15 juillet 2006

LIVRE : Pasolini de René de Ceccatty - 2005

De temps en temps, refaire le point sur la vie de nos grands contemporains permet de constater qu'il y a eu de vrais rebelles en matière artistique. Pasolini en fut un, assurément, il suffit de voir Salo ou Théorème, ou de lire ses essais polémiques pour s'en souvenir. Ceccatty, avec une subjectivité merveilleuse (seule vraie façon d'écrire une enquête biographique), rend justice à cette rebellion pasolinienne, à ces brûlots que furent les oeuvres et la vie de PPP. Mais le livre est vraiment intéressant dans les passages où Ceccaty... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juillet 2006

L'Enfant Sauvage de François Truffaut - 1969

J'aime beaucoup les films de Truffaut sur l'enfance (Les 400 coups, L'Argent de Poche...), et ça faisait bien longtemps que je n'avais pas vu celui-là, qui restait dans mon esprit un film mineur du gars. Oh funeste erreur et mea culpa sonore ! L'Enfant Sauvage est magnifique, presque une synthèse de la vision truffaldienne de l'enfance. La tendresse qui émane de ce film, l'attention constante et fascinée sur le petit garçon, la dureté des épisodes qui jalonnent l'éducation de Victor, l'intelligence de l'ensemble, tout ça réuni donne... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 00:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 juillet 2006

Violent Cop (Sono Otoko Kyobo ni Tsuki) de Takeshi Kitano - 1989

Ce qui est toujours admirable chez Kitano, c'est que ses sources d'inspiration sont nobles et très repérables, et qu'il arrive toujours à faire son chemin au milieu de ces références très marquées. Ici, déjà pour son premier film, la marque de Melville est on ne peut plus présente, et même plus largement, celle du Delon des années 80 (Deray est là aussi, eh oui Deray a eu ses élèves). Il y a même sur la fin des révérences à Sergio Leone, qui lui-même s'inspira de Melville, etc... Bref, Violent Cop est sobre comme du Melville,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 juillet 2006

LIVRE : Je pense à autre chose de Jean-Paul Dubois - 1997

Parmi les écrivains français en vie et pas mort (je précise, malgré tout), Jean-Paul Dubois m'apparaît comme quelqu'un de sympathique, qu'il serait bon d'avoir sous le coude en cas de pépin. Kennedy et Moi était le livre d'un râleur, Une suite française nous conduisait dans les méandres de ces dernières décennies, et dans ce livre un être revient sur ces aléas amoureux - deux femmes, un bilan plutôt positif - et les difficiles relations avec son frère jumeau antithétique qui ont fini par le plonger dans la dépression. Il y a toujours,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 04:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juillet 2006

Simple Men (1992) de Hal Hartley

Voilà la quintessence du Hal. Quel bonheur de revoir ce film 14 ans après sa sortie. S'il y a bien un cinéaste avec lequel je me suis senti en parfaite adéquation à cette époque (putain, 20 ans), c'est bien Hal Hartley. Si vous tombez sur ses courts métrages, prière de m'en faire part, je les échange contre mon four à micro-onde ou ma machine à laver. On retrouve ici la crème de tous ses héros, Bill Sage, Martin Dovonan, Robert Burke, et parmi ses héroïnes la sublime Elina Löwensohn et la toute jeune Holly Mary Combs qui était... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juillet 2006

Palais Royal (2005) de Valérie Lemercier

Continuons dans les grands films français (me filera plus les clés Gols, c'est mort): Palais royal. Un film qui commence comme l'enterrement de Lady Di mais avec la photo géante de Lemercier et qui remplace Elton John par Maurane ne peut être que mauvais, on se dit. Heureusement la suite nous donne raison, comme quoi notre instinct n'est pas mort. Lemercier a beau faire des grimaces dans tous les sens pour se forcer à sourire, c'est encore ce qu'elle sait faire de mieux, le film se rétame à tous les étages. Même Deneuve n'a jamais... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juillet 2006

Subway (1985) de Luc Besson

Comme Gols m'a laissé les clés de la maison autant en profiter. Ah Subway, voilà un autre film mythique pour que mes étudiants découvrent la culture française: aujourd'hui le métro (si, ça compte). Subway c'est avant tout des dialogues écrits de main de maître. Que de répliques immortelles: "Tu nous gonfles avec des tagada-tagada", "Police, menotte, prison", "Chier, merde... non c'est vrai des fois tu fais chier", "Super gros Bill", "Un petit bouquet!"... Bref de la grande... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 08:21 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
07 juillet 2006

Rio Grande (1950) de John Ford

Du grand classique. Pas facile de retrouver son fils et sa femme 15 ans après (il a 15 ans et elle... euh 29). Mais derrière la façade de l'immense John Wayne se cache un coeur aussi sensible et tendre qu'un coeur de cactus. S'il tance son fils fraîchement débarqué dans son régiment, c'est pour mieux le regarder du coin de l'oeil avec une pointe d'émotion. Si les rapports avec sa femme qui ne le ménage point -15 ans après que sa propriété a brûlé sous son regard- sont quelque peu tendus, il ne peut s'empêcher d'avoir la moustache... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juillet 2006

Fried Dragon Fish (1993) de Shunji Iwai

Une image ultra-filtrée et d'une laideur terrible -Oh la belle mer rouge!, oh la belle lumière Orangina-, des acteurs qui jouent moins bien que moi, une histoire de traffic de poissons rouges qui ferait passer un bouquin de Grangé pour un chef-d'oeuvre, rien à garder si ce n'est deux trois plans sur des bouteilles de Suntory. C'est maigre jeune homme. Heureusement c'est court.
Posté par Shangols à 07:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 juillet 2006

La Haine (1995) de Mathieu Kassovitz

Avant de s'embourber dans Assassin(s) et de se noyer dans Les Rivières Pourpres, le fils Kassovitz avait réalisé ce film très médiatisé sur les banlieues. Je suis pas vraiment un grand fan, je préfère la subtilité et la finesse (notamment dans la direction d'acteur et dans le propos) de Petits Frères de Doillon ou L'Esquive de Kechich, mais disons que pour mes petits étudiants de FLE, c'est une bonne introduction au verlan et au "monde foisonnant" comme dirait Cousteau, des banlieues. Oui, Kasso ne recule devant rien pour booster... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]