01 mai 2017

Les Frontières de la Vie (The Glass Wall) (1953) de Maxwell Shane

On est sûrement plus dans le film dramatique que dans le film noir pur et dur, mais ne boudons point notre plaisir devant cette œuvre de Shane qui dans l'Amérique ou la France rances d'aujourd'hui garde encore, malheureusement, toute son actualité (soixante-quatre ans plus tard, on aurait même l'impression parfois que les mentalités ont régressé). Soit donc un réfugié de la seconde guerre mondiale, le Hongrois Vittorio Gassman (ouais, on va pas chipoter, hein, ce sont des pays proches...) ; notre homme a vécu 10 ans en camp de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mai 2017

Phobia (1980) de John Huston

Tout le monde se plaît à dire que Phobia est un navet, alors que c'est à peine un radis. Paul Michael Glaser, tout juste sorti de Starsky et Hutch, a repeint sa bagnole en bleu mais il ne fait pas illusion longtemps ; Phobia s'élève à peine au niveau d'un piètre téléfilm aux images vintage déjà vieillottes pour l'époque et au scénario risible. Soit donc le Dr Ross (Starsky), un type spécialisé dans des méthodes psy plutôt radicales : pour soigner un patient, le type a un raisonnement basique ; il faut confronter le patient au... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 avril 2017

Le Gang des Tueurs (Brighton Rock) (1947) de John Boulting

Excellent conseil de l'un de nos commentateurs que ce film noir... anglais (oui, c'était la journée english après le Baker). Sur un scènar de Graham Greene et des images (lumineuses au besoin, joliment noires sur la fin) de Harry Waxman, Boulting réalise un film noir qui fait date : porté par le visage angélique et le regard ultra-mauvais de Richard Attenborough as Pinkie Brown - tout l'art de l'onomastique (notre jeune homme n'est d'ailleurs pas sans faire penser à un certain Orson Welles à ses débuts), le film n'est pas avare en... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 avril 2017

The Anniversary (1968) de Roy Ward Baker

On retrouve notre gars Roy Ward Baker à la tête de cette comédie hystérico-théâtrale qui repose sur les épaules pour ne pas dire sur l'œil de Bette Davis. Ceux qui la trouvent irritante en auront pour leur argent puisque que la Bette incarne ici un Mater Familias infecte totalement en free-lance dans les mimiques et le jeu d'œil exorbité. On est en plein petits jeux de massacre familial, Bette Davis se faisant un réel plaisir à faire tourner en bourrique ses trois fils (une bonne pâte, un gentillet "pervers" (au moins à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2017

LIVRE : Antichambre de Jean-Marc Undriener - 2017

J'avais été déjà soufflé, sinon étouffé sous les rires, par le recueil Pas Trace publié par les mêmes excellentes éditions Faï Fioc il y a quelques temps. Eh bien Undriener ne va pas beaucoup mieux, pour notre plus grande joie. Il s'attaque cette fois-ci à un sujet très concret (et j'aime le concret en poésie, vous l'ai-je déjà dit ?) : son séjour en hôpital, psychiatrique devine-t-on au fur et à mesure des pages. C'est le lieu idéal pour lui permettre de déployer son style d'une tristesse infinie, un lieu où les rapports sociaux,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 avril 2017

LIVRE : La Vie sexuelle des Soeurs siamoises (The Sex Lives of Siamese Twins) d'Irvine Welsh - 2014

Ah on n'est peut-être pas dans la grande littérature, mais faire un tour du côté de l'univers barré et excessif de Welsh peut avoir du bon parfois, ne serait-ce que pour s'assurer que la gente humaine est odieuse. Le livre est à peu près raté de tous les côtés, mais on aime quand même ça, c'est mystérieux, un peu comme se taper un film d'horreur crétin le samedi soir. On est à Miami, ville superficielle s'il en est, ville où l'apparence est capitale, et cache des caractères monstrueux. Welsh choisit comme principal protagoniste une... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 avril 2017

Le Bon Gros Géant (The BFG) de Steven Spielberg - 2016

Je l'ai repoussée, la vision de ce film, je le sentais pas, un sentiment. Mais je ne m'attendais tout de même pas à tomber sur un navet. Tout est raté dans The BFG, depuis le scénario jusqu'à la technique, et de la part du mec le plus bourré de thunes imaginatif du cinéma américain, ça fait mal. On se croirait revenu aux temps funestes de Hook, sauf que le film souffre en plus d'une imagerie puérile qui lui enlève le côté douloureux et troublant du sus-cité. Bon, en gros, c'est l'histoire d'une petite fille (insupportable tête à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:41 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
25 avril 2017

Une si jolie petite Plage d'Yves Allégret - 1948

Le Nord, ses paysages riants, son climat de rêve et sa populace typique : c'est dans ce coin enchanteur que Gérard Philipe a choisi cette fois-ci de tirer une gueule de trois mètres de long, enfermé dans son déterminisme de pupille de l'Etat, et traînant derrière lui le boulet de son passé. Le gars débarque de nuit dans cet hôtel de fin du monde battu par la pluie, pour soit-disant reposer ses nerfs. Il est en fait un pauvre bougre que le malheur a suivi depuis l'assistance dont il est issu, revenant dans ces lieux pour un dernier... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2017

Lost in America (1985) de Albert Brooks

Voilà une comédie eighties assez enlevée (que je connaissais ni d'Eve) qui va bientôt avoir les honneurs de la collection Criterion. Si il est indéniable qu'au niveau vestimentaire les années 80 n'ont pas grand-chose à envier aux 70's, le film fait un constat assez édifiant sur "l'évolution des moeurs" entre les deux décennies. Soit donc David et Linda Howard (Albert Brooks himself, tout en énergie, et Julie Hagerty, véritable sparring-partner qui sait prendre les coups sans les donner), un couple financièrement peu à plaindre (ils... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2017

LIVRE : Détartre et Désinfecte d'Eric Chevillard - 2017

Net virage dans la production chevillardienne, Détratre et Désinfecte laisse apparaître un gars étrangement tourmenté, se risquant à un style beaucoup plus poétique et abstrait. Si certains des textes qui composent ce recueil sont encore de l'ancienne veine, celle de l'absurde et du jeu de mots effréné, la plupart le montrent jouant avec les affres de la création, et rendent le bouquin assez sombre. Sous couvert d'humour (ça, ça ne change pas), le gars a l'air de souffrir en ce moment, et livre une véritable profession de foi,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :