05 juin 2022

L'Amour de Jeanne Ney (Die Liebe der Jeanne Ney) (1927) de Georg Wilhelm Pabst

On peut toujours compter sur Pabst pour nous servir sur un plateau un petit muet qui nous rendra jouasse. De l'aventure, puisque l'histoire se déroule d'abord en Crimée où la guerre fait rage, de la romance entre ce bolchévique et cette fille de diplomate français, du tourisme avec ces vues absolument éblouissantes sur Paris (je ne suis pas parisien de base, loin de là, mais la façon de se servir de la ville en particulier dans ces années-là me laisse toujours baba), du thriller avec ce vol de diamant gros comme un œuf... Bref, il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mars 2022

Le Drame de Shanghaï (1938) de Georg Wilhelm Pabst

Eh oui, l'on se doit de voir, par définition, tout film censé se passer à Shanghaï (oui, même lorsqu'ils sont tournés entièrement dans un studio parisien... qui a quand même dû pour la peine réquisitionner tous les Chinois du XIIIème de l'époque) : c'est une règle. D'autant que Pabst a quand même fait de grands films. Et des moins bons aussi. C'est à cette veine-là, justement, qu'appartient ce Drame de Shanghaï, si mou, si sclérosé, si peu romanesque en soi... On a là une histoire pour le moins propice aux grandes envolées... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juillet 2021

La Fin d'Hitler (Der letzte Akt) de Georg Wilhelm Pabst - 1955

Il semblerait, si on en croit ce film de Pabst, que Hitler n'ait pas eu que des bons côtés. En tout cas, dans son dernier chant du cygne (hitlérien, of course), on le voit enfermé dans son bunker, complètement harcelé par les troupes russes et américaines qui torpillent ses derniers fortins, rendu obsessionnellement fou par sa hantise de la défaite, et vrillant corps et bien dans son délire de Grande Allemagne et dans son déni de la situation. Autour de lui, des militaires terrifiés tentent de lui faire entendre raison, mais le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 juillet 2019

Du Haut en Bas de Georg Wilhelm Pabst - 1933

Il y a clairement des hauts et des bas dans la carrière éclectique de Pabst, mais ce film se situant dans sa période faste (celle de L'Opéra de Quat'sous ou de Quatre de l'Infanterie), on est en droit d'attendre une jolie chose. Surtout qu'au générique se bouscule un nombre assez impressionnant de stars et d'acteurs qu'on aime : Jean Gabin, Michel Simon, Peter Lorre, Pauline Carton, Catherine Hessling, le tout Paris populo s'est donné rendez-vous. Pabst se saisit de chacun d'eux pour nous servir un petit scénario sans façon et très... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 février 2018

La Tragédie de la Mine (Kameradschaft) (1931) de Georg Wilhelm Pabst

Voilà un bien joli petit hymne à l'amitié franco-allemande tourné en des heures super apaisées... Humour, bien sûr, puisque l'on est 13 ans après la fin des dernières hostilités et 8 ans avant le début des prochaines. Mais Pabst ne mange pas de ce pain-là et se voudrait résolument optimiste (sans être dupe – on reviendra sur la conclusion du film). Il prend comme point de départ l'explosion d’une mine française située à quelques encablures de la frontière allemande. Les rapports entre les deux contrées sont un poil tendus (la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2017

Quatre de l'Infanterie (Westfront 1918 : Vier von der Infanterie) (1930) de Georg Wilhelm Pabst

Un peu de divertissement à l'approche de Noël ? Pabst montre l'horreur de la guerre de tranchées et livre une œuvre qui ne fait pas dans la dentelle : le temps n'est plus (ou pas encore) à la propagande mais à la mise en garde (pour preuve ce "ENDE ?!" qui clôt le film sur un doute explicite...) ; la guerre non seulement c'est sale (regardez-moi ces pardessus de boches tout tachés, on dirait une tenue de maçon portugais...), mais en plus c'est une boucherie (Français et Allemands lancent des assauts à l'arrache et s'entretuent à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 octobre 2016

L'Atlantide de Georg Wilhelm Pabst - 1932

On ne peut pas toujours être génial, surtout quand on doit jongler avec des nouvelles technologies, vous me direz pas le contraire. Pabst se vautre quelque peu avec cette version française de L'Atlantide (il en a fait une allemande et une anglaise, paraît-il), mais on ne peut pas trop lui en vouloir : génie du muet, il éprouve quelque mal, c'est sûr, à s'adapter au parlant, et nous balance un film complètement bancal et mal fagotté. C'est d'abord sur le son, donc, que le bât blesse : c'est censé se passer en décors naturels, en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
18 mars 2011

Jeunes Filles en Détresse (1939) de Georg Wilhelm Pabst

Ah quelle bien belle langue que la langue française, parfaitement ma bonne dame, oh à cette époque-là les jeunes filles avaient encore du vocabulaire, n'étaient jamais vulgaires (eh oui, tout était soit "épatant", soit "chic", prenez-en de la graine, pauvres ados dégénérés de Secret Story po capables d'utiliser correctement un pronom relatif, vous qui passez votre temps à être "vénères" et à tout trouver "trop grave" entre deux gros mots), ah que cette France était pittoresque avec tous ces acteurs qui avaient encore l'accent de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 03:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juin 2009

La Rue sans Joie (Die freudlose Gasse) (1925) de Georg Wilhelm Pabst

La Rue sans Joie est le genre de rue Gamma du pauvre avec le boucher, la conscience tout tâchée, qui après avoir fait patienter les bonnes gens du peuple en quête d'un steak pendant six heures, n'en laisse rentrer que quelques uns avant de fermer boutique : ensuite, ce sont les femmes de petites vertus qui frappent au carreau et qui, après un passage dans la chambre froide à tâter la charcutaille du boucher, peuvent repartir avec un autre morceau de bidoche, sans moustache celle-ci. Une rue Melchior sans roi mage, à Vienne, en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2008

La Boite de Pandore (Die Büchse der Pandora) (1929) de Georg Wilhelm Pabst

Considéré comme l'un des summums de l'expressionnisme allemand voire tout simplement du muet, le film de Pabst oscille entre le charme, la légèreté et la sordidité. Pauvre Loulou - ou Lulu, comme vous voulez - victime  de son sex-appeal, pourrait-on croire au premier abord, mais surtout de l'avidité des hommes - entre besoin de possession et d'argent. Si on souligne ici ou là la modernité de la mise en scène de Pabst, on reste surtout fasciné dès les premières images par la modernité du jeu de Louise Brooks, sa photogénie,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]