05 mars 2006

La Loi du Silence (I confess) d'Alfred Hitchcock - 1952

Il n'y a pas d'humour dans I Confess. Il n'y en a pas non plus dans d'autres Hitch, comme Vertigo, Rebecca ou Psycho. Certes. Mais il y a beaucoup d'idées dans Vertigo, Rebecca ou Psycho. Et il n'y a pas d'idées dans I Confess... ou très peu. Ce film est très plombé, très frileux, comme terrifié par son sujet, avec des pudeurs de jeune fille, des retraits très étranges de la part de THE cinéaste qui se dévoile à travers ses films. Pour autant, c'est un film intéressant, justement parce qu'il est unique dans la carrière de Bouddha,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 18:55 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
05 mars 2006

Goupi Mains Rouges (1943) de Jacques Becker

Drame policier familial campagnard, Goupi Mains Rouges fleure bon le sympathique vieux cinéma de chez nous, avec une intrigue pas piquée des hannetons, des premiers et des seconds rôles en veux-tu en voilà, des dialogues finement ciselés qui rappellent mon enfance ("J'va changer d'stratégie" "Où vont-y?" - c'est pour ça que des fois je fais des fautes) et des changements d'angles de caméra super (moi aussi je peux parler technique si je veux). Dans la famille Goupi, il y a Goupi-L'Empereur, 106 ans, qui ne jure... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mars 2006

L'inconnu du Nord-express (Strangers on a train) d'Alfred Hitchcock - 1951

Strangers on a train est l'un des plus beaux Hitchcock. Comme au moins une vingtaine d'autres, me direz-vous, ce à quoi, je répondrai tout simplement oui. Sur un scénario absolument irréprochable, impeccablement écrit et mené, Bouddha enchaîne les idées visuelles comme d'autres les bières tièdes. Il y a cette utilisation insensée de l'espace, à laquelle on est habitué chez le grand gars, mais qui atteint là la perfection (l'équivalent serait peut-être Shadow of a doubt, autre chef-d'oeuvre). Par un enchaînement très astucieux de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 20:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mars 2006

The Sun (Solntse) (2005) d'Aleksandr Sokurov

                                           Sokurov est-il actuellement le plus grand réalisateur? Eh eh. Esthétiquement parlant sûrement. Mais disons 2-3 mots du film, qui retrace la journée où HiroHito accepte du Général MacArthur une défaite diplomatique. Sokurov a tenu à préciser que ce qui l'intéressait n'était point de faire le portrait de dictateurs mais d'hommes qui étaient sortis des... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 mars 2006

Jarhead (2005) de Sam Mendes

                                         Bon je vais la faire courte. On pensait en avoir définitivement soupé avec les Marines et le Nam et voilà qu'ils commencent déjà à nous pourrir la vie avec la non-Guerre de le Golfe (Tome 1). C'est l'histoire d'un gars engagé dans les Marines mais pas con a priori - ben un peu toujours le même postulat quand même. Les premières 30 minutes c'est la... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2006

LIVRE : Le petit Ami de Paul Léautaud - 1903

Il n'y a qu'un mot à dire quand on lit Léautaud : charmant. Ses livres sont souvent bâclés, inachevés, mal foutus, mais ils sont toujours des petites friandises, des récréations, et des mises au point nécessaires sur la Grande Littératûûûre et les Grands Livres. Le petit Ami en est un exemple parfait : sans plan (Miller, à côté, c'est Faulkner), sans tenue, hétérogène, ce petit bouquin raconte l'enfance de Léautaud. Du moins, c'est ce qui est annoncé dans le premier chapitre. Mais son enfance se résume à quelques noms de rues... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2006

Walk the line de James Mangold - 2005

                                          Pourquoi en France on n’est pas capable de faire des biopics ? Je rêve d’un film sur Michel Sardou qui pourrait s’appeler –on n’est pas obligé d’être d’accord, c’est juste une piste - « Le lac du Conemara ». Quoi ? C’est pas plus con que de demander à Jean-Claude Brisseau de faire « La marche de l’Empereur 2 ». Ah ben là quand même, on serait sûr. Ah si,... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2006

Hostel d'Eli Roth - 2006

Depuis toujours, je suis à la recherche du film gore qui me rappelera mon adolescence, mes émois de gamin à la découverte des premiers Carpenter, de The Texas Chainsaw Massacre ou de Sam Raimi. Après la très bonne surprise de The Descent, la demie-déception de Land of the dead, et la complète déception de Red Eye, un petit coup d'oeil sur cette production de série B estampillée "produite par Quentin Tarantino". Ce film est une daube, quelque chose qu'on ne croyait pas revoir après les années 70, et surtout après la série... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mars 2006

Zéro de Conduite de Jean Vigo - 1933

On découvre Zéro de Conduite (ma première vision doit dater de mes 14 ans, et bien qu'intrigué j'étais pas mal passé à côté) comme on découvre les premiers Bunuel, les premiers Cocteau ou Scorpio Rising de Kenneth Anger : on reste bouche ouverte, suffoqué par tant d'audace et d'inventivité, et on se dit : putain, le cinéma est illimité. Anarchiste (mais là, vraiment, pas comme Guédiguian), malpoli, bricolo, de très mauvais goût, libertaire, d'une jeunesse folle, intransigeant, expérimental, moderne, à 10000 lieues de toute tentation... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mars 2006

Travaux, on sait quand ça commence (2005) de Brigitte Roüan

Mais c'est clair qu'on ne sait pas quand ça se termine... Une pochade qui se veut (là aussi) un hommage aux travailleurs immigrés, aux sans-papier avec de l'humour et un côté fleur bleue... Putain, la France va mal... A quand un grand film sur les travailleurs français immigrés en Chine? Bon rendons plutôt hommage au plus grand acteur comique de sa génération, Aldo Maccione, la classe. Il est gros, il est vieux, il est carreleur mais il t'emmérdé, pitit con. Pas facile pourtant de sortir du rang quand on a des acteurs de la pointure... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]