24 février 2006

Le grand Alibi (Stage Fright) d'Alfred Hitchcock - 1950

Après une ou deux parenthèses, je poursuis ma course effrenée vers l'intégrale de Bouddha dans l'ordre chronologique. Et puis quand j'aurai fini, je recommencerais au début, et ce jusqu'à ce que la mort, dans son pâle manteau de froid, n'emporte mon âme dans les limbes mystérieuses. Stage Fright, donc, qui ne m'avait pas laissé de bons souvenirs à mes 317 premières visions. Tout y est pour faire un grand film d'Hitchcock : quelques trucs techniques réjouissants (une transparence pourrie qui permet de faire le point sur Dietrich au... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 février 2006

Janine de Maurice Pialat - 1962

Bon, je vais pas m'étendre. En complément de mon DVD La Gueule ouverte (voir plus bas, mais c'est pas obligé), il y a ce court-métrage de jeunesse de Pialat. Si mes calculs sont bons, il a 37 ans à cette époque, et être aussi désabusé sur l'amour à 37 ans me rend le personnage encore plus sympathique. A part ça, Pialat essaye de faire Nouvelle-Vague, a bien potassé son petit Agnès Varda illustré, il a acheté les mêmes disques que Louis Malle et les mêmes ampoules 5 watt que Rivette, et il nous pond un truc d'un quart d'heure plutôt... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 février 2006

La Gueule ouverte de Maurice Pialat - 1974

Placé chronologiquement entre son meilleur film (La Maison des Bois) et son meilleur film (Passe ton bac d'abord), La Gueule ouverte est le meilleur film de Maurice Pialat. Il y est question tout du long des deux thèmes qui ont fait la gloire du gars: la mort et le langage, un peu comme si Beckett faisait des films hyper-réalistes. Tous les plans sont délétères, affreux (le décorateur de ce film est un grand malade), hantés par la mort, rongés par la perte, la fin d'un monde. On ne dira jamais assez l'importance de mai 68 sur les... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 février 2006

films 2008

Notre petit classement des films 2008, puisque c'est de tradition : Les amours communes : Les amours shangesques : Les amours goliennes :
Posté par Shangols à 11:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]
24 février 2006

Goyokin, l'or du Shogun (1969) de Hideo Gosha

Une jeune femme de retour d’une balade dans la neige retrouve son village déserté et infesté de corbeaux qui foutent la trouille (on en reconnaît d’ailleurs certains déjà oscarisés pour Les Oiseaux)… La rumeur est que les 30 pêcheurs ont été « enlevés par les Dieux »… On commence à se croire dans un épisode des 4400 et moi, à qui on la fait pas, je me dis que c’était sûrement la mousse de saumon qui n’était pas fraîche ou la Suntori qui était trop tiède… Et ben, en fait, pas du tout : ils ont été massacrés, ouais, après qu’on leur a... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 10:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 février 2006

La Horde sauvage (The Wild Bunch) de Sam Peckinpah - 1969

Pourquoi Robert Ryan est-il pratiquement oublié ? La même classe que Gary Cooper, une tristesse à la James Stewart, le même froncement de sourcils qu'Eastwood (qui lui a tout piqué), et une filmographie impressionnante... Non, vraiment, le monde est injuste. Ceci dit, The Wild Bunch de Sam Peckinpah, même s'il y est excellent, n'est pas son meilleur film. Point positif : les scènes d'action pures sont bien, même si je ne suis pas convaincu que monter 8467 plans en une seconde (estimation personnelle) soit le meilleur moyen de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

23 février 2006

Odyssée Felliniaque

1990 : La Voce della Luna 1987 : Intervista 1986 : Ginger et Fred (Ginger e Fred) 1983 : Et Vogue le Navire (E la nave va) 1980 : La Cité des Femmes (La Città delle donne) 1978 : Répétition d'Orchestre (Prova d'orchestra) 1976 : Casanova (Il Casanova di Federico Fellini) 1973 : Amarcord1972 : Fellini Roma (Roma) 1971 : Les Clowns (I Clowns) (TV) 1969 : Satyricon (Fellini Satyricon) 1969 : Bloc-Notes d'un cinéaste (Block-notes di un regista) (TV) 1968 : Toby Dammit (in Histoires extraordinaires) 1965 : Juliette des esprits (Giulietta... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 23:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 février 2006

Passion de Jean-Luc Godard - 1982

Mon éminent homologue chinois m'avait prédit le film le plus chiant de Jean-Luc Godard, alors bien sûr je me suis précipité dessus. Eh bien je crois que nous ne serons jamais d'accord sur Godard. D'abord, 2, 3 mises au point, puisque les producteurs trouvent de l'argent pour financer Besson et plus Godard, puisque les gens vont voir Les Choristes en masse et personne ne va voir Forever Mozart. Non, Godard n'est pas un cinéaste intello, mais un artiste charnel, dont les films sont faits de sensibilité ; non, Godard n'est pas un... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 15:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
22 février 2006

Le Cerf-Volant bleu (Lan feng zheng) (1993) de Tian Zhuangzhuang

Considéré comme l'un des films majeurs de ces 15 dernières années en Chine (et pis preuve de qualité pour tout européen qui se respecte, le film a été interdit en Chine... Enfin, je vous rassure à l'heure actuelle, il est aussi facile de trouver le DVD à Shanghai que du shit à Paris), Le Cerf-volant bleu s'attaque aux années coco 50 et 60 sur un ton critique sans concession... Il s'agit donc de l'histoire de toute une famille vue par les yeux d'un petit garçon: son père est mort sous un arbre, dans un camp de travail, après avoir été... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 février 2006

Le Cri (1957) de Michelangelo Antonioni

Ayant revu récemmemt L'Avventura et L'Eclipse qui m'avait visuellement et stylistement laissé comme deux ronds de flan, je m'étais emballé et avait été jusqu'à regarder Par delà les Nuages en espérant que peut-être S. Marceau avait fait deux bons films dans sa vie (avec Police de Pialat). Mais, en effet, je m'étais emballé. Le Cri est présenté comme un film de transition dans la carrière d'Antonioni entre sa veine néo-réalisme et celle qu'on pourrait appeler plus "formelle"... Je crains ces soi-disant "films de... [Lire la suite]
Posté par Shangols à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]