06 septembre 2015

Le Bal de la Famille Anjo (Anjô-ke no butôkai) (1947) de Kôzaburô Yoshimura

Il y a parfois quelque chose de miraculeux dans les films nippons, la présence de Setsuko Hara étant déjà miraculeuse en soi : A Ball at the Anjo House appartient à cette catégorie de films où tout semble parfait ; timing historique (la fin d'un monde, le début d'un autre : difficile d'ailleurs de ne pas penser à Printemps dans une petite Ville réalisé, dans un autre contexte (...), chez les voisins chinois, pratiquement à la même époque), mise en scène millimétrée et jeu d'acteurs aux ptits oignons, sens de la romance à pleurer... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 septembre 2015

Les Ordres (1974) de Michel Brault

Après le "réjouissant et mdr" A la Folie, on ne quitte pas le milieu carcéral (mais sinon je vais bien) avec ce film canadien en fer forgé. Basé sur des faits réels (lire ci-dessus), le film a quelque chose de brut, de clinique, de direct (comme on le dit d'un coup dans la tronche) qui n'est pas sans faire penser à l'univers d'un Marker (qui sait jouer à la perfection de cette frontière entre la "fiction", le possible et la réalité, le réalisme). Brault livre une version sèche comme un coup de trique de ces incarcérations... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 septembre 2015

Graffiti Party (Big Wednesday) de John Milius - 1978

Dans l'équipe de Shangols, on aime les films sur le passage à l'âge adulte, mais faudrait pas non plus nous prendre pour des perdreaux de la veille. John Milius décide, pour traiter le sujet, d'utiliser la fine métaphore du surf. Une bande de potes surfeurs, insouciants et pas sages, va se trouve séparée par les aléas de la vie (crises de couple, temps qui passe, Vietnâm et désillusions), et faire le solde de ce qui perdure de leur lien d'amitié : en gros, pas grand chose, sauf l'attente de cette fameuse vague historique qui leur... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 septembre 2015

Love Exposure (Ai no mukidashi) de Sion Sono - 2008

Le cinéma japonais est franchement le seul à oser des trucs comme Love Exposure. Il y faut une part de folie, d'auto-dérision, de sincérité, d'amour pour le trans-genre, qui n'appartient qu'à cette filmographie. Après les délires de Miike ou de Wakamatsu, Sion parvient à arriver à leur niveau en livrant un film-somme, quatre heures de temps pour traverser tout un état du Japon contemporain à travers ses grandes obsessions et ses grands motifs. Tous les adjectifs sont bons pour qualifier la chose, parce que Sion refuse, à chaque... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 septembre 2015

La Symphonie pastorale de Jean Delannoy - 1946

François Truffaut vient officiellement de se désabonner de ce blog : nous avons vu l'honnie Symphonie pastorale. Et qui plus est avec un regard un peu plus bienveillant qu'il ne le mérite. Le film, aujourd'hui, se regarde avec le sourire de commisération légèrement snob du cinéphile, et on peut prendre plaisir à ce petit côté hyper-vintage, démodé, ringard oui, qui nimbe tout le bazar. Un plaisir un peu moqueur, quoi, qui n'est pas le meilleur qui soit. Mais on relève quand même que Delannoy n'est ma foi pas un mauvais artisan : il... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 septembre 2015

The Face behind the Mask (1941) de Robert Florey

Peter Lorre incarne un réfugié (c'est d'actualité) hongrois bien sympa et naïf qui croit au rêve américain. Il passe une première nuit dans un hôtel en rêvant de pouvoir rapidement faire venir sa douce... seulement voilà, un incendie fait rage (c'est malheureusement aussi d'actualité) et notre type s'en sort... défiguré. C'est l'enfer. Il coupe les ponts avec sa douce restée au pays et cherche bon an mal an du boulot : il est forcément victime de délit de sale gueule et se retrouve rapidement à la rue... The American Dream n'a pas... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2015

LIVRE : Temps glaciaires de Fred Vargas - 2015

Que ce fut long d'arriver au bout de cette enquête policière "bicéphale" - ou à deux fronts, selon votre convenance. Deux meurtres en Islande de touristes français sur une île maudite ; quatre meurtres au sein de cette drôle d'association robespierriste qui rejoue les discussions tumultueuses à l'assemblée nationale lors de la révolution... Y'aurait-il un lien ? A priori non ce qui veut dire oui. Un fond géographique et historique me direz-vous, c'est déjà ça. Mouais, enfin à part le fait d'apprendre que le phoque n'a pas le goût du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 septembre 2015

Innocence (2004) de Lucile Hadzihalilovic

Dans l'équipe de Shangols, on aime les films sur le passage à l'adolescence, ces atmosphères troubles, troublantes... encore faut-il ne pas trop nous prendre pour des jambons. Lucile Hadzihalilovic (rien à voir avec le célèbre buteur et entraineur nantais) voudrait chausser des ballerines pour nous faire rentrer à tâtons dans ce petit monde de l'innocence mais celles-ci se révèlent rapidement aussi lourdes et balourdes que les sabots de son comparse Gaspar Noé. Certes, elles sont bien bien mignonnes ces petites filles toutes de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 septembre 2015

Happy End (1967) d'Oldřich Lipský

On connaît le fameux revers des Tchèques (Lendl, par exemple), moins le fait qu'ils soient suffisamment starbés pour produire un film tourné totalement à rebours (un genre de flash-back in progress intégral) - Gaspard Noé peut aller se rhabiller dans sa barque. Happy end commence donc par les images d’un homme qui se fait couper la tête – ou plus précisément qui la récupère sous le couperet de la guillotine pour se terminer quasiment au berceau : entre-temps notre héros sera éduqué en prison, aura "ré-assemblé" sa femme qu'il avait... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 août 2015

Le Trésor du Guatémala (Treasure of the golden Condor) (1953) de Delmer Daves

Remake de Son of Fury avec la divine Tierney, ce film d'aventures vieille école (m'est avis que mieux vaut le découvrir à 12 ans... il y a 30 ans) de notre ami Daves patine un peu dans la semoule. Après 30 minutes de longuette exposition, Jean-Paul (mon père incarné par Cornel Wilde) décide de fuir la France, sous la pression de son enfoiré d'oncle : ce dernier l'a non seulement spolié de tous ses titres de noblesse mais il voit surtout d'un sale oeil le fait qu'il fricote avec sa fille - sans commentaire. Jean-Paul part donc au... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:28 - - Commentaires [28] - Permalien [#]