11 avril 2009

Les cinq Secrets du Désert (Five Graves to Cairo) (1943) de Billy Wilder

Au tout début de sa carrière en tant que réalisateur, Billy Wilder réussit cet honnête film d'espionnage en temps de propagande. Un mystère, à l'image du titre, qui se lève peu à peu, un jeu du chat et de la souris entre un officier anglais (Franchot Tone, crédible) et le général Rommel (Erich Von Stroheim, impressionnant) qui tient la route et une histoire d'amour qui ne veut/peut jamais dire son nom entre l'officier et la chtite Anne Baxter parlant pour l'occasion avec un frrrrench accccenttt assez méritoire. On est certes en temps... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2009

Fortini/Cani de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet - 1976

Pas le souvenir de m'être déjà autant fait chier au cinéma, sauf peut-être pour Cars (mais pour d'autres raisons) : je n'ai strictement rien compris à Fortini/Cani, mais alors rien. Bon, c'est vrai que c'est pas la première fois chez les Straub, mais d'ordinaire, même dans leurs films les plus abscons, on reste capté par la forme, par l'audace, par la contemplation, par le renversant courage des gusses, par une certaine poésie de ce qui est raconté. Ici, rien de tout ça : en choisissant un texte poético-politique de Franco Fortini,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2009

Oeuvres de Georges Méliès (1896-1901)

1896Partie de CartesTrois types se fendent la pipe en jouant aux cartes, en buvant des canons et en lisant le journal.Une Nuit terribleUn cloporte géant monte sur le lit d'un gars qui est ensuite apparemment victime de puces.Escamotage d'une dame chez Robert-HoudinUne grosse dame se transforme en squelette. Méga coupure assez grossière, on teste encore le matos...Le CauchemarUn type rêve la nuit d'une dame puis d'un chanteur pénible et de l'ami Pierrot - il se réveille en sueur. Le décor en "toile de fond" est trop petit,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2009

Drôle de Drame de Marcel Carné - 1937

Comme j'adore me faire conspuer par nos lecteurs outragés, encore un petit détour vers le cinéma de Marcel Carné, histoire de chercher la petite bête. Bon, là, ça sera sûrement plus calme : j'ai bien aimé Drôle de Drame. Pas tant grâce à Carné, remarquez : le film est absurdement monté, plein de trous de récits absolument incompréhensibles, construit franchement à la va-vite. Difficile de suivre les personnages dans leurs aventures, les caractères se métamorphosant sans logique au cours du film. Mais baste : c'est aussi ça qui fait le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2009

Une Fille dans chaque Port (A Girl in every Port) (1928) d'Howard Hawks

Pas franchement grand-chose à se mettre sous la dent dans ce film d'amitié super virile - hum, hum - entre deux marins. Heureusement, il y a une soudaine illumination en plein milieu du bazar avec l'apparition de Louise Brooks en maillot de bain très coquin (super transparent sa combi... Bon, moi je dis ça, c'est pour elle, remarquez bien). Elle joue forcément la garce mais cela amène un peu de piment dans cette oeuvre bien répétitive... Spike, fier marin, écume les ports - Amsterdam, Rio... - avec un carnet d'adresses bien... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 06:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2009

Melinda et Melinda (Melinda and Melinda) de Woody Allen - 2004

Triste date dans la carrière allenienne : Melinda and Melinda est définitivement son plus mauvais film à ce jour. Pratiquement rien à sauver dans ce naufrage inquiétant, ni les acteurs ni le scénario, ni même la mise en scène, même si cette dernière est grosso-modo la même que d'habitude. Niveau acteurs, donc, on est effaré : où est passée la jolie direction de Woody dans ces comédiens grimaçants, gênés, qui n'arrivent pas à rendre crédibles leurs personnages. Will Ferrell en fait des tonnes et se croit dans un film de Japatow ;... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2009

The long Day closes (1992) de Terence Davies

Si Distant Voices, Still Lives m'avait charmé aussi bien sur le fond que dans la forme, je dois bien avouer que The Long Day closes m'a un peu ennuyé comme la pluie, pour rester poli. Pourtant même rigueur formelle : images ultra léchées, éclairage "à la bougie" et rendu des ombres impeccable, même sens du cadre et parfaite mise en place de lents travellings, tristes chansons mélancoliques superbement sélectionnées,... Rien à dire, on retrouve quasiment le même dispositif dans la construction de ces courtes vignettes,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2009

Ghosts of Mars de John Carpenter - 2001

Dernier long-métrage à ce jour du grand JC, et on ne peut pas dire qu'on reste sur une bonne impression. C'est comme si, sous prétexte qu'on ne lui octroie plus un kopeck pour travailler, le gars mettait son point d'honneur à réaliser son film le plus coûteux en terme de projet. Ghosts of Mars est démesuré côté effets spéciaux et explosions de décors, mais le manque de moyens saute aux yeux : c'est cheap comme c'est pas permis, et ça tombe du coup dans la série Z totale. Tout est naze : la musique (mais ça c'est pas vraiment... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 22:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2009

King Lear de Jean-Luc Godard - 1987

"A picture shot in the back", c'est bien le bon mot pour qualifier cet objet sybillin qui vient effectivement d'un angle qu'on n'attendait pas. Je ne sais pas quel financier américain barjot a eu cette brillante idée de commander à JLG une adaptation du Roi Lear, mais il a pas dû être déçu du voyage : le sage suisse livre un film qui parle à peu près de tout sauf du Roi Lear, dans un exercice entre foutage de gueule total et gravité, entre gag vulgaire et poésie étrange. Pour la première fois peut-être dans son cinéma, c'est... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 avril 2009

Ginger et Fred (Ginger e Fred) (1986) de Federico Fellini

Federico Fellini sent bien que le monde part en sucette et signe une oeuvre en forme de véritable hymne à la stupidité de l'ogre télévision et l'omniprésence des annonceurs dans le domaine de l'agro-alimentaire. La société de consommation porte bien son nom, y'a pas à tortiller. Placards publicitaires énormissimes qui s'étalent en ville, gigantesque pied de cochon pendu au toit de la gare, pasta géantes et moult cochonnailles que vantent des femmes aux poitrines opulentes et à la bouche carnassière, tout cela pue le mauvais goût,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]