26 novembre 2018

Zama (2018) de Lucrecia Martel

Amérique du Sud, fin du XVIIIème siècle. Zama est un maire un brin désespéré (« Zama pas fort » me souffle-t-on - ah ben le niveau !) : il attend, avec impatience, sa mutation qui doit émaner du roi... Il a bien une femme (qui le trompe), une maîtresse (qui l'ignore) et plein d'autres super plans sous le coude mais… qui vont tous partir en quenouille. Bref, il a une vie de merde, et plus il essaie d'y croire, plus il s'enfonce... Si l'on attend un récit plein d'aventures, cette première heure et demie laisse forcément... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Enquête sur une passion (Bad Timing) (1980) de Nicolas Roeg

A peine le temps de mettre en place un petit hommage à Roeg qui vient de nous quitter que Bertolucci nous pète dans les doigts. Bon, désolé Bernardo pour ton petit tango à contre-temps, on va se focaliser sur l'heure sur l'ami Nicolas. Tout est résumé dans le titre français quant à la thématique amoureuse et dans le titre anglais pour l'élément policier de cette histoire passionnelle et un peu glauque - je n'en dirais pas plus. Soit donc Art Garfunkel (eh oui celui de dou doudoudou doudoudou doudoudou), psy au front marqué (il est à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Senses (Happī Awā) de Ryūsuke Hamaguchi - 2015

Un film d'une justesse confondante pour parler de la femme japonaise d'aujourd'hui, et par-delà elles de leurs maris et des relations homme/femme, et par-delà eux de la sensualité et du monde moderne : voilà ce que ces 5 heures de métrage vous proposent tout simplement, à travers un portrait tout en finesse d'un groupe de jeunes femmes modernes en prises avec leurs émois amoureux et amicaux. Chacune des parties de Senses porte le nom d'un des cinq sens, et chacune s'ntéresse de près à une de ces quatre amies, réunies au début du... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Dead Man (1995) de Jim Jarmusch

Il est bon parfois de réviser ses bons vieux classiques juste pour vérifier que rien n'a changé, que tous les éléments sont bien là, parfaitement en place : Johnny Depp qui surfe sur le vent, Robert Mitchum tel un ours increvable encore – alors - debout, Iggy Pop en vieux lézard trans, Mili Avital (!) belle comme le jour avant de se prendre un petit point rouge dans la gorge, Neil Young en roi de la guitouse électrique qui fait péter des riffs à la bonne seconde sur chaque séquence, le regretté Robbie Müller en pape du noir et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
25 novembre 2018

Une Femme sous Influence (A Woman under the Influence) (1974) de John Cassavetes

Passer de Vadim à Cassavetes, ce n'est pas un grand écart, c'est un véritable écartèlement (avec dispersion des membres façon puzzle). Enième visionnage de ce film fétiche (découvert, si je ne m'abuse, au côté de l'ami Gols dans une salle obscure clermontoise - il y a de cela pas loin d'un siècle) qui signa mon amour infini pour la sublime et transcendante Gena Rowlands. Est-ce l'histoire d'une femme sous l’influence d'un petit grain de folie, libre avant tout, trop dans sa bulle, voulant communiquer mais s'y prenant de façon trop... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 novembre 2018

LIVRE : Le Dynamiteur (Bergsprangaren) de Henning Mankell - 1973 (2018 pour la traduction française)

La mort de Mankell nous vaut la parution en France de son premier roman. Un premier roman qui raconte le destin d'un survivant, un type qui, vérifiant la raison pour laquelle la charge qu’il avait placée dans une montagne n'avait pas explosé, a fini par se la prendre dans la tronche... Un œil et quelques doigts en moins, notre homme revenu des morts reprendra malgré tout quelques mois plus tard son travail. A l'aide d'analepses et de prolepses toujours aussi maîtrisées chez notre ami Mankell, on suit le parcours politique et... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 novembre 2018

Et Dieu... créa la Femme (1956) de Roger Vadim

Et Vadim créa le bon vieux nanar français familial teinté d'érotisme. Heureusement grâce à la pellicule Eastmancolor, les couleurs sont belles, le drapeau français recomposé peut faire péter toute sa superbe (photogramme ci-dessus), le Sud, putaing, n'a rarement paru aussi jouli et beau. Les Américains adorent ce bleu de la mer si français, ce blanc savon marseille si français, ce rouge pétant des robes de Brigitte si français. Et Vadim créa un Jean-Louis Trintignant tout petit, une espèce d'avorton à côté de la masse Christian... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 05:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2018

Searching : Portée disparue (Searching) d'Aneesh Chaganty - 2018

Oui, alors je sais ce que vous allez me dire : ce film est super mainstream, tout branquignolle, plein de gadgets inutiles et on devine le coupable à la 7ème minute. Alors moi je réplique : ok, mais n'empêche que je me suis laissé prendre au côté ludique de l'affaire, et, tout en reconnaissant qu'on est pas là chez Tarkovski, j'ai bien marché à cette trame domestique pleine de suspense. Moi, les polars, hein, ça me surprend toujours (non ? me dites pas que c'est la femme de chambre qui a tué ? et moi qui soupçonnais le jardinier...)... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 novembre 2018

Dogman de Matteo Garrone - 2018

Matteo Garrone s'est bien calmé depuis Gomorra. Finis les règlements de compte et la violence sociale, bienvenue aujourd'hui aux petites complications de la vie courante, finalement pas si éloignées que ça des soucis de mafia. Le monde que Garrone décrit, s'il est raconté de façon plus drôle, plus douce-amère, n'en est pas moins âpre, et laisse apparaître en filigrane tous les soucis de l'Italie moderne, en tout cas de ces petits coins abandonnés façon gabegie par toutes les institutions sociales et judiciaires. C'est tout à la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:16 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
22 novembre 2018

Coincoin et les Z'inhumains de Bruno Dumont - 2018

On croit à chaque fois que Dumont arrivera au bout de ses idées barrées. C'est mal connaître le bougre. Le voilà qui revient par la porte risquée de la fameuse "deuxième saison", après un P'tit Quinquin absolument révolutionnaire, immanquable et génial. Cette première saison était si surprenante qu'on avait un peu peur de la suite, et c'est vrai que, seul défaut à peu près incontournable, l'effet surprise joue moins avec ce Coincoin. Dumont reprend les mêmes et prolonge le jeu étrange de ses non-acteurs, et on est en terrain... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]