17 janvier 2020

1917 (2020) de Sam Mendes

Cela faisait longtemps qu'on ne s'était pas pris des éclats d'obus dans la tronche et c'est chose faite avec cette plongée dans les tranchées signée par le camarade Mendes (anglais, je le rappelle, et qui part donc avec un handicap). Great camera work ! Great great great camera work, my friend, et Lelouch pourrait manger au passage toutes les bobines de ses films pour expier. Mendes décide de filmer la chose en plan-séquence, ce qui, on le devine, nécessite une préparation de folie. Alors oui, il triche ici ou là, of course, avec un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2020

The Lighthouse (2019) de Robert Eggers

Je suis fan des films de phare, généralement - autant dire que j’attendais avec une certaine impatience ce huis-clos brumeux à l’esthétisme (noir et blanc et format d’époque) d’un autre temps… Les premières images mettent indéniablement dans l’ambiance (le fog, le putain de cri des mouettes, cette mer agitée, ce phare dressé… Hummm) ; et on croise par avance les doigts pour que le metteur en scène théâtral Eggers sache mettre un frein à toute tentative de cabotinage de ces deux acteurs, Robert Pattinson et Willem Dafoe…... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 11:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 janvier 2020

Désirs volés (Nusumareta yokujô) (1958) de Shôhei Imamura

Premier film d'Imamura qui se lance, sur le ton de la comédie romantique, dans le film de troupe (de théâtre) avec tous les aléas de la chose : le manque d'argent, les flirts à gogo et les embrassades dans les coins de tente, la déconnade, les beuveries et un public forcément exalté, quand il y en a un... Après des déboires à Osaka, la troupe part en rase campagne pour trouver une tente et une audience en demande. Le succès est immédiat, la troupe ayant la bonne idée entre deux scènes de kabuki de balancer une petite scène de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2020

Le Limier (Sleuth) (1972) de Joseph L. Mankiewicz

Pour son ultime réalisation, le gamin Mankiewicz s'en donne à cœur joie et nous livre une petite mécanique scénaristique absolument jouissive. De cette ouverture sur ce jardin en forme de labyrinthe à ce "bloody" final - l'anglo-saxon aime à jouer sur les mots -, on se régale de ces multiples rebondissements où l'arroseur se fait arroser, le pseudo-inspecteur (Laurence Olivier écrit des polars) se fait pseudo-inspecter (oui, c'est pourtant vrai...), où le joueur malgré lui (Michael Caine) se prend fatalement à son propre jeu... Si... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 janvier 2020

Ring (Ringu) d'Hideo Nakata - 1998

Voilà peut-être le dernier film d'horreur "classique", celui qui, avec le personnage assez fabuleux de Sadako, a inventé une nouvelle mythologie. Malheureusement, comme beaucoup de classiques, il a tellement été copié, et parfois même dépassé, qu'il n'en reste plus grand chose aujourd'hui, fors les souvenirs et deux ou trois frissons ici ou là. C'est bien dommage : on se souvient avec émotion de la peur qu'on avait éprouvée il y a 20 ans devant les inventions de Nakata. Aujourd'hui, il ne reste qu'un film assez creux aux effets... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 janvier 2020

Bannie du Foyer (Tormento) (1950) de Raffaello Matarazzo

Matarazzo, le roi du mélo, est de retour sur Shangols et on peut dire qu'au niveau « avanie » il frappe fort, le salaud. Anna (Yvonne Sanson, rotonde) vit avec son père et sa fourbe de belle-mère : cette dernière a la thune et fait subir l'enfer aux siens. Anna, heureusement (mot qu'on emploiera plus par la suite : c'est plus les malheurs qu'elle enchainera, ce sera d’ailleurs véritablement la loi de Murphy), retrouve Carlo (Amedeo Nazzari, tout le charme dans une moustache) qui va l'emmener, suite à une petite... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 janvier 2020

Lost Home Movies of nazi Germany (2019) de Nick Watts & Martin Davidson

Vous l'aurez compris, on n'est pas franchement dans le Home Movie "mdr" : si dès les premières images filmées par Eva Braun, on découvre un Adolf décontracté (pas l'air rassurée totalement la gamine - elle a du nez), ce montage d'images et d'extraits de journaux intimes d'époque illustrera quelques instants des plus sombres de notre Histoire contemporaine ; découpé en deux parties justement nommées (Hubris et Némesis), ce "film" dépeint tout d'abord la période 39-42, l'époque où les Allemands pensaient que le Reich durerait... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 janvier 2020

Au-delà des Grilles (Le Mura di Malapaga) (1949) de René Clément

On ne le laisse pas tomber notre gars Clément même s'il nous sert des romances un peu tièdes. Arf, plaisir tout de même de découvrir Gênes en ruines et Gabin au diapason - pas rasé, dépité, sortant tout droit d'un féminicide (bah elle avait 22 ans, elle voulait partir avec un type de son âge, j'ai serré... Ouais, ça n'excuse rien, hein, on est d'accord ?). Jean, en fuite donc, parvient à s'extraire d'un bateau dans ce port de Gênes avec un objectif : se faire soigner sa molaire - on sent la tension dès le départ. Gabin met des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2020

Le Parfum de l'Encens (Kōge) (1964) de Keisuke Kinoshita

Bien belle fresque de l'ami Kinoshita qui nous emmène sur 200 minutes dans l'histoire (amoureuse) pour le moins contrariée de la belle Tomoko (Mariko Okada) : abandonnée par sa mère, déposée dans un bordel par son beau-père à la mort de sa grand-mère, Tomoko va recevoir l'éducation classique d'une geisha - arrivée à maturité (plus de 16 ans, hein, facile), elle est le centre de tous les regards alors même que sa mère, dorénavant, se prostitue (un exemple, this mother...) ; les protecteurs se bousculent mais la jeune Tomoko n'a... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 janvier 2020

The Nightingale (2019) de Jennifer Kent

Ça va mal aujourd'hui en Australie mais faut pas croire qu'hier (en ce début du XIXème siècle et en Tasmanie, plus précisément) les choses allaient pour le mieux : à l'époque ces bloody fucking English défonçaient sans gêne des Aborigènes abhorrés (ces derniers tentaient de résister avec leurs lances face à la poudre à canon - autant souffler, debout, dans un didgeredoo) et traitaient la chair irlandaise (notamment les ex-convicts) comme de la pelure de pomme de terre... C'est d'ailleurs le sort (atroce) que subit cette pauvre... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]