01 avril 2018

The green Fog (2017) de Evan Johnson, Galen Johnson & Guy Maddin

Un premier avril sous influences maddiniennes ça ne peut pas faire de mal, surtout quand le gars rend un hommage "explosé" au Vertigo d'Hitchcock et à la ville de San Francisco. Maddin et ses deux acolytes vont chercher dans une centaine de films tournés dans les alentours pour recréer "dans l'esprit" la structure du film d'Hitchcock. Il est question d'une course poursuite sur les toits ? Une douzaine d'extraits montreront une course avec de multiples flics et de multiples voleurs ; il en sera de même pour des scènes de baisers, de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2018

The Massacre (1912) de D.W. Griffith

Un bon vieux petit Griffith des familles qui nous montre le cercle infernal de la vengeance. Des soldats attaquent un village indien qui semblait bien paisible jusque-là et ne demandant rien à personne, tuant femmes et enfants... Les Iindiens, qui ont plus d'une plume à leur chapeau, vont à leur tour chercher à se venger en attaquant un convoi de civils en partance pour le grand west - femmes et enfants se trouvent à leur tour terrorisés alors que la bataille fait rage... Un massacre conduisant à un autre massacre en quelque sorte,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2018

Old Joy (2007) de Kelly Reichardt

Vous aimeriez partir en week-end avec un vieux pote et votre chien mais vous n'avez pas de pote, pas de chien ou tout simplement pas le temps ce week-end ? Alors je ne pourrais que vous conseiller ce petit film d'un peu plus d'une heure de Kelly Reichardt, une œuvre à la fois lumineuse, zen et un peu triste, aussi... La cinéaste nous a donné l'habitude de faire dans le minimaliste et le moins qu'on puisse dire c'est qu'on est, ici, servi. Prenons un barbu forcément cool qui est resté une sorte d'ado attardé (pas d'attache, de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2018

The disaster Artist (2018) de James Franco

  The Room, réalisé en 2003 par un certain Tommy Wiseau (une gueule pas possible, des cheveux jusqu'aux fesses et un accent à couper au couteau), pourrait sans doute prétendre au titre de pire film de la galaxie... Un truc tellement impossible à regarder (au niveau des dialogues, du montage, du scénar, des acteurs... enfin bref à tous les postes) qu'il en devient bidonnant. C'est en tout cas devenu aujourd'hui une sorte de film culte (non, on ne l'a pas vu, on a deux-trois faiblesses...). Franco s'intéresse au tournage... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 mars 2018

La Casa de Papel (saisons 1 et 2) d'Alex Pina - 2017

Aaaaaaah que c'est bon. Après des années où il est de bon ton de considérer la série télé comme un genre noble, et où on complexifie de plus en plus les scénarios pour en faire des objets intellectuels et adultes, c'est un vrai plaisir que de tomber sur une série sainement con et qui n'a qu'un seul but : vous donner du fun sans arrière-pensée, sans allégorie ou sans profondeur. La Casa de Papel vous replonge dans les premiers temps de 24, quand l'habileté des auteurs faisait en sorte que vous ne pouviez pas vous arrêter (l'effet... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 mars 2018

La Trahison du Capitaine Porter (Thunder over the Plains) (1953) d'André De Toth

On aime bien De Toth et ses petits westerns à hauteur d'hommes, pas forcément ultra spectaculaires (même s'il y a ici quelques belles petites cavalcades à cheval) mais qui font avant tout la part belle aux liens d'amitié, de fidélité, d'honneur. Texas, après la guerre civile. Les Texans, point encore rattachés à l'Union, croulant sous les taxes et les impôts plus ou moins légitimes, se voient spoliés par des petits investisseurs de l'est. Ils ont leur Robin des Bois en la personne de Ben Westman (Charles McGraw) qui vient... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mars 2018

La Femme infidèle de Claude Chabrol - 1969

Chabrol nous balance dans la tête un de ces objets froids comme une lame qu'il savait faire parfois dans ses grands moments inspirés. En surface, La Femme infidèle respire le drame bourgeois, les déchirements sur les belles nappes blanches et dans les grands jardins à balançoire ; sous la surface s'agitent des sentiments "humains trop humains" ravageurs. Aidé par des acteurs absolument imparables dans la non-émotion (Michel Bouquet et Stéphane Audran, RIP), il réalise un de ses films les plus tranchants, et un de ses plus... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 mars 2018

La Marque (Quatermass 2) (1957) de Val Guest

Ah ils me feront toujours rire ces Anglais avec leurs films de science-fiction si terriblement graves. C'est à nouveau l'ami Brian Donlevy et sa fine moustache qui s'y collent pour déjouer un sombre complot extra-terrestre. Des météorites profilées qui, une fois sur terre, t'explosent à la gueule (d'où la fameuse marque), une usine dantesque et top secrète à laquelle le gouvernement n'a que difficilement accès (le peu de gens qui s'y rend se fait rapidement "marquer"), des dômes gigantesques qui renferment des créatures qui ont la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2018

Bernie d'Albert Dupontel - 1996

Mission accomplie : j'ai mis vingt ans pour voir ce film en entier, et c'est enfin chose faite. A chaque fois, je l'arrêtais au milieu, étant même sorti de la salle à sa sortie (chose rarissime) : je ne sais pas, trop dégueulasse au niveau du cinéma, sûrement. Je trouvais la chose proprement in-regardable. Mais la pression populaire ("nan, mais les Dupontel c'est des gros navets, mais Bernie, quand même...") a eu raison de ma pureté : ça y est, j'ai enfin vu jusqu'au bout du bout du générique de fin cet objet. Et le pire, c'est que... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 mars 2018

Les Frères et Soeurs Toda (Todake no kyodai) (1941) de Yasujiro Ozu

Dès la toute première image, deux plantes, l'une dans un petit pot, l'autre dans un grand pot, on sent qu'il sera autant question de relations entre les générations qu'entre les frères et les soeurs du titre. Après un départ où Ozu nous perd un peu entre les différents membres de la famille et où il est un peu difficile de percevoir le véritable fil conducteur de l'histoire, tout devient limpide, les grands et larges sourires d'usage faisant place peu à peu à des réfléxions vachardes, l'hypocrisie familiale et les petites bassesses... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]