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2010

Frantic de Roman Polanski - 1988

C'est souvent quand il aborde le cinéma de genre que Polanski est le meilleur ; ici, il s'attaque à l'Hitchcock-film, genre à lui tout seul, et il réussit un très joli exercice de style à la gloire du maître. D'abord parce que Harrison Ford est parfait en vague descendant des héros de The Man who knew too much ou de North by northwest : comme chez Bouddha, Polanski plonge un homme ordinaire dans une situation qui le dépasse, et regarde comment il s'en sort. Ford est très subtil et sobre dans ce rôle pas facile du tout du type banal ;... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:17 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
03 octobre 2010

Le Locataire (The Tenant) de Roman Polanski - 1976

Polanski joue dans la dentelle avec ce film d'horreur sans effet, qui vous fout les chocottes avec une finesse incroyable et donne plus d'une leçon aux p'tits jeunes d'aujourd'hui. Il suffit de rien, d'un silence un peu prolongé, d'une immobilité illogique, d'un petit tic de personnage, pour instiller à cette farce macabre une atmosphère terrifiante du meilleur effet. Polanski comprend bien que ce n'est pas dans un bestiaire monstrueux qu'il faut aller chercher l'horreur, mais dans les sombres arcanes du psychisme et des frustrations... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


07 août 2010

The Ghost-Writer de Roman Polanski - 2010

J'avoue que je ne saisis pas bien la vague d'enthousiasme qui entoure The Ghost-Writer : à moins d'être un forcené du classicisme, on ne trouvera là, à mon avis, qu'une belle oeuvre bien charpentée, solide à tous les postes, efficace et carrée ; de là à hurler à la grandeur du cinéma polanskien et à voir là-dedans un chef-d'oeuvre, il y a plus qu'un pas. Pour tout dire, j'ai même été à deux doigts de m'ennuyer dans la partie centrale du récit. Vous pouvez mettre ça sur le compte de mon largage complet au niveau de l'intrigue (j'ai pas... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 décembre 2009

Courts Métrages (1957-62) de Roman Polanski

Rire de toutes ses dents (Usmiech zebiczny) (1957) En un peu plus d'une minute, Polanski parvient à nous tenir en haleine (fraîche): un voyeur qui mate les seins d'une femme à travers une grille et dont le petit sourire satisfait pourrait refléter celui du spectateur satisfait de cette vue volée plongeante sur cette poitrine exhibée. Second coup d'oeil du voyeur et cette fois-ci, on a droit au sourire "Colgate" crispé du maître de/metteur en scène maison : tout l'humour pince sans rire, sauce Polanski, dans une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
26 octobre 2009

Quoi ? (Che ?) (1972) de Roman Polanski

Peut-être le film le moins connu du Polanski et on ne peut point dire que cela soit tout à fait démérité tant le scénario part grave en quenouille. Néanmoins, si, à mi-parcours, les histoires érotico-fantaisistes de la poupée Sydne Rome deviennent un poil ennuyeuses, le film finirait presque par en être sympathique tant l'on a l'impression d'assister à du grand n'importe quoi, mais de façon presque savamment orchestrée... Fantasmes, délires sexuels machistes (po une bonne idée de filer ce film au juge qui risque de regarder encore... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2009

Macbeth (The Tragedy of Macbeth) (1971) de Roman Polanski

Drôle d'idée comme cela au demeurant, après une journée harassante, de découvrir le Macbeth de Polanski à minuit : 2h20 de langue shakespearienne, de costumes vintage (en plus on est au début des années 70), de tourbières écossaises... le tout produit par Hefner (Mr. Playboy, diable) - franchement, il y a de quoi être un peu sceptique au départ. Eh bien, on a tort car le film passe comme un souffle, les décors angoissants au possible étant somptueux, les acteurs au taquet, la mise en scène toujours aussi soignée chez le méticuleux... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 05:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


  1  2    Fin »