26 février 2017

Pictures of the old World (Obrazy starého sveta) (1972) de Dusan Hanák

Voilà un documentaire d'origine slovaque (pour peu que l'on fasse cas de "régionalisme" à cette époque) qui touche droit au cœur. Dans une mise en scène simplissime "à la Depardon", Hanák interroge des anciens de la campagne, des petits vieux tout ratatinés qui vivent dans une grange ou dans leur ferme d'un autre temps. Des vidéos mais aussi des photos de nos vieux pris sur le vif viennent compléter ces différents portraits. On est dès les premières minutes à la fois ému par la spontanéité et les propos sans filtre de ces anciens... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 février 2017

Affair in Reno (1956) de R.G. Springsteen

Voilà ce qu'on est en droit d'appeler un tout ptit comico-thriller de The Republic qui permet simplement au gars Springsteen de faire son entrée sur Shangols. Il est donc question d'un certain Bill Carter (John Lund, bien peu de charisme même torse-poil) qui se rend à Reno pour tenter de régler les affaires d'un certain Del Monte : la fille d'icelui (la belle plante Angela Green as Gloria, bête comme une truite) veut se marier avec un type de la pègre (le bourrin John Archer as Tony Lamarr) ; Bill Carter doit filer 100.000 $ à Tony... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 février 2017

LIVRE : L'absolue Perfection du Crime de Tanguy Viel - 2001

Me suis encore régalé avec ce petit polar de Tanguy Viel que l'on imagine aisément transposable au cinéma (mais on n'a plus de réalisateurs de polar ambitieux, c'est dommage). Le narrateur, dès le départ, nous fait part de son petit côté désillusionné, peu impliqué, et vit comme un cauchemar l'un des ultimes coups programmés de la "famille" (trois types et un "oncle" mourant plus une pièce rapportée de dernière minute) : le casse d'un casino. Viel s'étend plus sur les états d'âme du gars que sur les préparatifs de ce gros coup, mais... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 février 2017

LIVRE : Au Travail avec Eustache de Luc Béraud - 2017

On n'a pas souvent l'occasion de lire des livres sur Eustache, cinéaste secret et éphémère, surtout écrit par un type qui l'a cotoyé dans les grandes heures. Luc Béraud fut l'assistant du maître sur La Maman et la Putain, Mes petites Amoureuses et Une sale Histoire, ce qui lui donne toute légitimité pour parler du bonhomme. Il en parle avec une très grande tendresse, en se mettant toujours du côté de l'empathie et de la compréhension. Y compris quand Eustache faiblit, victime des coups de colère, des bouderies ou des vraies... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 février 2017

Dívka na kosteti (1972) de Václav Vorlícek

Toujours un petit plaisir de retrouver le réalisateur du culte Dr Mracek pour une comédie ensorcelante qui ferait passer Harry Potter pour Garcimore. Vorlícek nous conte ici l'histoire réjouissante d'une jeune apprentie sorcière, Saxana (séduisante Petra Cernocká), qui va décider de faire l'école buissonnière chez les humains. Ses sorts ne sont pas vraiment au point (quand elle veut se transformer en corbeau, elle se retrouve en poule ou en vache) mais elle a soif d'apprendre... Elle ne va pas tarder, une fois dans notre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 février 2017

Dancer in the Dark de Lars von Trier - 2000

Ce film m'avait emballé en son temps, mais sa revoyure me pose souci. C'est brillant dans le concept, mais pas très réussi au final, que ce soit dans la forme et surtout dans le scénario. On ne peut qu'être épaté par la nouveauté de ce cinéma-là : on n'a jamais vu ailleurs ce style étrange, purement formel, et on n'a jamais écouté une histoire racontée comme celle-là. Malgré sa soit-disant "objectivité", Von Trier est partout ultra-présent dans ce film, comme un empereur qui aurait la main sur chaque élément, et il est indéniable... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 février 2017

Libera mon Amour (Libera, amore mio !) (1975) de Mauro Bolognini

On va finir par comprendre que j'ai une indéniable petite faiblesse pour Mauro Bolognini même si certains de ses films de la décennie seventies m'ont un peu moins charmé. Ici, on est dans du grand classique mélodramatique : une femme, fille d'anarchiste, qui n'a pas sa langue dans sa poche, va traverser la seconde guerre mondiale (ou pas) sans jamais vouloir renier ses convictions ; on serre dès le départ des fesses au niveau de la "reconstitution historique" et de la leçon de moral à venir. On a tort, parce qu'on a sans doute... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2017

Une Femme coquette (1955) de Jean-Luc Godard

Avouons que c'est un peu comme tomber sur le Graal (vous pouvez pas comprendre) : le tout premier court de JLG (Jean-Luc Godard présente un film mis en scène par Hans Lucas (sic)) est soudainement visible ! Autant dire que c'était quelque chose d'inespéré, le genre de bobine qu'on ne pensait trouver que sous une latte de l’appart du cinéaste après sa mort. Godard fait alors dans l'adaptation littéraire, oui monsieur, en s’inspirant d’une nouvelle de l'ami Maupassant intitulée "Le Signal". L'histoire est celle d'une jeune femme... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2017

Le Boucher de Claude Chabrol - 1970

La province vue par Chabrol : tout un poème, vu et revu par son auteur, et qui trouve dans Le Boucher une de ses plus directes expressions. Nous voici dans un petit village anonyme, avec ses mariages où est invitée toute la population, ses commères, son école, son bistrot, et son boucher. Rien que de très normal a priori, et Chabrol filme les rues et la campagne de son décor en plans-séquences de toute beauté, enregistrant la tranquillité éternelle et l'aspect bon enfant de cette ruralité très réaliste. Mais tranquille, le village... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2017

L'Enfance nue (1968) de Maurice Pialat

Le premier des 11 chefs-d'oeuvre de Pialat est un film, produit en partie par Truffaut, qui peut se lire sur 2 couches, au moins. Tout d'abord, un portrait très réaliste de la vie d'un gamin de l'Assistance publique. Avec un étrange air de ressemblance avec Léaud, François (ben oui) est vraiment le gamin que vous souhaitez à Sarkozy : les conneries il les fait toutes - et après avoir fini, il en invente d'autres. Un best of : jeter le chat du 6ème étage, jeter sa sandale dans une bouche d'égout, balancer du haut d'un pont un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]