01 septembre 2006

Le Temps du Loup de Michael Haneke - 2002

Sur 9 films, Haneke a fait 8 merveilles, ce qui, vous le reconnaitrez, n'est pas si mal. Le Temps du Loup est le 9ème, et il est assez raté. Non pas par la mise en scène : une fois de plus, la sécheresse de style du gars fait son effet, il maîtrise parfaitement l'écran, en le remplissant progressivement de détails. Sa conception de l'espace, toujours originale et intelligente, est une fois encore très pertinente, comme son utilisation de tous les "tabous" du cinéma (le noir complet, le son inaudible, le hors-champ, la mort... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 02:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 août 2006

Bully de Larry Clark - 2001

Larry Clark, avec ce film, reste dans l'ombre de Gus Van Sant et de tous ses films sur les ados (Elephant, Last Days, Drugstore Cowboy, etc). Même si Bully ne manque pas d'intérêt, on a un peu l'impression que Clark n'arrive pas à trouver la réelle profondeur, voire la beauté de son sujet, et reste à la surface d'un scénario qui aurait pu être plus puissant. C'est tout à fait louable de ne pas tenter d'expliquer les actes de sa bande d'ados (qui commettent un meurtre quasi-gratuit sur un des leurs), mais ce film n'arrive jamais à... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
31 août 2006

Les Ensorcelés (The Bad and the Beautiful) de Vincente Minnelli - 1952

Je veux pas jouer au vieux con réactionnaire, mais je pose la question : qui, aujourd'hui, sait raconter une histoire comme savaient le faire les Minnelli, Walsh, Hawks ou Ford d'antan ? The Bad and the Beautiful est une merveille, et je ne vois pas quoi en dire de plus, tant la perfection se passe de commentaire. Il y a là-dedans un humour, une sensibilité, une attention à chaque détail, qui est la marque de seulement quelques génies par siècle. Minnelli décrit le monde du cinéma avec une émotion de chaque instant, avec... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
31 août 2006

La Grêve (Strachka) (1925) de Sergei M. Eisenstein

Que ce soit en patinage artistique ou en montage, franchement, que ferait-on sans les Russes? Sur une musique moderne (1988 - the Balloy Orchestra)  relativement au taquet (un ptit soupçon de Moroder peut-être sur un air ou deux, mais cela reste tout de même bien supérieur), ce film défile dans un tourbillon d'images et de surimpressions qui ont fait la marque d'Eisenstein (je dis ça parce que ça fait bien surtout). Plusieurs moments d'anthologie, notamment dans la première et la sixième partie qui vont tambour battant: il y... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 août 2006

Melissa P. (2005) de Luca Guadagnino

Bon comment dire, cette plongée sexuelle de cette adolescente, incomprise par sa mère et aimée par sa grand-mère qui se retrouve trop vite en maison de retraite (oui je sais ça commence mal comme résumé) est un peu putassier. Certes l'adolescence est une période de transition où les tentations sont grandes. L'histoire de cette bien gentille fille qui se retrouve à faire des gang-bang (en cachant toujours ce qu'il y a à cacher, on met même un bandeau sur la caméra...) est traitée dans un style clipesque et primesautier qui jure... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 août 2006

LIVRE : Tu n'écriras point d'Alain Satgé - 2003

Dieu m'est témoin que j'ai eu quelque peu de mal à "rentrer" dans ce livre, non pas que le ton ou le style soient désagréables, mais ces multiples parenthèses et notes de bas de page finissent rapidement par lasser... Certes il s'agit de partir à la recherche de la femme perdue et tout est bon pour dériver la conversation sur d'anciens souvenirs avant d'en arriver à d'éventuelles retrouvailles dix ans plus tard... Mais malheureusement le lecteur en perd un peu son latin (ou son grec...) Certes l'érudition de Satgé est énorme - loin... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 août 2006

Les Bronzés 3 (2006) de Patrice Leconte

Beaucoup de gens n'ont pas vu ce film en disant que c'était consternant. Je tiens à rétablir la vérité, je l'ai vu et c'est affligeant. Une pauvre hystérie collective qui tourne à vide. La bonne réplique du film "on s'est aimés avant de s'aimer, comme dans un Lelouch" qui a toute ma mansuétude. Autre bonne nouvelle: Leconte s'est acheté une grue, il pourra enfin vraiment faire du Lelouch. Ca va que les dvds ici sont à 0,7 euro... Reste à voir Angel-a (putain j'y arriverai po) et j'aurai mon ticket pour aller au paradis.
Posté par Shangols à 17:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 août 2006

Identity de James Mangold - 2002

La tempête oblige un groupe de personnes à se réfugier dans un môtel, et les personnes en question vont se faire dézinguer à tour de rôle, et vont se rejouer les 10 petits nègres. Bon... pourquoi pas, ça peut être un pur jeu de thriller et donner un truc assez marrant. L'inconvénient, c'est que absolument rien n'est crédible là-dedans. Mais alors là, je dis bien absolument rien. Les gens réunis par le hasard ne sont pas pompistes ou instits, hein, faites confiance à Mangold. Il y a : une pute qui veut se recycler dans une orangeraie,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:57 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
29 août 2006

Seven Swords (Chat gim) (2005) de Tsui Hark

Il y a une certaine tendance du cinéma asitiatique ces derniers temps qui me fait froid dans le dos: plus le film se veut pan-asiatique (mélange d'acteurs Coréens, Chinois, Hong-Kongais (Chinois donc me diraient mes étudiants, oui c'est juste pour le mauvais esprit), Japonais...), moins les personnages sont travaillés: de l'horrible Promise de Chen Kaige à ce Tsui Hark (en passant par Wong Kar Wei, qui, lui, s'en sort dans 2046 mais on lui pardonne tout), on a droit à un patchwork d'acteurs, une grande famille de cinéma... virtuel. Le... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 13:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 août 2006

LIVRE : 2x50 ans de cinéma français de Jean-Luc Godard et Anne-Marie Miéville - 1998

Voilà un petit livre astucieux et simplissime servi par le couple Godard pour le centenaire du cinéma. Comme d'hab, JLG contourne la commande, en faisant de son livre une critique de celle-ci. Pour lui, on ne fête pas le centenaire du cinéma, mais l'exploitation commerciale du film (la date choisie étant la date de la première projection payante). Avec son humour toujours ravageur et lapidaire, il assassine la médiocrité des goûts du public, et pleure sur l'oubli du cinéma. Il y a au coeur de 2x50 ans de cinéma français une liste... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]